Vous êtes ici
Home > Standard-Rouche.be > Le mot de « Gerouche »

Le mot de « Gerouche »

OUF, c’est le premier mot qui me vient à l’esprit à l’issue de cette 1ére joute à domicile.

Tout semblait pourtant, au coup d’envoi, être réuni pour assister à une belle partie, dans une bien belle ambiance.

J’avais, comme tout un chacun, retrouvé avec un réel plaisir, le parfum des frites, hamburgers, les chants des supporters, bref, en un mot comme en cent, l’ivresse de l’ambiance si particulière au Standard de Liége.

Ensuite, je dus contourner le stade, trop habitué depuis de longues années à prendre le chemin de la tribune 2, pour prendre désormais celui de la T4, que je n’avais jamais abordé.

Mais quelle sensation là-haut dessus, quel vertige aussi. La vision du stade, de la pelouse et du placement des joueurs fut tout autre qu’au ras du plancher des vaches, où j’étais lié avant, de par mon abonnement.

J’ai déjà eu un léger frisson dans le dos quand j’ai découvert le profil du referee censé nous arbitrer : Mr Delferriére, mais fus vite rassuré par l’atmosphére qui montait graduellement, et par ces beaux tifos laissant augurer d’une saison plus relevée, tant dans les travées du stade que sur la pelouse.

Or, je ne sais pas vous, mais, à la mi-temps de ce match très peu palpitant au vu du jeu proposé plus encore que par le score, j’éprouvais les pires craintes quant à l’issue finale.

Peu de jeu vers l’avant, aucun lien entre nos bases arriéres et l’avant, donc aucune occasion digne de ce nom en 45 minutes. Très franchement, je ne nous voyais pas sortir clean de ce mauvais pas.

Et puis, miracle, je serais tenté de dire une fois de plus, comme à Malines. Une bourde de ceux d’en face nous relance dans le match, au meilleur moment.

Quelle bronca, quelle euphorie peut être mal placée mais tellement compréhensible après ce nouveau stress.

Dès lors, l’équipe sembla libérée, jouant enfin plus haut, jusqu’à ce beau but de Polo et le coup de sifflet final.

Ceci soulève néanmoins une petite question : sommes-nous guéris, docteur ?

Alors là, je dirais que le chemin est encore long et qu’il ne faut pas se réjouir trop vite.

Certes, au final, on a vu de bonnes choses, surtout en seconde mi-temps. Pour la seconde fois, le Standard parvient à redresser une entame de match difficile et forcément pas en notre faveur.

Pourtant, au vu du 1er acte, je serais tenté de dire que nos vieux démons ne se sont pas dissipés comme par magie, et que le stress, la peur de perdre ou de mal faire était encore bien présente dans la tête des joueurs, ceci expliquant sans doute cela. Ils ont beau affirmé que la saison dernière est évacuée, j’ai des doutes.

Quant à Scholtz, peut-être plus que tout autre, il peine à retrouver son niveau, sa réputation qui en avait fait un défenseur incontournable de notre compétition, mais qui semble être à cent lieues de sa meilleure condition.

Peut-être serait-t-il temps d’envisager un Luyindama aux côtés de Layfis, au demeurant très bon, lui….

Mais ce qui a donc changé, visiblement, c’est que la chance a tourné, ce qui n’est pas négligeable, car même les meilleurs ont toujours besoin de l’un ou l’autre coup de pouce. La mentalité aussi a fait peau neuve et le mérite en revient certainement à Sa Pinto, bien secondé dans ce rôle par nos deux revenants que sont Polo et Pocco.

Mais pour le reste ……

Au risque de me faire fusiller, je dirais qu’un homme, surtout, nous a manqué vendredi dernier ! BELFODIL.

Et ça, c’est sans doute la seconde explication à notre mauvaise entrée en matiére.

Lui seul actuellement est capable d’assurer ce rôle laissé vacant de numéro 10, d’établir le lien entre l’arriére et l’avant, de garder le ballon et d’en faire bon usage en prenant appui à ses partenaires en attaque.

Bien évidemment, il doit être motivé et concerné par l’équipe, sans quoi, comme l’a très bien fait l’entraîneur, il peut rester à la maison.

Mais un Ishak en forme serait précieux et nous aiderait fameusement. De cela, je suis convaincu, même si Polo s’est pas mal débrouillé à cette place, mais il manque hélas de taille, de puissance.

Car des miracles, nous n’en n’auront pas chaque fois, à chaque match. Et si l’on veut bien faire les comptes, seul Mpoku, précisément, a vraiment inscrit un but « clean » en deux rencontres, il ne faut pas le perdre de vue.

Donc, quand Mr Venanzi affirme que si Belfodil part d’ici septembre, il sera remplacé, perso, je dirais qu’il doit être doublé, et cela sans tardé, car nos problèmes vont bien vite nous retomber dessus comme un boomerang.

Certes, c’est pas faute d’avoir déjà essayé cet été, avec les désillusions évoquées, mais il ne faut pas s’arrêter là.

Il nous faut impérativement ce gabarit devant, ce liant, sorte de pivot capable de garder le ballon, même si ce genre de joueur ne court pas les rues.

Alors, si le président prétend pouvoir pourvoir au départ du Franco-algérien, c’est qu’il a un ou plusieurs autres noms en tête, sans quoi ce serait avancer des propos gratuits. Qu’attend t’on dès lors, à la Direction ?

En attendant, ce qui me fait sourire autant que plaisir, c’est de voir Les Gantois se ramasser deux défaites de rang, pourtant nantis de ce précieux Andreijasevic qu’ils ont eu la courtoise de nous « chiper » sur le fil.

Comme quoi mal acquis ne profite pas toujours !

Mais ceux qui m’étonnent le plus, ce sont ces Krolos, nos voisins et ennemis, qui, même en se séparant de  leur éléments clefs, chaque saison, parviennent à tirer brillamment leur épingle du jeu, grâce à cette fameuse stabilité qui nous a tant manqué, ces dernières saisons.

AU PLAISIR, Gérouche

Commentaires

Commentaires

5 thoughts on “Le mot de « Gerouche »

  1. Pas d’accord pour Belfodil, perso il ne m’a pas manqué. Par contre avec la montée de Marin, on a déjà vu autre football.
    Son petit (?) passage en tribune, j’espère que ça lui aura été bénéfique et qu’il va comprendre que le temps des divas, c’est terminé !! Sinon, il veut partir ? Alors c’est noyau C !!!! BV a toujours déclaré qu’il sera remplacé si partant.

    Charleroi ? J’ai vu les matchs et je n’ai pas vu + de football que chez nous et je ne suis même pas certain qu’ils termineront dans le top 6 cette saison. Ils sont p-e l’équipe de ce début de championnat qui s’éteindra après 6-7 journées.

    Pour Gand, j’ai kiffé la tête du gros Hein (Y a d’ailleurs toute une belle série de montages sur Twitter…. ) et ils terminera sûrement pas la saison….

  2. Merci Gerouche pour ce petit « mot » bien écrit.
    D’une manière générale, je te rejoins sur la prudence après ce match.
    Bien sûr le coup de pouce adverse nous a bien aidé. Comme pour Sa à Malines, Edmilson a le merite de suivre et de la mettre.
    Tu oublies Marin le seul capable de jouer vertical et plus qu’un box to box il me semble. Car le meneur de jeu tant attendu doit-il être un huit ou un dix.
    Belfodil même pendant sa bonne période n’a jamais montré pouvoir etre un dix distributeur mais plutôt un soutien d’attaque.
    Quant à Scholtz entièrement d’accord. Ce joueur a effectivement une réputation surfaite. Non seulement il n’a pas le niveau mais il n’a pas non plus le physique. Et si on met un costaud à sa place style Luyndama, on peut plus facilement faire l’économie d’un des deux demi def et laisser Marin. On a vu aussi bien à Malines que contre Genk que les deux pare chocs n’ont pas évité les goals reçus sur erreur défensive.

  3. Pour ma part, je ne crois plus en Belfodil. Tout compte fait, si à Lyon, à un certain moment, ils n’ont plus cru en lui, c’est qu’il y avait une bonne raison. SA MENTALITE.

    Je crois que Marin sera ce joueur qui assurera le liant entre le milieu et l’attaque. Il faut lui faire confiance. Avec Sa Pinto, il est en de bonnes mains.

    Par ailleurs, la suffisance de Vanhaezebrouck lui jouera des tours.Tout comme à sa direction d’ailleurs. Ils vont devoir commencer à payer cher et vilain leur enceinte……

  4. Très juste, j’ai fait peu de cas de l’entrée au jeu de Marin et de son impact ! Mais, comme Van Moer l’indique, je le verrais plus jouer à la place d’Agbo ou Bokadi, que jouer un cran plus haut. 4 défenseurs et 2 pares-chocs, c’est trop défensivement, et s’il SA PINTO met 2 paes-chocs, c’est qu’il n’a pas plus confiance que ça en sa défense, on va dire, au vu du dernier match, à Scholtz……. Mais Luyindama manque peut-être d’expérience. qui ne s’acquiert il est vrai qu’en jouant.
    Affaire à suivre

  5. @gerouche. C’est sans doute plus subtil qu’une question de confiance en la défense. C’est toute l’équipe qui était/est encore en plein doute. Alors plutôt que d’oser entreprendre le jeu à notre compte directement à l’entame du championnat, Sa Pinto y va « à petites doses ». Attendons quelques journées encore et quand on aura quelques victoires consécutives, nul doute que les choses changeront

Laisser un commentaire

Top