Le FC Bruges, à 10, bat le Standard et s’offre sa 14ème Supercoupe

Après 45 minutes, le Standard pouvait gérer sa rencontre après le but de Santini et l’exclusion de Vanaken peu avant le repos. Mais les Blauw en Zwart, poussés par leur public, ont tenu à rappeler qui était la meilleure équipe en Belgique.

Le Standard a eu un peu de mal en début de rencontre sur la pelouse du champion en titre. Les Brugeois mettaient les Rouches en difficulté et il ne s’en est fallut de peu pour que Refaelov n’ouvre le score. Sur un centre de De Bock, la reprise de la tête de l’Israélien passait juste à côté du poteau.

Les Rouches prenaient leurs marques dans le camp brugeois au quart d’heure avec un pressing et quelques récupérations. La deuxième grosse opportunité était cependant bien brugeoise. Izquierdo se jouait de Fai et envoyait une bonne frappe. Gillet était battu mais son poteau l’a sauvé.

Le match était cependant bien devenu équilibré et le Standard s’offrira l’ouverture du score à la 39e. Sur un corner de Trebel, Santini se démarquait en passant devant Denswil et plaçait bien de la tête dans les filets de Butelle.

Mais le vrai coup dur pour Bruges, ce sera l’exclusion dans la foulée de Vanaken. Le meneur de jeu plantait ses crampons sur la cheville de Miya, décision logique bien que le public local faisait part de sa colère.

La nervosité augmentait dans cette fin de période. Le score ne changera pas mais Miya n’est pas passé loin de la correction, seul sur un centre d’Edmilson. Denwsil contrait sa reprise.

Seconde période

Lors de 45 minutes restantes, les joueurs de Ferrera ne devaient jamais penser que ce match était plié. Mais Bruges a rapidement renversé la situation. Via son feu-follet colombien, évidemment.

Parti à toute allure sur un contre, Izquierdo rentrait trop facilement dans l’axe entre Fai et Arslanagic. Sa frappe trompait Gillet, 1-1 après 51 minutes.

Le coup de massue arrivait dix minutes plus tard avec une très belle frappe à distance de Ruud Vormer, spécialiste dans le domaine. Bruges prenait les commandes, le Standard a bien perdu pied malgré sa supériorité numérique.

Les trois changements (Emond pour Santini, Legear pour Miya et Yattara pour Cissé) n’auront pas réussi à changer la donne. Le champion en titre a montré aux Rouches tout le chemin qu’il leur reste à parcourir. Il est encore long, cela nécessitera du temps. Mais aussi des renforts.

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire