Les changements tactiques de Ferrera

L’ancien coach de Saint-Trond n’a dirigé sa nouvelle équipe que durant quatre jours. Mais face à Lokeren, et ce malgré la défaite, les Rouches avaient bien meilleure allure sur le terrain. Les Standardmen ont désormais besoin de trouver les automatismes.

« Regardez les matches de Saint-Trond« , avait déclaré Yannick Ferrera lors de la conférence de presse d’avant-match, quand certains aspects du jeu avaient été évoqués. Ce fut un très bon indice, le coach du Standard a déjà réussi à inculquer à ses nouveaux joueurs les concepts qui ont fait de lui la cible numéro un de la direction liégeoise.

Le 4-3-3, prôné par Muslin, est incompatible avec le Standard ? C’est pourtant bien en 4-3-3 que le Standard a débuté face à Lokeren. Même pas peur Yannick. Il est presque deux fois plus jeune que le sexagénaire serbe, mais Ferrera a déjà permis de croire que sa tactique devrait fonctionner. Et de donner raison à ceux qui s’exclamaient : « Il n’y a pas de mauvais système. »

Brüls dans un vrai rôle de médian offensif

Avec Muslin, le trio axial était composé d’Enoh, Julien De Sart et Adrien Trebel. Le Camerounais de la bande évoluait en six, le rouquin français et le Diablotin devaient jouer un cran plus haut et s’infiltrer.

Mais ce triangle n’était pas assez efficace. Trebel et surtout l’aîné des De Sart n’avaient pas rendement assez bon. Face à Lokeren, suite au forfait d’Enoh, les deux médians évoluaient côte à côté derrière Christian Brüls. Le Germanophone a disputé ses trois premières rencontres sur le flanc mais comme il nous l’avait déclaré, il préfère l’axe.

Comme à Saint-Trond avec Ono ou Mbombo dans le dos de Boli, Brüls a tourné derrière Yattara. Le temps où l’attaquant de pointe est seul sur son île est révolu.

Un pressing collectif

Saint-Trond pressait son adversaire jusqu’à le pousser à la faute. Le Standard version Muslin ne pensait que trop peu à presser son opposant. Les défenseurs de Lokeren et Copa ont été obligés de botter en touche à quelques reprises suite aux courses des joueurs liégeois.

En seconde période, Knockaert et Yattara sont partis à la poursuite de la défense lokerenoise, occupée à remonter le terrain en possession du ballon. Il y a deux semaines, nous n’aurions pas imaginé voir cela. « Le coach nous avait demandé de les harceler, d’aller chercher haut l’adversaire« , déclarait l’ex-attaquant de Lyon.

Des flancs qui travaillent

En perte de balle, le Standard se montrait rapidement compact. Deux lignes de quatre rapprochées étaient en place. Knockaert et Dossevi se replaçaient bien et en possession du ballon, les deux ailiers se retrouvaient à la même hauteur que leur attaquant de pointe.

Mais les backs aussi ont un rôle plus offensif lors de la récupération de balle. Milec et Jelle Van Damme étaient directement plus haut que la paire Fiore – Arslanagic.

Un mix entre défense en zone et marquage sur corners

La défense en zone de Muslin avait coûté trois buts encaissés sur corner. Les défenseurs ne se sentaient pas à l’aise mais Ferrera à apporter du changement. Un mix. Dimanche passé, les deux défenseurs centraux et Jelle Van Damme étaient alignés à hauteur du petit rectangle. Les autres joueurs étaient en marquage individuel.

« On tient la zone et il y a trois, quatre joueurs joueurs devant nous pour bloquer », nous a confié Corentin Fiore après la rencontre. « C’est une bonne solution. »

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire