Clasico de la honte: le Standard risque aussi d’être sanctionné

Le Standard de Liège doit se présenter mardi devant la Commission des litiges de l’Union belge de football (URBSFA) pour l’utilisation de feux de Bengale par les supporters liégeois avant le coup d’envoi de Standard-Anderlecht, match qui a finalement été arrêté. L’Union belge de football (URBSFA) l’a annoncé lundi.

Le Clasico du 12 avril à Sclessin a été arrêté définitivement après 31 minutes en raison de jets de fumigènes et de pétards depuis la tribune des supporters d’Anderlecht. Après un avertissement via le speaker du stade et une interruption temporaire, l’arbitre Erik Lambrechts avait mis un terme à la rencontre après 31 minutes de jeu.

Avant la rencontre, les supporters du Standard avaient eux aussi allumé des feux de Bengale en tribunes provoquant un nuage de fumée qui a entraîné un retard pour le coup d’envoi.

Alors que la Commission des litiges d’appel rendra bientôt son verdict sur les sanctions infligées à Anderlecht, le Standard risque une amende. Le parquet fédéral poursuit les Rouches, qui doivent se présenter mardi devant la Commission des litiges. Cette audience ne concerne que l’utilisation de matériel pyrotechnique avant le coup d’envoi. L’audience débutera à 14h.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.