Vous êtes ici
Home > RTBF > Anderlecht-Standard, duel entre deux effectifs en souffrance

Anderlecht-Standard, duel entre deux effectifs en souffrance

La rencontre de dimanche entre Anderlecht et le Standard n’a (presque) plus rien du choc attendu à chaque début de saison. Un duel entre le 7ème et le 11ème du classement de la Pro League. Une affiche du ventre mou, entre la lutte pour le maintien et l’espoir d’un Top 6.

Pourtant, ce match agite toujours autant la sphère du ballon rond belge. D’autant plus qu’entre les deux formations difficiles de dire laquelle est le plus en souffrance.

Un coach en partance, l’autre en sursis

Installé sur le banc à la suite du départ précipité de René Weiler, Nicolas Frutos va plus que vraisemblablement vivre son dernier match en tant que T1 anderlechtois ce dimanche. L’arrivée probable de Hein Vanhaezebrouck au Sporting va mettre fin à cette première aventure du coach argentin. « L’intérim était prévu comme cela dès le départ et je le savais, a déclaré sans sourciller l’ex-attaquant vedette du RSCA en conférence de presse vendredi. C’est un véritable privilège de pouvoir terminer avec un tel match. »

Si Frutos est parvenu à poursuivre l’aventure en Coupe de Belgique en battant de justesse Westerlo et à renverser Waasland-Beveren lors de la 8ème journée de championnat, la lourde défaite à domicile face au Celtic mercredi en Champions League (0-3) a convaincu les dirigeants bruxellois de trouver une solution plus expérimentée pour redresser la barre. L’Argentin a donc une dernière occasion de prouver qu’il a les épaules pour diriger la formation mauve. Pour mieux revenir dans quelques années ?

La situation de Ricardo Sa Pinto au Standard n’est que légèrement plus stable. Avec 3 victoires, 3 partages et 3 revers toutes compétitions confondues, le Portugais éprouve de grandes difficultés à tirer la quintessence de son groupe. Toutefois, les Liégeois restent sur deux succès consécutifs (en Coupe contre Heist et en championnat face à Lokeren). Une première mini-série qui offre un peu de répit à Sa Pinto. « Au Standard, ça peut aller très vite dans un sens comme dans l’autre. Tous les coaches jouent gros tous les matches… Nous sommes derrière Sa Pinto. On relève la tête petit à petit » a assuré le directeur sportif des Rouches Olivier Renard après la victoire arrachée face à Lokeren.

Des portiers qui tiennent la route

Depuis le départ de Weiler, Frank Boeckx a supplanté Matz Sels au poste de titulaire à Anderlecht. Le porte-bonheur des Mauves la saison dernière est en train de retrouver son meilleur niveau. Il l’a d’ailleurs magnifiquement prouvé à Waasland-Beveren la semaine dernière.

Arrivé cet été, Guillermo Ochoa réussit un début de saison correcte malgré les difficultés de son équipe. Le Mexicain est une valeur sûre de l’effectif liégeois.

Une défense qui se cherche, l’autre qui s’est trouvée ?

Incroyablement fébriles depuis le début de saison, la défense anderlechtoise ne trouve pas la solution pour solidifier son assise. A 3, à 4 ou à 5, les Mauves ne rassurent pas. De plus, les blessures s’accumulent. Après Andy Najar, Kara Mbodj, Ivan Obradovic, c’est au tour d’Uros Spajic, sans doute l’élément le plus régulier de l’effectif bruxellois, qui est sur la touche. Si Kara et Obradovic devraient être dans le noyau dimanche, la fragilité de ce secteur est inquiétante.

Depuis le lourd revers brugeois (4-0), Sa Pinto a décidé de se passer des services d’Alexander Scholz au profit de Christian Luyindama. Et cela paye. Le Standard a depuis enchaîné 4 rencontres sans défaites avec seulement 2 buts encaissés.

Un entrejeu de qualité sans régularité face à un milieu en manque de créativité

Sur le papier, Anderlecht peut se targuer d’avoir l’entrejeu le plus qualitatif de la Pro League. Pourtant, force est de constater que l’utilisation de ces individualités n’offrent pas le rendement espéré. Leander Dendoncker et Sven Kums, censés être les dépositaires d’un jeu léché, sont très loin de leur meilleur niveau.

Au bord de Meuse, Sa Pinto s’appuie sur le duo Uche AgboMerveille Bokadi pour renforcer son assise défensive. Une doublette plus physique que créative. Razvan Marin pourrait apporter ses qualités techniques qui font cruellement défauts mais le coach portugais préfère l’utiliser comme joker. « Pour le moment, j’ai surtout besoin de lui quand on évolue dans les trente derniers mètres adverses, quand on doit mettre la pression pour marquer » souligne Sa Pinto.

Offensivement… c’est la crise

Avec respectivement la 8ème et la dernière attaque du championnat, Mauves et Rouches sont complètement perdus offensivement.

Lukasz Teodroczyk, meilleur buteur la saison dernière, est en perte totale de confiance et aucun autre élément ne parvient à prendre ses responsabilités. Le meilleur ‘goaleador’ du club se nomme Henry Onyekuru mais celui-ci n’est même pas considéré comme un titulaire indiscutable.

Côté liégeois, c’est la même rengaine. Aucun joueur offensif ne sort du lot. Cependant, le Croate Duje Cop a marqué lors de ses deux dernières sorties et Paul-José Mpoku a endossé le rôle de sauveur lors des deux dernières journées de Pro League. A confirmer.

Des doutes, des doutes et encore des doutes

Avec des coaches sous pression, des effectifs qui ne donnent pas de garanties et des doutes plein les têtes, c’est donc la plus grande incertitude qui règne à la veille de cette rencontre.

Bien malin celui qui peut prédire le résultat final.

Commentaires

Commentaires

Laisser un commentaire

Top