Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de « Gerouche »: L’EXPLOIT

Le mot de « Gerouche »: L’EXPLOIT

Chers supporters,

Ca faisait bien longtemps qu’on le criait sur tous les toits. Tout aussi longtemps qu’on le pensait aussi, sans trop y croire.

Mais voici que nos espoirs les plus fous sont confirmés, enfin, après la victoire aussi belle qu’inespérée face à la Sélécao, je devrais même écrire « la Séléciao », que nos diables ont renvoyé prématurément au bercail, vengeant ainsi l’élimination des nôtres, injuste, 16 ans plus tôt.

Alors, cette fois, plus question de montrer qui que ce soit du doigt, à commencer par l’entraineur, Mr Martinez, qui a réussi enfin à nous surprendre et le Brésil plus encore en changeant son fusil d’épaule alors qu’on lui prêtait jusqu’ici plutôt une étiquette de conservateur aveugle , pour terminer par le staff tout entier, mais les joueurs surtout, qui se sont mouillés comme jamais et ont fait bloc.

Quand je vous disais craindre davantage le match contre le Japon que celui face au Brésil, certains ont certainement dû me prendre pour un fou….. Mais, je le répète une fois encore, le statut de favori est bien dur à supporter.

En attendant, voici notre équipe Nationale pour la seconde fois de son histoire en demi-finale d’une coupe du  monde, à la différence près que, cette fois, il ne s’agit pas d’un aboutissement mais seulement d’une marche supplémentaire vers … le titre absolu. Incroyable pour un petit pays comme le nôtre, que certains affirment plus divisé que jamais, alors que rien n’est plus faux.

Il suffit de voir tous ces drapeaux, tant en Flandre qu’en Wallonie, pour s’en convaincre.

Dire maintenant que cette qualification fut aisée serait un pas à ne pas franchir. Certes, en première mi-temps, notre avance n’était pas volée, car, mis à part cette reprise Brésilienne sur notre piquet, les meilleurs, assurément, c’était nos diables, qui jouaient juste, accompagnés il est vrai par une certaine réussite, mais quand même.

La seconde période, par contre, fut plus pénible, le Brésil poussant tant et plus, prenant naturellement le jeu à leur compte alors que les nôtres devaient juste conserver l’avantage acquis et reculaient plus que de raison, par moment, abandonnant même toute initiative à ceux d’en face, fait rarissime depuis l’avènement de notre génération « dorée ».  Sans un grand thibaut Courtois, pas sûr que nous serions sortis vainqueur de ce rush Brésilien. Eden Hazard non plus ne fut pas en reste, entrainant les joueurs adverses aussi loin que possible de notre rectangle, chaque fois qu’il en avait l’occasion.

Mais, comme dit précédemment, le plus dur reste peut-être à faire, assumer désormais un statut de favori, ou presque.

Et quand on voit ce qu’il est systématiquement advenu à tous ces « pseudo favoris » durant ce mondial, il y a matière à nous inquiéter, forcément.

L’idéal serait sans doute de rejeter ce titre sur notre futur adversaire, nos voisins Français, qui, normalement, ne devraient pas se faire prier pour assumer ce rôle qui leur convient bien mieux qu’à nous, les Belges, un rien plus humbles.

En attendant, quelle belle demi-finale que celle-là, entre deux pays qui ne ratent jamais l’occasion de se taquiner, le plus souvent gentiment, la palme revenant tout naturellement aux occupants de l’hexagone, toujours les premiers pour se faire des gorges chaudes sur le dos des autres.

Il s’agira ce soir sans aucun doute d’un DERBY, tel qu’on en connait entre les Krolos et les Rouches, avec la même tension, la même passion aussi, mais avec quel enjeu à la clef !

