Que risque le Standard ?

Charleroi-Standard a été interrompu suite aux jets de pétards des certains supporters du Standard. Les fans liégeois n’en sont pas à leur coup d’essai et le club pourrait être sanctionné.


S’il a remporté le match, le Standard pourrait perdre bien plus en coulisses. La balle est à présent dans le camp de l’Union belge qui devrait se saisir rapidement de l’affaire sur base du rapport de l’arbitre. Monsieur Wouters a dû interrompre la partie durant 10 minutes après des lancers de fumigènes, de pétards et des sièges arrachés par les supporters du Standard. Des faits qui pourraient faire l’objet de poursuites par le parquet de l’Union Belge.

Si sanction il y a, elle pourrait tomber rapidement dans les 8 à 10 jours. Rappelons que le club liégeois est sous le coup d’une menace d’un match à huis clos à la suite de la banderole anti-Defour.

La Commission des Litiges pourrait décider de lever ce sursis et de condamner le club liégeois à un match à huis-clos. La Commission pourrait également alourdir la sanction pour cause de récidive.

Reste à savoir si le comportement de quelques supporters trop bouillants risque de pénaliser tout un stade? Ce sera sans doute l’un des arguments de la défense du club liégeois.

Lors d’incidents au Stade du Pays de Charleroi en Europa League en juillet dernier, le Beitar Jérusalem avait été contraint à payer 90.000 euros d’amende pour des faits similaires. Mais c’était alors une décision de l’UEFA dont les règlements sont plus stricts.

L’Union belge pourrait aussi se pencher sur les jets de projectiles dont a fait l’objet le capitaine du Standard Jelle Van damme. Des projectiles venant des supporters carolos.

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire