Coupe de Belgique: les cinq choses à savoir avant FC Bruges – Standard

Pour la deuxième fois de leur histoire, Liégeois et Brugeois se retrouveront en finale de la Coupe de Belgique, dimanche dès 16 h.

Qui du Standard ou du Club Bruges remportera la 61 e  édition de la Coupe de Belgique ? Si les Brugeois, en tête de la Jupiler Pro League au moment d’aborder les Playoffs 1, partent avec une longueur d’avance, les Liégeois n’en sont pas moins déterminés à sauver leur saison, eux qui ne sont pas parvenus à se qualifier pour les PO1 alors qu’ils avaient toutes les cartes en main pour arriver à leurs fins. Le décor planté, voici cinq choses que vous devez absolument savoir avant de vous plonger au cœur de cette grande finale, dont le coup d’envoi sera donné au stade Roi Baudouin, dimanche à 16 h.

1. Un seul précédent

Incroyable, mais vrai : le Standard et le FC Bruges ne se sont jusqu’à aujourd’hui affrontés qu’à une seule reprise en finale d’une Coupe de Belgique. Le 26 mai 2007, le Standard, alors entraîné par un certain Michel Preud’homme, s’était incliné sur un score arsenal après qu’Ishiaku a glacé les ardeurs des supporters liégeois en trompant Olivier Renard, aujourd’hui directeur sportif du… Standard, dès la 17 e  minute.

Les Rouches , qui n’avaient plus remporté la Coupe de Belgique depuis 1993 et ce succès 2-0 contre le Sporting Charleroi, devaient donc remettre leurs ambitions à plus tard. Ce « plus tard » survenait en 2011, moment choisi par le regretté Dominique D’Onofrio et son Standard pour aller décrocher leur sixième victoire en Coupe de Belgique.

2. Le Club Bruges est l’équipe la plus sacrée en Coupe

Avec onze succès, pour dix-sept finales jouées, le FC Bruges occupe la première place du classement des clubs à avoir remporté la Coupe de Belgique, affublée aujourd’hui du nom de « Croky Cup ».

À titre de comparaison, le Standard en est à six sacres en Coupe, pour quinze finales jouées. Véritable équipe de Coupe – il en a gagné quatre depuis 2000, pour une seule du côté d’Anderlecht, deuxième de ce classement avec 9 titres –, le Club Bruges est qui plus est le tenant du titre. L’an passé, les Gazelles de Michel Preud’homme, qui a déjà remporté trois coupes nationales en tant que coach (avec Gand, Twente, et Bruges donc), avaient battu Anderlecht 2-1 dans les ultimes secondes grâce à une reprise de volée de Refaelov dont toute la Venise du Nord s’en rappelle encore.

« Un doublé Coupe-Championnat serait unique  », soulignait le héros israélien de la dernière finale. Unique non, car le Club Bruges s’est déjà offert un doublé Coupe-Championnat à deux reprises : en 1977 et 1996. Les Blauw en Zwart réussiront-ils à conquérir un troisième doublé, eux qui attendent un titre de champion de Belgique depuis 2005 ?

3. Un ticket pour les poules de l’Europa League

Il n’y a pas si longtemps, la Coupe de Belgique était (trop) souvent délaissée par les grands clubs, qui préféraient tout miser sur le championnat et les Playoffs 1, lancés lors de la saison 2009-2010. Au cours des dix dernières années, des équipes comme Mouscron, Lokeren (vainqueur en 2012 et 2014), Malines, Courtrai et même le Cercle Bruges se sont ainsi retrouvées en finale. Il faut dire qu’à cette époque, la Croky Cup, comme on l’appelle désormais, n’était pas très lucrative. Aujourd’hui, il en va par contre autrement. «  Désormais, le vainqueur de la Coupe est directement qualifié pour les poules de l’Europa League, ce qui lui assure une prime UEFA de 2,4 millions d’euros. À cela, vous ajoutez environ 400   000 euros, versés à chaque finaliste, les recettes tickets, et plus ou moins 200   000 euros de prime Pro League  », expliquait en début d’année Nils Van Brantegem, le manager du calendrier de l’URBSFA. Outre une qualification directe pour les poules de l’Europa League, l’équipe gagnante de cette édition 2015-2016 touchera donc au minimum 3 millions d’euros. Le jeu en vaut désormais la chandelle, non ?

4. Le Standard doute, le Club Bruges non

On l’a suffisamment répété ces derniers jours : le Standard joue très gros avec cette finale de Coupe. Éliminés dimanche passé sans gloire de la course aux Playoffs 1 après leur cinglante défaite à Malines (4-0), les Liégeois ont encore la possibilité d’offrir un cadeau de fin de saison à leurs supporters. Tout autre résultat qu’une victoire serait par contre de nature à se mettre un peu plus à dos ces derniers au moment d’aborder des Playoffs 2 qui, faut-il le rappeler tout de même, ouvre encore la porte à une participation à l’Europa League, ou du moins au 2 e  tour qualificatif de celle-ci.

Les Liégeois se rassureront sans doute en se disant que la dernière confrontation (le 13 décembre en championnat) avait tourné en leur faveur (2-0). Mais depuis lors, le Club Bruges a repris sa marche en avant pour finalement terminer la phase classique en tête avec quatre points (ramenés à deux en Playoffs 1) d’avance sur Gand, qu’il a aussi battu en demi-finale de cette Coupe de Belgique. « Le FC Bruges est favori  », n’a pas manqué de dire le coach du Standard Yannick Ferrera en conférence de presse, rejetant ainsi la pression sur son adversaire.

5. Une troisième et dernière finale pour Johan Verbist

À presque cinquante ans, il les aura le 13 avril prochain, l’Anversois Johan Verbist prendra sa retraite d’arbitre au terme de cette saison. Mais avant de se consacrer pleinement à son activité professionnelle principale – il travaille dans une entreprise de logistique de containers –, le citoyen de Duffel sifflera sa troisième, et forcément dernière, finale de Coupe de Belgique. Après La Louvière – Saint-Trond en 2003, et Genk – Cercle Bruges en 2012, Johan Verbist conclura donc vingt années d’arbitrage en D1 par un dernier « cadeau » : une finale entre le FC Bruges et le Standard.

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire