Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de « Gerouche » : ATTENTION, DANGER

Le mot de « Gerouche » : ATTENTION, DANGER

Chers supporters,

En l’espace de 4 jours, le moins que l’on puisse dire, c’est que nous venons d’être gâté.

Pas plus tard que ce lundi, je ne pouvais dissimuler mon plaisir au terme du classico, même si le résultat nous laissait encore un goût de trop peu.

Mais que dire du match de coupe d’hier, face à Bruges ! Cette fois, tout y était, le réalisme, la vitesse, la rigueur derrière !

Avec en exergue un Renaud Emond transcendé et efficace à souhait, un Edmilson virevoltant, un Luyindama époustouflant à l’interception, à l’anticipation, à la relance….. Même si toute l’équipe est à mettre en évidence et à encenser.

Si bien que je me pose désormais une question : le Standard recueillerait t’il enfin le fruit de sa préparation, de son travail, de sa stabilité toute récente, arrivant au sommet de sa forme au meilleur moment, là où d’autres, comme les Brugeois précisément, commencent à s’essouffler !

Vous savez, cela fait longtemps que je pratique du sport moi aussi, même si à un niveau ridicule mais qu’importe, il y a des vérités qui se retrouvent à tous les niveaux. Or, au tennis de table, puisque c’est ce sport que j’évoque, il y a des jours où on sort des tops matchs, contre des adversaires parfois bien supérieurs, et d’autres où l’on croit pouvoir gagner facilement et où on passe au travers, sans vraiment en comprendre les raisons.

Mais la vraie réponse réside sans doute dans ce constat : il y a des jeux qui nous conviennent, et d’autres pas, nous laissant croire que, dans le  premier cas, on a super bien joué, à tort, et que, dans le second, on a été mauvais, tout aussi erronément. Ce sont là de fausses vérités !

Si j’applique cette règle au football, et donc à notre équipe, je dirais qu’il nous est plus facile de nous illustrer contre un adversaire qui joue le jeu, qui ne ferme pas la porte, que face à des équipes qui ne viennent qu’avec pour seule intention de briser nos  meilleures intentions, en jouant très bas, de façon hyper groupée, ne spéculant que sur la vitesse de leurs avants pour nous placer des contre meurtriers.

Dieu merci, nous ne risquons pas d’avoir ce dernier scénario à Bruges, ces derniers devant, tout au contraire, nous mettre une pression d’enfer  pour combler leur retard. Et c’est bien là que résidera néanmoins le premier danger, à savoir trop subir et laisser faire….

On est quoiqu’il en soit dore et déjà prévenu. Les Blauw en Zwart, grâce au but de Mitrovic, y croient toujours bel et bien, à raison du reste. Un but inscrit dès le début, voir même en première période, avec ne fusse qu’avec un avantage d’un but à la mi-temps,  mettrait une pression indéniable dans la tête de nos joueurs. Il va donc nous falloir absolument gérer ce stress là-bas, paramètre non négligeable en soi. Il nous faudra donc commencer ce match en faisant abstraction du score acquis à l’aller, en nous disant qu’il nous faut impérativement ramener le nul au moins de la Venise du nord, ni plus ni moins, tout en exploitant au mieux grâce à la vitesse de Junior et de Fay, avec un grand Marin à la relance, les occasions de contre qui ne manqueront pas de nous échoir. Croire, toute au contraire, qu’on peut se permettre un ou deux buts, sous prétexte qu’on peut voir venir serait une grave erreur, piège dans lequel Sa Pinto a déjà annoncé ne pas vouloir tomber, à raison ! Autrement dit, dès la première minute, les acteurs devront être dans leur match et prêts à mettre le pied et à tout donner, sans jamais se déconcentrer ni paniquer.

Notre homme n’est donc pas, comme tente aussi de nous le démontrer Orlando SA, un individu irréfléchi et uniquement excessif, impression qu’il laisse inexorablement lors de ses moindres parutions en match officiel, mais qu’il peut être aussi pondéré, du moins quand le stress et la pression ne le transforment pas en bâton de dynamite !

Cela étant dit, je m’en voudrais de ne pas faire allusion au carton rouge auquel à échapper hier soir Mr Ruud Vörmer, par les grâces d’un arbitre au demeurant très bon jusque-là ! Je n’ose imaginer ce qu’un tel geste aurait eu comme conséquences s’il était tombé de notre côté ….. Loin de moi l’idée de brandir encore la thèse du complot en haut lieu, mais il y a de quoi franchement se poser des questions, certains clubs et dirigeants apparaissant comme protégés ! Imaginez que ce seul « oubli » soit à la base de notre élimination, Vörmer sortant le match de sa vie au match retour, alors qu’il n’aurait même pas dû fouler la pelouse !

D’aucun parle souvent de « tournant du match », mais cette clémence pourrait être le vrai tournant de ses demi-finales, à bien y réfléchir, et pourrait se payer « cash » !

Toutefois, avant d’aller à Bruges disputer notre match retour, il y aura cette autre rencontre, rencontre où il faudra aussi afficher une mentalité sans faille là aussi, à Lokeren précisément, et où le danger, encore une fois, sera bien réel.

Non pas tellement par les qualités extraordinaires de notre adversaire d’un soir, mais parce que, comme expliqué plus haut, ce rival nous conviendra moins, jouant un jeu plus fermé, laissant moins d’espace, faisant preuve aussi peut-être de plus de combativité, voire d’agressivité,  seules armes qu’il peut sortir pour nous contrer. Croire qu’après avoir battu Bruges 4 buts à 1, après avoir dominé ceux qui font figure de champion cette saison et d’épouvantail dans notre compétition, nous permet d’entrevoir une victoire facile serait un pêcher d’orgueil.

Une défaite laisserait, plus qu’une nouvelle débauche d’efforts, plus de trace et de doutes dans les têtes et les jambes avant notre importantissime rencontre du mercredi suivant. Gagner à Lokeren serait donc, selon moi, la meilleure façon de préparer notre match retour !

Je m’en voudrais cependant de terminer sans finir sur cette conclusion : « STANDARD IS BACK », suivant l’expression à la mode, et pourvu que ça dure !

Et comme la Direction semble enfin avoir poser les bons choix, en rapatriant une nouvelle fois Carcela à la place de Refaelov, qui m’aurait bien plu aussi au demeurant,  en transférant ce Koutroubis qui doit recéler des qualités nécessaires et dont la présence l’était tout autant vu le départ de Scholtz, même si ce n’est que pour doubler Luyindama, promis quant à lui à un avenir très prometteur. Sans oublier la nouvelle recrue, Cimirot, dont on devrait aussi reparler sous peu et qui a déjà laissé entrevoir de bien belles possibilités, on ne peut que se réjouir, ENFIN.

Votre serviteur,   Gérouche

 

Facebook Comments
Similar Articles

3 thoughts on “Le mot de « Gerouche » : ATTENTION, DANGER

  1. Seuls bemols, pour moi, Agbo semble en baisse de rendement et l’entrée catastrophique de Carlinhos, encore à pointer d’un zéro sur toute la ligne y compris en combativité!
    Espérons que les recrues le repoussent en U21.
    Peut-on garder espoir pour les PO1, n’est-il pas trop tard?

  2. Pour Carlinhos, vrai que je ne comprends pas ! Mais apparemment, SA Pinto, tout comme moi, lui trouve du positif. Mais ce joueur se contente trop de jouer en déviation, et rien d’autre …..
    Pour Agbo, par contre, je ne m’inquiète pas, nous avons désormais Cimirot pour le remplacer, si besoin, voir même en mieux. Par contre, Marin deviant tout doucement irremplaçable et aurait besoin de souffler avant d’aller à Bruges

  3. Tout est dit comme d’hab 🙂
    Pour bien jouer il faut etre deux effectivement et il y a non seulement les bourins qui bouchent leur goal mais les méchants qui cassent le jeu et le reste avec la complicité arbitrale volontaire ou non.
    A propos l’arbitrage pose toujours plus question à voir l’attitude du 4e arbitre hier soi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top