Vous êtes ici
Home > Walfoot > Henry offre un cadeau d’adieu à Nicolas Frutos

Henry offre un cadeau d’adieu à Nicolas Frutos

C’est un Clasico qui mettait aux prises deux équipes en crise ce dimanche au Parc Astrid. Lors de la première période, le doute était perceptible sur le terrain, et la bonne volonté était présente après la pause. C’est Henry qui a délivré le Parc Astrid.

Après la Ligue des Champions, Frutos change son système. Retour à un 4-3-3 plus classique, une charnière centrale formée de Sa et de Kara, Dendoncker retourne au milieu de terrain, Onyekuru est aligné aux côtés de Teodorczyk. Du côté du Standard, l’absence de Carlinhos permet à Marin d’être aligné.

Un blessé, des changements, pas de rythme

Le début de la rencontre est aussi nerveux que l’ambiance est tendue au Parc Astrid. Anderlecht tente de mettre une petite pression sans être vraiment dangereux. Le plan du Standard semble clair: miser sur un contre avec de la vitesse sur les flancs. La première frappe du match vient des pieds de Kara, Ochoa capte en deux temps. Bokadi réplique, son tir s’envole.

Il y a eu beaucoup de duels dans cette rencontre

Les acteurs semblent nerveux, les passes ne sont pas toujours précises et les actions ne durent jamais fort longtemps. Bokadi se blesse alors, ce qui oblie Sa Pinto à changer ses joueurs de place: Mpoku va en 10, Marin descend d’un cran et c’est Luchkevych qui entre au jeu sur la droite. Ce temps mort n’améliore pas le rythme de la rencontre, la mi-temps est sifflée sur un score nul malgré une dernière frappe enroulée de Teo qui fuit le cadre.

Un peu de bonne volonté

La deuxième période reprend avec les mêmes acteurs. Anderlecht tente toujours de faire la différnec eet Hanni se crée la première occasion de cette deuxième période mais sa frappe n’est pas cadrée. Le Standard profite lui des boulevards laissés par Appiah et par deux fois, un centre aurait pu être coupé au premier poteau mais Kara s’en sort bien. Cop tente à son tour sa chance, mais le ballon est enlevé. Au moins, il y a de la bonne volonté.

Teodorczyk aura eu les meilleures occasions de la rencontre au bout du pied

Ochoa, qui passe finalement une soirée bien tranquille, reste bien concentré ce qui lui permet de sortir une belle frappe de Teodorczyk qui avait éliminé son opposant d’un coup du sombrero. Il reste surtout attentif lorsque le Polonais essaie de le dribbler, et quand il doit sortir une nouvelle frappe de Teo du gauche. Bref, Anderlecht ne trouve pas la faille et Frutos tente de changer la donne en comptant sur Gerkens alors que Sa Pinto tente la carte Edmilson.

Un dernier quart d’heure sous tension

Harbaoui fait son entrée, tout comme Stanciu qui est réclamé par le public, mais les minutes s’écoulent et c’est plutôt le Standard qui semble dangereux en contre, avec un Mpoku intenable, que ce soit sur le flanc gauche ou droit, mais il manque toujours quelques centimètres à Cop. Ces centimètres, Henry les a pour reprendre victorieusement un centre de Dendoncker (89′, 1-0). Muchkevych aura la balle d’égalisation quelques secondes plus tard, mais il manque le cadre.

Avant l’arrivée de son nouvel entraîneur, le Sporting d’Anderlecht remporte donc le Clasico. Le Standard reste lui à la onzième place.

Commentaires

Commentaires

Laisser un commentaire

Top