L’issue me parait à tout le moins très incertaine, même si les Français, un peu comme nous, ont profité de circonstances par moment favorables, comme l’absence de Cavani face à l’Uruguay, la défense aux abonnés absents des Argentins recomposée, elle aussi. Mais leur parcours, tout comme le nôtre, mérite le plus grand respect, leur assurance tranquille aussi, et leur nouvelle vedette, Mbapé, fait office d’une anguille, tant par sa vitesse déconcertante et qui pourrait nous faire très mal, que par son sens du but.

De cet homme, il faudra donc absolument nous méfier et prendre les mesures qui s’imposent, sans quoi …. D’autant qu’il évolue précisément sur notre flan gauche, celui qui justement nous fait peur.

Je n’ose donc imaginer un seul instant le retour aux affaires de Yannick Carrasco, de la part de Mr Martinez. Recourir à ce joueur serait courir au suicide, assurément.

Alors, pour croquer le Coq, mieux vaudrait nous transformer en malin Renard, pour arriver à nos fins et voler dans les plumes des bleus.

Personnellement, et afin de surprendre nos amis Français comme notre coatch l’avait si bien fait face au Brésil, je modifierais une fois encore légèrement le système, tenant compte aussi de la prestation cinq étoiles avec le repositionnement en retrait de Lukaku, rapide à souhait malgré son gabarit, infiltreur et conservateur du ballon en diable et avec le même bonheur, et qui nous est apparu comme un vrai rock une fois en possession du ballon.

Voici donc mon équipe pour ce soir :

*                                  Batshuhayi

 

  • Hazard                Lukaku                  Debruyn

 

  • Witsel     Fellaini

 

  • Vertonghen Vermaelen   Kompany  Aelderwereld

 

  •            Courtois

Avec cette mise en place, Vertonghen pourrait prendre Mbapé dans un premier temps, tout en étant couvert par Vermaelen ensuite, en cas de dépassement.

Qui plus est, la présence d’Eden devant obligerait les Français à prendre eux aussi des dispositions pour ne pas trop se découvrir de ce côté.

Une chose est toutefois certaine, indépendamment de notre envie légitime de voir les nôtres s’imposer et accéder ainsi à la GRANDE FINALE, au nez et à la barbe de nos sympatiques voisins, une victoire de la Belgique serait la bien-venue, et ce pour plusieurs raisons.

La première est que cette génération attendait depuis trop longtemps de pouvoir briller, et que son tour semble vraiment être arrivé, au contraire des Français qui, non seulement, ont déjà connu la gloire, mais peuvent encore patienter un peu.

Secondo, en cas de victoire Belge, nos voisins d’outre Quiévrain trouveront des raisons malgré tout de participer eux aussi à la fête, vu qu’à leurs yeux, ils auront activement participé à notre succès par l’entremise de Thierry Henry et même de notre Eden, qu’ils assimilent presque à l’un des leurs ….. pour soit disant l’avoir formé à Lille. Mais qu’a donc fait Eden jusqu’à ses 15 ans ? Jouer aux billes ? En cas de victoire de la France, par contre, nous les Belges n’aurions droit à aucune part du gâteau.

La troisième raison, l’essentielle plus que toute autre, relève de la qualité du noyau, incomparable en ce qui nous concerne, même si les Français ne sont pas loin derrière, mais quand même. Et ce n’est pas Guy Roux qui nous contredira sur ce point…..

Et puis, il est un facteur qu’il ne faudrait peut-être pas négliger dans l’optique de cette rencontre insolite, c’est l’endroit où elle se joue, à savoir dans le stade du Zénith St Petersbourg. Il ne m’étonnerait en effet pas outre mesure que le public Russe, privé désormais de son équipe Nationale, prenne fait et cause pour la Belgique, où évolue un certain … Axel Witsel, qui fait un peu partie des leurs, lui aussi.

Alors, vivement ce soir, pour écrire une nouvelle page de notre histoire, la plus belle peut-être, et

ALLEZ LES DIABLES, sortez de votre boîte une nouvelle fois, et montrez au monde entier ce dont vous êtes capable, plus encore que face au Brésil de Neymar.

Gérouche

 

Facebook Comments
Similar Articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top