Chronique d’un C4 inévitable

Pierre Danvoye, journaliste à Sport/Foot Magazine, revient sur le licenciement de Yannick Ferrera et sur la nomination d’Aleksandar Jankovic au Standard.

Quelle est ta réaction au licenciement de Yannick Ferrera ? Que penses-tu du timing ?

C’est la chronique d’un C4 inévitable. Il aurait probablement volé dehors bien plus tôt si le Standard n’avait pas gagné la Coupe. Dès l’échec dans la course aux PO1 la saison dernière, il était en sursis. Il a commencé ce championnat en disant publiquement qu’il savait très bien que chaque match pouvait être le dernier pour lui. En privé, il se plaignait de l’ambiance détestable dans le club, de l’absence de contacts avec ses patrons. Quand il compare le Standard à Koh-Lanta, avec des alliances secrètes et un quotidien où tout le monde se méfie de tout le monde, ça veut dire beaucoup. Sport Foot Magazine a publié un résumé de la situation, la semaine dernière. Un cadre du club nous a confirmé entre-temps que c’était la vérité, rien que la vérité ! Même si ça ne le leur plaisait pas de la lire…

Yannick Ferrera n’a pas du tout été consulté pour le recrutement, il a appris certains transferts par la presse. S’il n’avait pas pris un point à Bruges, il aurait probablement sauté quelques jours plus tôt. Mais pourquoi avoir attendu jusqu’à aujourd’hui, alors ? Avec la trêve internationale, le nouvel entraîneur aurait pu profiter de deux semaines complètes pour découvrir son noyau. Un noyau qui est occupé à découvrir les six transferts entrants du dernier jour du mercato… On est mardi, le Standard joue un gros match dès dimanche. Le club a finalement perdu du temps.

Aleksandar Jankovic est-il un bon choix ?

Si on se base sur ce qu’il a fait à Malines, ça ne saute pas aux yeux. Mais il a des qualités qui jouent énormément pour lui. C’est un homme parfaitement éduqué, il parle bien, il manie parfaitement le français, il sait discuter intelligemment de football pendant des heures, il présente très bien. Je pense que cela l’a parfois aidé, quand l’équipe traversait une tempête. Un entraîneur un peu hooligan en training et au langage des gars de la rue n’aurait peut-être pas tenu aussi longtemps là-bas que ce gentleman serbe ! Reste à voir ce qu’il peut apporter au Standard. Son grand maître, Slavo Muslin, s’y est bien planté il y a juste un an…

Comment expliquer la réactivation de la filière Malines – Standard ?

Olivier Renard est pour beaucoup dans l’arrivée de Jankovic. On ne sait pas s’il a les pleins pouvoirs au Standard… parce qu’on a l’impression qu’il y a pas mal de personnes qui essaient d’avoir le maximum d’influence sur la politique sportive : Renard, Daniel Van Buyten, Bruno Venanzi, Christophe Henrotay. Ce qui frappe quand même dans l’arrivée de Jankovic, c’est qu’il est un client historique de l’agent Dejan Veljkovic. Cela veut donc dire que Christophe Henrotay n’a pas réussi à placer un de ses clients, comme Vitor Pereira qui était comme par hasard en ‘visite de courtoisie’ à Sclessin lors du match récent contre Charleroi. La nomination de Jankovic annonce peut-être une certaine perte de pouvoir du duo Henrotay – Van Buyten.

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire