Vous êtes ici
Home > Dhnet.be > Ochoa: « J’ai opté pour le Standard car on jouera les premiers rôles »

Ochoa: « J’ai opté pour le Standard car on jouera les premiers rôles »

Guillermo Ochoa, qui a signé un contrat de deux ans plus une année en option, veut jouer l’Europe avec le Standard

C’est dans la plus grande simplicité et avec une certaine classe que Guillermo Ochoa s’est présenté, ce vendredi, à la presse belge. Alors qu’un traducteur avait fait le déplacement pour permettre au Mexicain de s’exprimer à son aise en espagnol, ce dernier a averti le club qu’il tenait à s’exprimer en français, un français qu’il n’avait visiblement pas perdu. « Depuis mon départ d’Ajaccio (2014), j’ai continué à pratiquer le français en Espagne où j’ai parfois servi de traducteur pour le coach », a précisé le Mexicain. C’est donc dans un français excellent que Memo a expliqué son choix de rallier Sclessin.

Pourquoi avoir opté pour le Standard ?

« Car c’est un grand club en Belgique. Ici, j’ai l’opportunité de jouer l’ Europa League ou la Ligue des Champions. C’est important dans ma carrière. Le club a gagné des titres et a de l’ambition pour cette saison. J’avais d’autres options mais le Standard me permet de lutter pour les premières places. »

Vous avez signé pour deux ans ?

« Exactement, avec une option pour une année supplémentaire. J’ai l’ambition de jouer l’Europe et c’est pour ça que j’ai choisi le Standard. J’ai des ambitions et j’espère qu’on fera une belle saison. »

Ce n’est pas la première fois que le Standard s’intéresse à vous.

« C’est vrai. Mais auparavant, je n’étais pas le seul décideur. Aujourd’hui, j’étais libre et j’ai pu choisir seul de venir ici. Cette saison est également importante pour moi car on est à un an de la Coupe du Monde. »

À quand remontent les premiers contacts ?

« Il y a un mois je pense. Ce n’était pas facile car après la Liga , j’ai rejoint le Mexique et l’équipe nationale pour la préparation à la Coupe des Confédérations avant l’envol pour la Russie. Avec les voyages et les matches qui s’enchaînaient, ce n’était pas simple pour les contacts avec le club mais le coach et les dirigeants ont respecté ma demande d’avoir du temps pour prendre la décision. Pendant une semaine, on a discuté avec ma femme et ma famille et on a décidé d’opter pour le Standard. »

Allez-vous devenir un leader ?

« J’ai de l’expérience et je dois la partager sur et en dehors du terrain. Le gardien doit être un leader, c’est un poste à part. Je vais tout donner pour que l’équipe obtienne de bons résultats. C’est un excellent défi pour moi. »

À 32 ans, comment jugez-vous votre niveau ?

« Avec le temps, j’ai pris de l’expérience. Je sens que je suis à la moitié de ma carrière. Un gardien peut jouer jusqu’à 40 ans et je me sens bien mentalement et physiquement. En fin de saison, je disputerai déjà ma 4e Coupe du Monde. Je me sens bien et heureux d’être ici. »

Avez-vous reçu la garantie d’être titulaire ?

« Je peux dire que le coach avait envie que je vienne et c’est important pour moi. Je respecte Jean-François Gillet, que je connais bien et qui a une superbe carrière. Je vais lutter, avec lui, pour ma place. Je donnerai tout. Je sais que dans la vie, et surtout dans le foot, il ne faut jamais se relâcher, même si on est titulaire. »

Dans votre carrière européenne, vous avez surtout évolué dans des clubs qui luttaient pour le maintien, c’est une frustration ?

« J’étais le premier gardien mexicain à quitter le pays. Oui, j’ai lutté pour ne pas descendre, même à Malaga. C’est pourquoi j’ai opté pour le Standard car ici, on jouera les premiers rôles. C’est bien de jouer la Ligue 1 et la Liga . Mais avoir l’ambition de gagner une Coupe ou un championnat, jouer l’ Europa League ou la Ligue des champions, c’est encore mieux ! »

Quelle a été la première réaction de vos proches à l’annonce de votre choix ?

« Ma femme m’a dit : ‘Je suis contente, nos enfants vont parler français’ (rires). Ma fille a vécu à Ajaccio, elle comprend le français mais ne le parle pas. »

Connaissiez-vous le coach, Ricardo Sa Pinto ?

« Pas personnellement, mais je savais qu’il avait joué au Standard et tout le monde connaît sa carrière de joueur. Depuis que je suis là, le coach est très attentionné avec moi et veille à ce que je ne manque de rien. Je suis content de la confiance qu’il m’accorde. »

Vous aviez des propositions plus lucratives au Mexique, pourquoi avoir choisi le Standard ?

« Car pour moi, le rêve est plus important que l’argent. C’était déjà la raison pour laquelle j’ai quitté le club d’América au Mexique (en 2011) qui paye très très bien. Mais le plus haut niveau, c’est ici, en Europe. Mon rêve, c’est la Ligue des Champions. »

« Les critiques au Mexique  ? Je suis ravi de mon choix »

Le Mexicain et ex-Rouche Carlos Hermosillo avait évoqué un pas en arrière dans la carrière de son compatriote.

Au Mexique, le choix de Guillermo Ochoa en a surpris plus d’un. La presse locale n’a d’ailleurs pas été tendre avec le portier de l’équipe nationale. Mais le nouveau Standardman ne prête pas attention aux critiques. « Leur avis m’importe peu. Je me concentre sur ma carrière et je suis ravi de mon choix. Au Mexique, il a été dit que j’optais pour la facilité mais c’est tout sauf cela. Je sais que ce ne sera pas simple en Belgique. Je suis heureux d’être au Standard qui me permet de rester en Europe et de lutter pour des titres. »

Guillermo Ochoa rejette également l’idée venue du Mexique selon laquelle notre compétition n’est pas attractive. « Je sais que le niveau est bon, je connais plusieurs équipes. Au Mexique, les gens pensent que le championnat belge est une compétition faible mais c’est faux. De ce que j’ai vu de l’équipe, je peux dire qu’elle est bien balancée avec des joueurs d’expérience et de bons jeunes. L’objectif sera de figurer le plus haut dans le classement, voire remporter le titre. »

La critique la plus vive est venue de la bouche de l’ancien Standardman Carlos Hermosillo, qui précisait qu’il s’agissait d’un pas en arrière dans la carrière d’Ochoa. « Je n’ai pas trop envie de parler de lui », rétorque le portier. « C’était une autre époque. Je ne sais même pas comment il est arrivé au Standard, si c’était un prêt, un transfert définitif… Je préfère parler de ma carrière, pas de lui. Au Mexique, c’était un bon joueur mais il était attaquant et moi je suis un gardien… »

Commentaires

Commentaires

Laisser un commentaire

Top