Ferrera: « Mon dernier match ? Je ne crois pas »

Yannick Ferrera ne se sent pas menacé à l’aube d’un choc wallon qui s’annonce crucial pour les Liégeois.

Les semaines se suivent et se ressemblent à Sclessin en ce début de saison. La sérénité, comme souvent, n’est pas vraiment de mise. Pas toujours de bon augure alors qu’un choc wallon, qui pourrait bien redistribuer les cartes, se profile à l’horizon.

Conscient du climat peu propice qui entoure cette rencontre, Yannick Ferrera lance un appel aux fans. « On ne les a plus vus au stade depuis quasiment 5 mois. On est heureux de les retrouver et j’en appelle vraiment à l’unité. Je sais qu’il y aura certains messages contre moi, contre la direction ou encore contre certains joueurs. Mais je le répète, j’appelle à l’unité pour que, tous ensemble, nous réalisions quelque chose de beau. Si tout le monde tire dans le même sens, cela peut donner un mélange détonant. »

Serein mais pas crédule, le technicien sait pertinemment bien qu’une défaite ce vendredi soir face à l’ennemi de toujours ferait évidemment tache. « Sera-ce mon dernier match ? Je ne crois pas. On ne m’a pas tenu ce discours et moi, je vous répondrai que non. J’espère que ce choc wallon ne sera qu’un match d’une longue série en cours qui durera encore longtemps. »

Pour le T1, la pression ne semble donc pas poser problème. « Cette fameuse pression autour de ma personne, il faut en parler avec ceux qui l’ont évoquée. Moi, je ne la ressens pas. Les joueurs ? Ils sont conscients qu’on aurait souhaité davantage qu’un bilan de quatre points. Mais si on pense à la pression, cela va nous freiner. »

En semaine, Ferrera a décidé, après les avoir évincés, de rappeler Emond et Yattara au chevet du groupe. « Je ne m’exprimerai pas sur ce sujet. Je me concentre sur le match », a-t-il précisé jeudi.

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire