Westerlo – Standard : Legear offre le point du partage aux Rouches

Après sa défaite en Supercoupe face au champion en titre brugeois, le Standard a ramené un point de son déplacement au Kuipje à Westerlo, un match nul consécutif à un but tardif de Legear.

Pour tenter d’enfin renverser les Campinois, invaincus depuis cinq matches face au Standard (10 points sur 15 – la dernière défaite de Westerlo au Kuipje face aux Rouches remonte au 25 septembre 2010, le score était de 1-2), Yannick Ferrera avaient le choix : Raman et Mbenza étaient en effet qualifiés. Hubert s’était pour sa part blessé au coude et était incertain. Finalement, il faisait confiance à Gillet, Goreux, Arslanagic, Scholz, Andrade, Dossevi, Enoh, Trebel, Edmilson, Raman et Santini. Hubert, Vits, Laifis, Fai, Cissé, Legear, Miya, Mbenza et Tetteh étaient quant à eux remplaçants. Du côté de Westerlo, le onze de base était composé de Van Langendonck, Apau, Schuermans, Mustoe, Daems, Hyland, Henkens, Molenberghs, Acolatse, Ganvoula et De Ceulaer. Van Hout, Ruyssen, Matthys, Heymans, Molenberghs, Rommens et Manias commençaient ce match sur le banc.

Le début de rencontre était très rythmé. Et le premier tir cadré de la rencontre était synonyme de but. Dossevi, décalé sur le côté droit, était à la réception d’une longue transversale. Après avoir contrôlé la balle, il se jouait de son adversaire direct puis offrait un caviar à Santini. Ce dernier, positionné dans l’axe, n’avait aucune difficulté à ouvrir la marque. On ne jouait que depuis six minutes de jeu et le Standard était déjà devant au score. Ce n’est que sur coup de pied arrêté que les visités réagissaient. Mais contrairement aux Liégeois, leur tentative manquait de précision en zone de conclusion. Bref, les visiteurs avaient très clairement le match en mains.

La deuxième véritable opportunité de but des Liégeois tombait à la 26e. Une bonne combinaison entre Edmilson, Raman et Andrade mettait les Flandriens dans les cordes. Mais la frappe de ce dernier passait au-dessus de la cage de Van Langendonck. Il fallait patienter jusqu’à la 31e minute de jeu pour voir la première véritable réaction de Westerlo. Un coup de pied arrêté terminait sa course sur la tête de Schuermans. Mais la réussite faisait défaut aux Campinois. Par contre, quelques secondes plus tard, une longue balle arrivait dans les pieds d’Acolatse. Ce dernier reprenait la sphère en un temps et égalisait. C’était le début d’une période de folie : les occasions se multipliaient. Les défenseurs étaient trop tendres et les attaquants prenaient facilement le dessus sur leurs opposants. Il fallait par exemple quelques beaux arrêts de Gillet pour annihiler tout danger. Et alors qu’on se dirigeait vers un score de partage à la pause, Ganvoula se jouait de Scholz avant de crucifier le dernier rempart liégeois.

Conscients qu’ils devaient remonter la pente, les hommes de Ferrera repartaient de l’avant en début de second acte. Mais le jeu liégeois manquait de clarté, pour ne pas dire de qualité. Les montées au jeu de Mbenza (à la 46e pour Edmilson) et Legear (à la 63e pour Raman) ne modifiaient pas réellement la donne. Ce Standard-là manquait clairement de mordant ! C’était d’ailleurs De Ceulaer qui se créait la plus belle occasion de la deuxième période. Après 72 minutes de jeu, il se présentait seul devant le gardien de but adverse, mais sa tentative manquait de précision : son tir terminait sa course à côté de l’objectif. C’est à la 90e que Legear réveillait les supporters liégeois. Au bon endroit dans le rectangle, il mettait un terme à un cafouillage et offrait le point du partage aux Rouches.

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire