Vous êtes ici
Home > Standard-Rouche.be > Le mot de « Gerouche » : NE VENDANGEONS PLUS … LES POINTS

Le mot de « Gerouche » : NE VENDANGEONS PLUS … LES POINTS

Chers supporters

Les lundis se suivent et, heureusement, ne se suivent pas toujours.

Parfois, on se réveille avec la gueule de bois, la tête et les idées à l’envers, un mauvais weekend ou des mauvais résultats sportifs nous ayant empêché de dormir de tout notre saoul.

Mais, quand les circonstances nous sont favorables, la donne est toute autre et on se lève de bonne humeur, d’un pied léger, même …. Pour aller travailler !

Or, en ce qui me concerne, rien de tout ça ce lundi. Une victoire à l’arraché de nos couleurs, mais combien méritée, au contraire de celle des mauves qui tenait du miracle, m’avait donné du baume au cœur, et puis, cerise sur le gâteau, point de boulot au programme, mais tout au contraire une journée de vendanges dans la région sous un beau soleil d’automne, le tout bien entendu dûment arrosée, que demander de plus !

Tout était t’il tout rose pour autant, ce lundi matin ? Là, je ne m’aventurerai pas au-delà du raisonnable et sur un terrain aussi difficile, car il faut raison garder, comme on dit…..

J’ai, comme vous, assister à une rencontre bizarre, ce dimanche soir, avec ce Standard-Lokeren au programme, pas vraiment excitant sur le papier quand on connait le coatch d’en face, leur façon d’évoluer et de contrecarrer nos meilleures intentions. La preuve au vu du premier acte, insipide et inodore, avec, au final, un but tombé de nulle part et du mauvais côté, même si superbe.  Je serais tenté de dire et d’écrire « comme d’habitude ».

La faute à qui à ce moment de la partie ? Je dirais, sans conteste, la faute à Sa Pinto, ou à Ricard d’eau, pour paraphraser l’ami Sigur …..

Comment comprendre, en effet, qu’on puisse entamer une telle rencontre, à domicile et face à un tel adversaire, avec deux médians défensifs et un seul attaquant ? Ridicule, vraiment.

Comme le dit donc si bien Sigur, encore heureux que nous fûmes menés au terme des quarante-cinq minutes initiales, obligeant ainsi notre homme peu clairvoyant à revoir ses plans. Mais pourquoi donc ne pas avoir entamé la partie de cette façon, dès le coup d’envoi ?

Dire que j’avais souhaité, au lendemain de notre victoire en coupe, le passage du Saint Esprit durant la nuit et pendant le sommeil de notre coatch, afin de lui apporter l’illumination nécessaire ! Raté !

Ce dernier a beau se défendre au micro, prétexter savoir mieux que tout le monde comment utiliser le jeune Marin, très honnêtement, j’ai des doutes quand on voit le manque de liant qu’il y a entre les lignes arrières et nos avants.

Je me pose par ailleurs la question de savoir comment cette situation perdure, au fil des matchs, alors que tout le monde voit où le bas blesse ….

Je pense, en fait, que toute l’équipe est confrontée à un double problème. D’une part, nous avons une défense qui a peur. Peur de se dégarnir, d’évoluer trop haut et de se prendre des contres, étant bien consciente de son manque de vitesse lors des retours défensifs.

D’autre part, nous avons une attaque qui, elle, est en manque de but, veut joueur plus haut mais n’est forcément pas suffisamment ou mal alimentée, ceci expliquant sans doute cela, en partie.

Fort heureusement, le scénario fut modifié en seconde mi-temps, et nous eûmes droit, enfin, à un vrai match, un authentique combat, pour arracher une victoire qui nous tendait les bras mais qui semblait encore devoir nous échapper. Donc, tout comme Sa Pinto, dont l’ivresse était toutefois excessive que la sanction qui en découla, je poussai un sacré ouf de soulagement, au coup de sifflet final, par la grâce de ce diable de Mpoku, dans tous les bons coups.

N’en demeure pas moins que, pour aller à St Guidon, nous serons normalement privés de Carlinhos, hélas, hauteur, tout comme Sa précédemment, d’un geste stupide, alors que l’absence de Sa Pinto sur le banc de touche sera sans doute moins préjudiciable, mais quand même. Je trouve et ai du reste toujours trouvé anormal que les pénalités appliquées à une équipe favorise systématiquement le ou les adversaires suivants, n’ayant rien eu à voir avec le déroulement du match précédent, et je trouverais donc bien plus normal que les sanctions soient appliquées au match retour, face à l’adversaire qui nous a valu ces sanctions ! Mais bon, faut pas trop en demander à nos instances fédérales, hein !

Malgré cela, je reste confiant pour cette rencontre, car, très franchement, les mauves me semblent encore plus mauvais que nous et ne doivent leur repositionnement au classement qu’à la clémence des dieux, voir des arbitres, certainement pas au coatching de Nicolas Frutos.

En réalité, la chose que m’inquiète le plus actuellement, outre les errements de notre entraîneur, c’est le rendement de Pocco, déjà souligné à très juste titre  par Sigur. Inquiètant, vraiment.

On l’aime bien, pourtant, notre homme, mais de là à lui accorder aveuglément la préférence basée uniquement sur sa seule expérience !

Autre point, aussi, à relever : notre jeu qui penche méchamment à droite ! Or, l’explication est très simple : seul le couloir droit bénéficie de deux joueurs au profil similaire, tous deux dotés d’une rapidité que les autres n’ont pas ou n’ont plus, à savoir Fay et Ndongala, comme vous l’aurez deviné je pense.

Alors, si ça ne tenait qu’à moi, je ne tergiverserais pas ! J’en mettrais un à gauche, l’autre à droite, toujours dans un système qui recueille ma préférence, à savoir un 3-4-3 ou 3-5-2, et avec bien entendu Marin à la distribution. Autrement dit, dixit Pocco, ou alors à gauche de la défense, place que pourrait revendiquer aussi Layfis, Fioré, Lavallée, les bons gauchers défensifs ne manquant pas dans notre effectif.

Et avec deux feux follets sur nos flancs dans l’entrejeu comme le sont Fay et Ndongala, nous aurions de l’allant vers l’avant, à n’en pas douter.

Mais une chose est certaine : Si Sa Pinto continue sur le chemin qu’il veut tracer, je ne donne pas cher de sa place dans quelques temps, hélas. Je le répète pour l’avoir déjà dit, je ne suis pas spécialement demandeur, mais quand une personne s’entête dans des idées et fait fausse route, il faut en tirer les conclusions !

Et celles-ci ne plaident pas en sa faveur pour le moment, il faut bien l’avouer, cela même si le personnage attire la sympathie. A tel point que la seule apparition et retour du lion de Raychem dans les tribunes réveille les supputations les plus folles ……

Sur ces mots, touchons du bois, avec Sa Pinto ou pas sur le banc, dimanche, allons croiser le fer avec Anderlecht, en espérant que, comme l’an dernier, l’arbitrage ne s’illustre pas de la pire des manières et ne transforme cette rencontre en camouflet, avec, bien entendu dans ce cas, une victoire peu glorieuse de la phalange visitée au final.

Votre serviteur,   Gérouche

Commentaires

Commentaires

3 thoughts on “Le mot de « Gerouche » : NE VENDANGEONS PLUS … LES POINTS

  1. 3-5-2 ou 5-3-2 c’est le même système, ça dépend de la qualité des offensifs, s’ils perdent rapidement le ballon, on joue automatiquement en 5-3-2, s’ils sont capables de le conserver, les ailiers peuvent se permettre de monter sans risquer le contre et on joue alors en 3-5-2.
    L’entrée de Marin a certes bonifié notre jeu (c’est indiscutable) mais il disposait de beaucoup d’espace avec Lokeren (justement) réduit à 10.
    Agbo d’autre part est bien meilleur en l’absence de Bokadi, les deux joueurs se gênent mutuellement et restent sans réaction pensant que l’autre va intervenir, réaction fréquente dans les équipes ayant peur et ne disposant pas (encore) d’un fond de jeu.

Laisser un commentaire

Top