Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de « Gerouche »: FIN DU BLACKOUT

Le mot de « Gerouche »: FIN DU BLACKOUT

Chers supporters,

Voici déjà 15 jours que nous avons basculé dans une nouvelle année, et presqu’un mois s’est écoulé depuis ma dernière parution sur ce site. C’est fou ce que le temps passe vite.

Je profite donc de mon retour pour vous présenter une fois encore mes bons vœux, à vous et à vos familles, famille des rouges comprise, bien entendu.

Mon silence, ou plutôt mon absence du site, durant les fêtes, était non seulement prévisible mais annoncé, l’actualité footballistique étant mise en veilleuse, ou presque.

Quelques événements sont toutefois venus secouer cette monotonie hivernale, comme notre importante victoire sur notre ennemi héréditaire, le SC Charleroi, et ce sur ses propres terres, sur leur terrain qu’ils auraient espéré conserver inviolé, selon les propres aveux de Felice Mazzu.

C’était sans compter sur les nôtres, toujours prêts à se défoncer quand il s’agit d’en découdre avec leur voisin zébré, pour le plus grand plaisir des supporters rouges.

Dire que ce match fut de très haut vol serait travestir la vérité, mais il fut comme de coutume très engagé, parfois trop, avec toutefois un bon tempo.

Entendre dire aussi du coatch carolo qu’ils auraient mérité au moins un point, c’est un peu poussé aussi. Certes, nos adversaires ce soir-là ont  pris la seconde mi-temps à leur compte, mais quoi de plus normal, après avoir subi les événements dans le premier acte et encaissé.

S’ils ont été tenu en échec, finalement, c’est essentiellement dû à leur approche trop défensive au coup d’envoi, ayant tacitement accepté notre domination, point. J’en conclus que leur complexe d’infériorité par rapport au Standard est loin d’avoir été évacué, et c’est tant mieux … pour nous.

Ce qui a changé, par contre, c’est l’attitude positive des supporters des deux camps. Que rien de répréhensible n’ai été signalé au terme de la rencontre relève déjà de l’exploit, tant sur le terrain, dans les gradins qu’en ville….. et pour une fois, la Wallonie n’a pas eu à rougir par rapport à nos voisins Flamands.

Toujours est t’il que notre équipe a brillamment relevé la tête et sa position au classement, au terme d’un mois de décembre qui nous a vu remonté de la 8ème place à la 4ème, soit sur les talons de l’Antwerp et devant les mauves.

De quoi nous débarrasser d’une certaine pression et d’envisager la fin de la phase classique avec bien plus de sérénité qu’espéré voici un mois et demi.

A coup sûr, donc, je dirais que le Standard de MPH est sur la bonne voie, cette fois, et que la patience était de nouveau nécessaire à voir les dessins du grand Michel prendre vie…. Sur les terrains.

J’en veux pour preuve aussi ces deux beaux résultats obtenus en phase de préparation, du côté de Malaga, contre des équipes en vue de la Bundesliga.

Ce qui est rassurant surtout, c’est que lorsqu’une équipe tourne, les joueurs qui en font partie ont moins tendance à vouloir à tout prix s’exporter ailleurs, sachant que le contexte leur est favorable.

Les déclarations de Luyindama, Marin, et autres joueurs sollicités vont d’ailleurs en ce sens.

C’est fou tout de même ce qu’une spirale positive peut changer dans une équipe de football, parfois en proie au doute.

Même les supporters aussi ne réclament plus l’arrivée de nouveaux joueurs, nos anciennese revendications s’articulant surtout autour d’un bon gaucher où nous estimions ne pas être parés, moi le premier, voire d’un grand attaquant.

Comme quoi nous avions tous tort, en fin de compte, pour n’avoir pas tenu compte de la présence dans notre effectif d’un Layfis, certes à l’époque utilisé comme défenseur central, d’un Kosanovic aussi, même si moins enclin à arpenter son flan. D’autant qu’il ne faudrait pas non plus oublier Fay et Cavanda, certes tous deux droitiers mais ayant déjà évolué de ce côté avec un certain bonheur…

Devant par contre, avec les blessures de SA et surtout d’Oularé, on peut encore nourrir quelques craintes. Mais qu’en sera-t-il quand ces deux-là seront complètement retapés et en forme

Bref, comme on dit communément, il n’y a pas le feu au lac et l’essentiel durant ce mercado hivernal sera de conserver nos ouailles.

Nanti de tout notre effectif au grand complet, avec un système de jeu qui semble de  mieux en mieux être assimilé et mis en place, tous les espoirs, je dis bien TOUS, me semblent permis.

Quant à notre autre ennemi juré, le SC Anderlecht, je me plairais assez à les voir pour une fois écarté des playoffs1. Ce serait pour sûr le « SCOOP » de l’année, déjà , tant leur arrogance passée nous a souvent heurté.

Certes, ils ont changé d’entraineur, mais, à moins de quelques arrivées significatives dans leur effectif, je ne les vois pas aisément se placer dans le  top6, des équipes comme Charleroi, Gand, ou même St Trond pouvant parfaitement les devancer.

Sans parler que les coatchs Hollandais auront rarement fait long feu chez nous, leur approche du foot étant souvent à des lustres de la nôtre.

Alors, joyeuse année 2019 les « rouches » et que la fête, bientôt, recommence. Car durant un mois, au moins, le foot et vous, vous m’avez manqué.

Gérouche

Facebook Comments
Similar Articles

One thought on “Le mot de « Gerouche »: FIN DU BLACKOUT

  1. Allez! Tu as au moins une admiratrice, mon cher Gerouche.
    J’ai aussi plaisir à te lire de nouveau.
    Encore mes meilleurs vœux et la santé en sachant qu’elle est liée au moral qui pour un Rouche est au moins influencé par les performances de son équipe favorite.
    Quant à Anderlecht, je souhaite me tromper mais je ne les vois pas hors des PO1, ne serait-ce qu’a cause des retours de Kara et du très laid.
    Et je vois aussi la Gantoise remonter donc ca va être très chaud si l’Antwerp et STVV ne faiblissent pas.
    COYR

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top