« Le Beitar avait reçu 90.000 euros d’amende mais le Standard ? 1.500 euros »

Dimanche soir (18h), lors de la 12e journée de Jupiler Pro League, le derby wallon a tourné à l’avantage du Standard de Liège (2-3). Pour les dirigeants, staff et joueurs du Sporting de Charleroi, l’interruption de la partie à la 79e minute a clairement joué en leur défaveur.

À la 79e minute de jeu, après un énième jet de fumigènes, sièges et projectiles en tout genre en provenance de la T2 occupée par les supporters liégeois, l’arbitre Luc Wouters décidait de renvoyer les 22 acteurs au vestiaires, alors que le Sporting de Charleroi menait 2-1.

Après cette interruption temporaire, le Standard de Liège, visiblement requinqué moralement, est parvenu à inscrire deux buts.

« Face à une telle attitude d’une frange de public, nous ne pouvons qu’être impuissants : la rencontre devait être interrompue. Mais il est clair que ce fait de jeu nous a fait sortir de la rencontre », pestait Mehdi Bayat, à l’issue des débats. « Le résultat aurait été identique si la partie n’avait pas été interrompue ? Je n’en sais rien. Ce score de 2-3 est le seul résultat que l’on retiendra. »

Et l’administrateur-délégué du RCSC de plaider pour de plus fortes sanctions à l’égard des coupables.

« En Belgique, il est temps que l’on prenne des mesures adéquates pour que ce genre d’incidents ne se reproduisent plus. Cela doit passer par un arsenal de sanctions bien plus sévères. Avec les caméras de sécurités, nous devons pouvoir être en mesure d’identifier et de condamner sévèrement les supporters fautifs. J’insisterai sur ce point auprès de la Pro League. »

Jelle Van Damme n’avait plus rien n’a faire sur le terrain »

Pierre-Yves Hendrickx partageait également le constat de Mehdi Bayat.

« Il y a trois mois, pour des faits partiquement similaires, le Beitar avait reçu 90.000 euros d’amende. Le Standard, lui, devra s’acquitter d’une somme de 1.500 euros », soulignait le directeur administratif.

« L’arbitre a très bien géré les incidents en tribune. La seule chose qu’on puisse lui reprocher, c’est qu’un joueur du Standard (NdlR : Jelle Van Damme, après avoir laissé trainé son pied sur la cheville de Dieumerci Ndongala) puisse encore marquer alors qu’il aurait dû être exclu depuis longtemps. »

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire