Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de « Gerouche »: LES CAROTTES SONT CUITES ……..

Le mot de « Gerouche »: LES CAROTTES SONT CUITES ……..

Chers supporters,

Inutile d’épiloguer et spéculer ce matin sur les chances du Standard de monter sur le podium cette année, le verdict du dernier match nous ayant ôté définitivement toutes nos illusions, face à cet autre adversaire qualifié de « faiblard » et n’ayant engrangé jusqu’ici qu’un seul point au cours de ces playoffs !

Dire que voici un peu plus d’un mois, certains, moi y compris, on parlait de titre possible !

Vrai que la Gantoise, malgré sa ridicule récolte, développait un jeu bien plus chatoyant que le nôtre, depuis quelques temps, sans parvenir à concrétiser en terme de points. Voilà qui est fait pour eux, grâce essentiellement aux lacunes trop nombreuses de notre équipe, de plus en plus flagrantes.

Voici quelques temps, tous soulignaient nos insuffisances devant, privés que nous étions de SA et Oularé, tous deux blessés, et ne pouvant plus s’appuyer que sur le pauvre Emond, complètement cuit au terme d’une saison éprouvante et trop longue, ne pouvant assumer à lui seul l’alimentation du marquoir durant neuf mois.

Probable que le Direction, et avec elle MPH, ont spéculé sur le retour d’au moins un de ces deux-là au second tour, s’abstenant de la sorte à un recrutement considéré comme inutile, ce qui fut une première et colossale erreur.

Mais voici que s’ajoute un autre secteur de jeu, à l’arrière cette  fois, plus important encore car constituant la « base » mais tout aussi vidé de consistance, et s’appuyant durant le premier tour sur le duo performant « Luyndama-VanHeusden ». Seulement voilà, le premier est parti à la trêve, le staff estimant sans doute que Bokadi pouvait pallier à ce départ, et n’ayant pas prévu la rechute de Zino. Résultat : plus personne pour prendre le commandement de notre défense, juste trois lieutenants, essentiellement deux gauchers faisant qui plus est preuve de manque de rigueur sur l’homme.

Difficile dans ces conditions de pouvoir entretenir un rêve très vite éteint.

Pire, avec les blessures de Cavanda et Fay, voilà notre duo de coatch obligé d’improviser un nouveau système à trois, privilégiant ainsi le nombre plus que la qualité, mais insuffisamment préparé et au moment le plus mal choisi. Pas vraiment de la faute de MPH, vu l’absence d’autres solutions, mais bon….

Ce qui me désole ici, c’est que, une fois encore, ce système que je préconise depuis des lustres va de nouveau être  pointé du doigt, car utilisé à tort et à travers, une fois de plus. On l’a vu contre la Gantoise, où Layfis s’écartait pour aller chercher l’ailier droitier des Gantois et oubliant de tenir son homme au rectangle, Bokadi procédant de même à droite en abandonnant David  bien isolé.

Pour que ce système fonctionne, ces trois défenseurs, en phase défensive, doivent rester dans leur zone, pas se substituer aux backs jouant un cran plus haut et devant redescendre en cas d’infiltration adverser.

Bref, c’est actuellement la « Bérézina », il  n’y a pas d’autres mots, et je doute que les rouges puissent encore engranger le moindre  point d’ici la fin des playoffs, face à Bruges tout d’abord toujours concerné par le titre, et ensuite en déplacement à Genk, lors de la dernière rencontre, et actuellement bien trop fort pour nous.

C’est donc bien dans le recrutement plus que tout autre chose qu’il faut chercher les raisons de cet échec, que nous n’avons pas vu venir mais qui était pourtant prévisible, hélas.

Pointer une absence de mentalité à mon sens serait mentir. Ce n’est en tous cas pas ce que j’ai vu vendredi dernier, ni ce qui a été démontré durant la phase classique, le Standard parvenant très souvent à retourner les événements en sa faveur.

Seulement voilà, quand il n’y a plus personne pour marquer, que derrière on prend des buts à la pelle, difficile de tenir le cap, même avec la meilleure volonté du monde.

Et  comme, la saison prochaine, c’est cette fois l’entrejeu qui risque de se retrouver décapité, avec les départs certains sinon probables de Marin, Mpoku et Carcela, voire même Cimirot, il va y avoir matière à reconstruire, c’est une évidence.

Oh, pas qu’il faille tout changer, mais mieux entourer ceux qui resteront est tout aussi évident.

A cet égard, le recrutement de garçons comme DeWitte, de Malines, ou Dusenne, de Mouscron, me paraitrait apporter un plus à une défense souvent trop « légère » en terme de taille et de présence physique, les titulaires actuels se révélant la plupart du temps trop « gentils ».

Dans l’entrejeu, et même si l’arrivée d’Amallah a déjà été évoquée, elle ne suffira pas, probablement.

Et devant, à moins du retour aléatoire d’Orlando SA, on sait déjà que Djenepo n’en sera plus, et que compter sur les seuls Emond-Oularé et Lestienne, sera insuffisant, surtout si l’on veut enfin jouer avec deux attaquants.

Dans cette optique, le prêt d’un certain « Awoniy » ferait le plus grand bien, ou l’achat d’Avenatti.

Quant au rayon des satisfactions actuelles, elles sont, vous l’aurez compris, peu nombreuses.

Toutefois, Bastien, insuffisamment utilisé durant la saison, m’a bien plu, tout comme Oulare, totalement à court de compétition mais ayant fait bonne figure malgré tout. Même Goreux a démontré par moment qu’il n’avait pas tout perdu. De là à en faire un titulaire, certainement pas. Mais, pour le reste, c’est à peu près tout, Halilovic et Marin  ne me paraissant déjà plus trop concernés.

Voilà donc déjà le décors planté pour la saison prochaine.

En attendant, il conviendra de limiter la « casse », pour un test match qui s’annonce d’ores et déjà bien compliqué, la confiance du groupe s’étant probablement envolée, et la motivation plus encore.

Ca craint, assurément, et si, comme envisagé plus haut, cet adversaire de dernière minute venait à s’appeler le SC Charleroi, toute autre chose qu’une victoire serait apparentée à un « camouflet » et difficile à digérer par le staf, MPH en tête….

Mais peut-être serait-ce justement le seul adversaire susceptible de remotiver une dernière fois les troupes avant des vacances écourtées !

Gérouche

Similar Articles

One thought on “Le mot de « Gerouche »: LES CAROTTES SONT CUITES ……..

  1. Et oui Gerouche avec cette défense passoire on avait presque oublié sa disposition en 352 qui doit se muer en 532 en reconversion défensive comme on dit maintenant.
    Si j’ai déjà évoqué la nécessité d’un grand chambardement au détriment de la continuité, c’est parce que l’épine dorsale s’en va avec Luyndima, Marin, Dnenepo donc les meilleurs plus les autres pseudo vedettes de sorte que peu importe ceux qui restent ou arrivent, il va falloir de toute façon tout reconstruire.
    Et dans cet exercice on risque la facilité de privilégier une seule adresse soit Bayat alors que jusqu’ici Renard et son équipe privilégiaient le scoutîng patient de longue haleine. Marin, il l’a suivi longtemps , est allé le voir et discuter avec lui sur place..
    Hier à la Tribune le président de Genk, beaucoup plus sympa que leurs supporters au demeurant, expliquait leur méthode de recrutement. Ils suivent des joueurs font des choix puis s’adressent a leur agent pas le contraire. Renard versus Bayat en somme.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top