Ferrera: « Santini est parti, nous devons avancer »

Yannick Ferrera refuse de se morfondre sur la perte du meilleur buteur du club.

Après Westerlo la semaine dernière, le Standard affrontera ce soir une autre équipe qui lui a pris six points la saison dernière, faisant très mal au décompte final pour les PO1. « Cela peut paraître stupide mais la semaine dernière, on a pris un point alors qu’on avait perdu lors du dernier exercice », lance Yannick Ferrera. « Même si le contenu n’était pas toujours bon, on peut ressortir de ce match avec un sentiment positif; celui de ne pas avoir perdu. »

Saint-Trond, cela semble désormais être de l’histoire ancienne pour le coach du Standard. « Je dirai bonjour à certaines personnes avant et après le match. Pour le reste, il n’y a plus beaucoup de joueurs de mon époque si ce n’est Dutoit ou encore Kotysch. »

La semaine dernière, le T1 précisait qu’il souhaitait voir son noyau réduit. Lorsqu’on lui demande s’il est désormais satisfait que cela soit le cas avec les mises à l’écart d’Emond, de Yattara ou encore d’Öztürk, le coach rétorque, sur la défensive : « Je ne parlerai que du match de Saint-Trond car quand je parle d’autre chose, cela me retombe sur la figure. »

Au moment d’évoquer le départ d’Ivan Santini, le son de cloche était similaire. « Ivan est parti, cela ne sert à rien de pleurer. Il faut avancer. Notre ligne d’attaque actuelle est jeune mais talentueuse. À nous, staff, de mettre ces joueurs dans les meilleures conditions possibles et à eux de montrer qu’ils sont présents. À nous de leur donner les moyens d’exploser. Sera-ce le cas ou non, est-ce que cela sera éphémère, nous verrons. »

Le départ du grand Croate pourrait contraindre le T1 à revoir ses plans tactiques. « Nous n’avons pas de profil similaire à Ivan. On va certainement perdre en point d’appui mais ce qu’on perd, on le gagne en profondeur et en vitesse. À nous de trouver les solutions et aux joueurs de se montrer forts en jouant autrement. »

Ce samedi, les Liégeois devront impérativement afficher un autre visage. « Avant Bruges et Westerlo, on a produit du bon jeu. On en est donc capable. Le fait d’avoir parlé à certains me fait dire qu’ils ont compris certaines choses, comme moi. »

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire