Vous êtes ici
Home > Site officiel > L’affaire Orlando Sa a été reportée à la séance du mardi 29 août

L’affaire Orlando Sa a été reportée à la séance du mardi 29 août

L’attaquant portugais s’est défendu ce vendredi matin devant la Commission des Litiges d’appel. Son club pointe du doigt l’utilisation des images, insuffisantes selon eux pour juger le contact.

La seule certitude concernant le Portugais, c’est son absence à Bruges dimanche. Mais pas pour suspension. Sorti avant le repos contre Zulte, il s’est entraîné uniquement en individuel cette semaine.

Concernant son expulsion à Saint-Trond, on n’aura pas de réponse avant mardi prochain, puisque le Standard pointe du doigt l’utilisation des images vidéos. Qu’a vu Mr Boucaut grâce à l’assistant-vidéo au Stayen? Ni les Rouches, ni le Parquet n’ont pu le voir. Ses trois rencontres infligées ont donc été jugées par d’autres vidéos.

Présent, Orlando Sa s’est défendu : J’ai reçu des coups pendant toute la rencontre. Sur la phase incriminée, j’ai senti De Petter me pousser et tirer mon maillot. Nous avons continué à nous secouer et j’ai eu l’impression qu’il essayait de me frapper », rapporte Sport.be. « Je ne voulais pas le blesser. J’ai mis la jambe seulement pour le retenir. Je ne l’ai même pas touché. De Petter le sait. Vous le voyez à la manière inhabituelle dont il est tombé ».

Pierre Locht, le directeur juridique des Rouches, veut voir les mêmes images qu’Alexandre Boucaut. « Il n’y a eu aucun contact. Sur les images utilisées par le parquet ce n’est pas clairement visible. Les images de la VAR sont donc essentielles pour nous aider à comprendre si l’arbitre a commis une erreur ou pas. »

Voici ce qu’a répondu le procureur fédéral : « Orlando Sa a été poursuivi sur la base du rapport de l’arbitre. Celui-ci a regardé les images avant de sanctionner le joueur. Le Parquet n’a en revanche pas visionné la phase et est donc à égalité avec la défense sur ce plan. Mais les pièces en notre possession suffisent pour sanctionner le joueur qui pour rappel, avait déjà été suspendu pour des faits similaires en mai dernier. Autrement dit il n’a pas tiré les leçons de cette précédente et très récente incartade. Même s’il a été provoqué, de tels coup de pied volontaires sont inadmissibles sur un terrain de football… »

Commentaires

Commentaires

Laisser un commentaire

Top