Standard : les attaquants ont besoin de soutien

Standard : les attaquants ont besoin de soutien

Une fois de plus, le Standard n’a pas réussi à faire le break alors qu’il a largement eu la place pour le faire. Mais le mécontentement qui se fait entendre sur les réseaux sociaux et surtout dans les tribunes ne fera pas avancer les attaquants de Preud’homme.

Le Standard a réussi à faire le break à sept reprises cette saison, mais la dernière fois remonte déjà à fin octobre (contre Waasland-Beveren). Depuis qu’il ne sait plus le faire, cela a soit coûté une perte de points, soit une victoire à l’arrachée a été enregistrée après égalisation adverse. Le dernier mois chargé a donc été usant pour les joueurs, comme pour leurs supporters.

Le mécontentement est compréhensible : les fans ou différents suiveurs attendent encore plus de cette équipe capable de très belles choses, mais pas encore de façon constante. C’est tout de même très rare pour une équipe engagée sur la scène européenne de ne pas connaître de coup de mou sur un match, mais le Standard se fait toujours punir, et le public le sent.

Une sérénité dans les tribunes devra tout de même être plus présente, sans quoi les rencontres à Sclessin risquent de devenir plus pesantes qu’un réel avantage. Avant l’ouverture du score contre le Cercle, le moindre raté offensif faisait déjà réagir le public. L’égalisation d’Omolo à un quart d’heure du terme a elle clairement installé un climat particulier.

Un mois sans but pour les avants de pointe

C’est finalement Felipe Avenatti, le joueur sifflé par une partie du public sans raison apparente, qui est venu arracher la victoire sur le fil et qui a évité une bronca collective venant des quatre tribunes. Un grand soulagement pour le joueur, qui va pouvoir poursuivre sur un sentiment positif.

Obbi Oularé, s’il était bien content de la victoire, aura été le grand déçu du dimanche soir. En fin de première période, l’ancien Brugeois a raté le break à plusieurs reprises. Certes, il aurait dû mieux faire, mais il est étonnant de remarquer un contraste si clair entre les réactions de supporters, avec de trop nombreux commentaires négatifs.

Avenatti a mis fin à un mois de disette de la part des n°9, mais les attaquants sont loin d’être critiquables pour autant. Ils contribuent tous au travail de leur équipe, sur le plan défensif également, et n’ont pas toujours beaucoup d’occasions franches pour faire la différence. Un travail sur l’efficacité est nécessaire, mais c’est avec la confiance des supporters et non les signes de mécontentement qu’elle viendra plus rapidement.

Attachment

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.