Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de « Gerouche »: LE HORS JEU A DEUX VISAGE … LUI AUSSI

Le mot de « Gerouche »: LE HORS JEU A DEUX VISAGE … LUI AUSSI

Chers supporters,

S’il y a des semaines où il n’y a rien à dire, ou si peu, d’autres parfois abondent de sujets intéressants, pour ne pas dire prêtant à diverses interprétations et discussions, tant et si bien qu’on n’aurait pas assez d’un jour pour écrire des articles sur le site.

L’occasion m’est donc donnée de vous écrire à nouveau, mais comme tout le plaisir est pour moi, et je l’espère pour vous aussi, pourquoi m’en priver ?

Le sujet du jour, vous l’aurez compris, concerne cette fameuse et incontournable règle du hors-jeu, si souvent sujette à controverse depuis des décennies.

Toutefois, suivant que l’on se trouve du bon ou du mauvais côté des décisions arbitrales, chaque équipe a le droit de se sentir flouée, de façon bien compréhensible face à cette réglementation parfois … incompréhensible car trop évasive et perfectible.

Et comme par hasard, l’occasion nous a encore été offerte durant la rencontre Gand – Standard, à l’issue de laquelle les nôtres parurent une nouvelle fois lésés, même les commentateurs sportifs y perdant leur latin et ne s’accordant pas sur la justesse des décisions prises, plus encore par l’absence de réaction du var.

Bien sûr, comme à leur bonne habitude, les spécialistes du plateau de la Tribune, hier soir, parvinrent à justifier l’injustifiable, s’appuyant notamment sur la loi football exprimée initialement en Anglais, mais mal « traductée », comme dirait sur le ton humoristique Marc Hermann, ce qui génère plus encore d’incompréhension vis-à-vis d’une réglementation qui ne l’était déjà pas au départ.

Bref, en fin de compte, ce qu’il faut retenir, c’est que ce qui est valable dans un cas ne l’est pas vraiment dans l’autre, même si des similitudes existent, mais comme un seul mot sorti de son contexte suffit à tout changer ….

Donc, en résumé, le but de Gand fut accordé car le centre du Gantois destiné à son joueur hors-jeu, et quel hors-jeu, a malencontreusement été dévié, pour ne pas dire effleuré par un défenseur du Standard, annulant de la sorte le hors-jeu initial, selon Mr Javaux himself. CQFD ! Soit.

Il y a un GROS HIC toutefois, cher Mr Javaux. A savoir que le hors-jeu doit être signalé AU MOMENT de la passe, pas à l’arrivée du cuir, l’auriez-vous oublié ? Et cet aspect du règlement change TOUT !

En effet, que la passe ai été déviée ou non par Fay, le drapeau aurait dû être levé et le but de Gand annulé, point, car tout ce qui s’est passé APRES le centre devait être considéré comme anecdotique.

La loi 11 du football explique par ailleurs clairement ce cas précis, et dit :

« il y a absence d’infraction si un joueur hors-jeu reçoit le ballon d’un joueur de l’équipe adverse de façon délibérée (passe donc) . Par contre, une passe faite par 1 joueur de l’équipe A « DEVIEE » sur ou par un défenseur équipe B et qui arrive à un autre joueur de l’équipe A en position de hors-jeu AU MOMENT où la passe est faite , MENE au hors-jeu » !

C’est suffisamment clair, me semble t’il !

Revenons maintenant au but d’Emond, annulé quant à lui pour avoir profité de sa position de hors-jeu, au contraire soi-disant de Bronn.

Ici, pas question d’une passe d’un joueur du Standard pour son attaquant, mais bien d’un tir direct vers le but adverse, capté par le gardien mais renvoyé dans les pieds de Renaud. Etait t’il déjà hors-jeu au moment du tir ? Si tel était le cas, ok, on peut comprendre la décision arbitrale, mais dans le cas contraire …..

Vous l’aurez donc compris, il y a bien à boire et à manger une fois de plus dans les décisions arbitrales ce WE, toujours en notre défaveur, ce qui ne nous change guère, alors qu’ailleurs, sous le ciel de St Guidon, c’est bien tout le contraire auquel il nous a encore donné d’assister, les mauves bénéficiant cette fois de deux pénalties non sifflés, des œuvres d’un certain Sven Kumst, leur sauvant une nouvelle fois la mise face aux Blauw and Zwart. Leur permettant aussi de conserver leur brevet d’invincibilité face aux Brugeois At home depuis 19 ans. Du grand n’importe quoi !

Rien d’étonnant dans ces conditions que les Bruxellois participent d’ici un mois à la grande fête du foot, leur place étant sans contestation dans les PO1 et nulle part ailleurs, selon le roi Philippe Albert.

Car faites le compte : depuis leur match à Sclessin, ça ne fait pas moins de cinq décisions, parfois sauvés par le var, souvent très discutables, qui leur furent favorables, ni plus ni moins, leur sauvant plusieurs points essentiels à leur participation aux PO1…..

Toutefois, ce constat mis à part, il serait peut-être grand temps de revoir cette fameuse loi football, particulièrement sur les hors-jeu, en la simplifiant surtout.

En effet, pourquoi ne pas décréter que le hors ne peut-être sifflé qu’à hauteur du rectangle, pas avant ? Cette nouvelle approche obligerait les équipes à ne pas joueur aussi groupé, abandonnant délibérément leur partie de terrain à l’ennemi.

Pourquoi aussi ne pas écrire que le hors-jeu ne peut être pris en considération que si le ballon est adressé directement par un joueur d’une même équipe à un équipier hors position, et que cet hors-jeu, pris en compte AU MOMENT DE LA PASSE, annule systématiquement la phase et tout ce qui s’en suit, y compris une quelconque déviation qui viendrait remettre tout en question.Mais peut-être serait-ce trop simple quand il y a moyen de tout compliquer ……

Gérouche

Similar Articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top