Felice Mazzù: « Le cadre du sport a été dépassé »

« Quand on est battu de la manière dont on est battu hier, on ne sait pas quels sont les vrais éléments qui ont provoqué cette défaite.

En toute objectivité, le match s’est davantage joué dans les tribunes que sur le terrain. C’est assez regrettable. Les gars ont reçu un coup sur la tête et je suis là, avec mon staff, pour les rebooster et les remotiver« , a expliqué Felice Mazzu au micro de la RTBF au lendemain de la défaite du Sporting de Charleroi face au Standard (2-3).

De toute évidence, le coach carolo ne parvient pas oublier les événements malheureux qui ont terni le derby wallon.

« Je n’adhère pas à tout ce qui s’est passé hier. Je ne comprends pas pourquoi on ne met pas de carte quand il y a agression et qu’on en met quand on fête un but. Je ne comprends pas qu’aucune décision n’est prise quand on touche à l’intégrité d’un de mes joueurs. Je pense évidemment à mon gardien. Tout cela, je ne parviens pas à le comprendre et donc par rapport à cela, je suis énervé et fâché. Et je le suis d’autant plus qu’on a été battu de la manière que vous connaissez. C’est assez frustrant », note Felcie Mazzu.

Et à la question de savoir si le match aurait dû être arrêté, le T1 de Charleroi est catégorique : « Le règlement dit que lorsque l’intégrité d’un joueur est menacé, on rentre au vestiaire. Cela a été le cas. On revient sur le terrain et si, à nouveau, l’intégrité de l’un ou l’autre joueur est menacé, on doit arrêter la rencontre. Or, quand on a repris le jeu, il y a à nouveau un pétard qui a été lancé dans la zone de Penneteau. Si on applique le règlement en donnant un carton jaune à un joueur fêtant son but avec le public, alors il faut aussi appliquer le règlement à la lettre pour le reste aussi ».

Mercredi, dans le cadre de la 13ème journée de championnat, Charleroi se rend à Waasland-Beveren, 8ème avec deux points d’avance sur les Zèbres, 10èmes au général. Après deux revers d’affilée, Mazzu devrait effectuer quelques changements dans son onze de base. Aujourd’hui, les Carolos sont à 5 points du top 6 et n’ont que 4 points de plus que la lanterne rouge. Quoi qu’il en soit, pas de panique …

« On s’est déjà retrouvé dans des situations plus alarmantes que celle d’aujourd’hui. Il faut continuer à bosser, rester calme et serein. Il ne faut pas se prendre pour ce que nous ne sommes pas et ne pas croire que nous connaissons tout. Aujourd’hui, on sait qu’on ne sait pas. Et quand on ne sait pas, la meilleure chose à faire, c’est travailler. Quand on enchaîne deux défaites, il faut tout faire pour que le troisième match n’en soit pas une« , a conclu Felice Mazzu.

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire