Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de « Gerouche »: COUP DE GUEULE

Le mot de « Gerouche »: COUP DE GUEULE

Très chers supporters,

Je m’excuse tout d’abord auprès de vous pour ce nouveau et trop long silence, mais, comme vous l’aurez sans doute aussi remarqué, l’accès au site est assez pénible depuis quelques temps. Mais notre brave administrateur a promis de résoudre le problème. Toujours est t’il que je croyais le site bloqué, pour une ou l’autre raison. L’informatique est parfois bien complexe, surtout sur internet, et maitriser le tout ne doit pas être évident.  Bravo donc à ceux qui en sont capables et qui s’y collent.

Cette parenthèse mise à part, l’aspect purement sportif reprend ses droits, tout naturellement.

Aussi, abstraction faite de notre victoire à « l’arraché » face à Courtrai, alors que nous semblions initialement partis pour produire du beau football, maitriser notre sujet et l’emporter facilement, je vais surtout m’attarder sur les décisions arbitrales, tant sur ce match là que celui auquel  il m’a été donné d’assister hier, lors de la première demi-finale aller de la coupe de Belgique, soit autant de coups de gueule.

Contre Courtrai, certes, et l’évènement mérite d’être souligné tant le VAR ne semblait jusqu’à ce jour n’avoir été créé que pour contrecarrer les dessins du Standard, ce système  nous a tiré cette fois d’un piège qui semblait s’être inexorablement refermé depuis ce but tombé du ciel des pieds de ce diable de Chevalier sans cuirasse mais plutôt as du cuir.

Certains pourront toujours dire, VanderHaege en tête, que l’impact du public a largement contribué au revirement du referee, mais force est bien de constater, images à la clef, que le ballon avait bien été touché de la main par Mboyo. Maintenant, qu’il y ai intention ou pas, c’est une autre histoire. Le fait est que ses bras n’étaient pas le long du corps et a donc influencé l’action.

Les interprétations de ce genre de situation ont déjà fait couler beaucoup d’encre, la faute sans doute à une règlement insuffisamment précis, à défaut d’être subtile.

Ne serait-t-il pas plus simple et plus juste de considérer qu’une main dans le rectangle est systématiquement synonyme de coup de réparation, d’une part, le cuir n’ayant pu poursuivre sa trajectoire originelle, et que l’intention, si elle est avérée, équivaut en plus de la première sanction,  à une carte jaune, voire rouge, à tout le moins ? Cette distinction permettrait, à l’avenir, d’éviter bien des griefs et commérages inutiles.

Toutefois, le pire en matière d’arbitrage nous a été donné hier soir, derrière les casernes … Malinoises.

Dire qu’il est déjà étonnant que le club Malinois, ayant soudoyé le corps arbitral la saison dernière en toute impunité, puisse continuer à prester à ce niveau est déjà aberrant en soi. D’autres n’auraient pu bénéficier d’autant de clémence et auraient été rétrogradé pour moins que ça !

Mais, au vu du contexte de la rencontre d’hier soir et du déroulement de la partie, dans le 1er acte, on est en droit de se demander si les dirigeants des sang et or n’ont pas remis les couverts, tant l’annulation des deux beaux buts parfaitement valables de l’Union a paru étrange, alors que le  VAR était présent, un comble…. A ce niveau, et pour une rencontre d’une telle importance.

Le pire, fort heureusement, put être évité, les bien pâles Malinois n’ayant pu au final l’emporter, malgré l’exclusion d’un joueur de l’Union dès l’entame du second round.

Je me dis donc que le dernier scandale concernant l’arbitrage en Belgique n’a guère fait progresser les choses, et que notre petit pays continue à représenter le plus mauvais exemple en la matière.

Je me dis qu’il serait bon d’aller une fois encore gratter du côté des dirigeants Malinois, tant les décisions arbitrales et l’absence de réaction des préposés au var est troublant, une fois encore.

Plus que jamais, l’issue d’un match parait plus reposer sur ce qui se passe en coulisse que la réalité du terrain, et ce constat est bien navrant.

Mon intervention ce jour se limitera donc à ces deux coups de gueule, qui, hélas, tendent à dépasser le cadre du sport.

A méditer entre nous.

Gérouche

Facebook Comments
Similar Articles

2 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: COUP DE GUEULE

  1. Tout à fait d accord Mais je pense qu il faudrait confier cette technologie Du var avec un cahier de charge clair à une entreprise capable d’installer le var dans chaque club de D1,D2 Cela devrait être une obligation pour avoir La licence. Ensuite il serait temps de prendre le temps de former les joueurs Mais aussî d uniformiser le corps arbitral dans les décisions et je pense qu il faut donner un droit à l entraineur comme au hockey de demander un retour sur la phase et que dire du temps de jeu.
    Le foot reste trop traditionnelle et doit s’adapter

  2. VAR ou pas VAR, il serait temps qu’un jour, toutes les parties constituant le football belge, se mettent d’accord pour protéger les attaquants et les joueurs créatifs des brutes épaisses comme l’Antwerp en compte quelques unes dans ses rangs…….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top