Le Standard déteste aller à Courtrai

Le stade des Éperons d’Or est le seul où les Rouches ont été battus lors de leurs trois derniers déplacements.

Se taper 400 bornes aller-retour et revenir les mains vides: c’est la dure expérience à laquelle le Standard est confronté ces derniers mois, lorsqu’il se rend à Courtrai, en Pro League.

Battus à trois reprises lors de leurs trois derniers déplacements près de la frontière française, les Liégeois ont pris la mauvaise habitude de se prendre les pieds dans le tapis du stade des Éperons d’Or. Il s’agit même, en comparaison avec les autres clubs de D1A, du terrain qui réussit le moins bien aux Rouches en ce moment. Même à Bruges, d’où ils ont ramené un point il y a quelques semaines, le bilan n’est pas aussi catastrophique (1 sur 9 lors des trois derniers matches).

Si les déplacements à Courtrai sont (très) compliqués à négocier, ce club ne laisse pas que de mauvais souvenirs au Standard. En décembre 2015, on se souvient que c’est face à Courtrai (2-0) que les Liégeois ont obtenu leur qualification pour les demi-finales de la Croky Cup, qu’ils ont finalement remportée. Mais en championnat, ils n’étaient pas parvenus, la saison dernière, à battre la bande à Belhocine à Sclessin, en phase classique comme en playoffs 2 (deux partages, 1-1).

Vous avez dit bête noire ?

Le 30 avril 2016 : Pas de finale des PO2 (1-0)

Le contexte : déjà vainqueur de la Coupe de Belgique depuis plus d’un mois, le Standard de Yannick Ferrera disputait les PO2 en roue libre, en donnant du temps de jeu à de nombreux jeunes.

Le onze de base : Hubert; Fai, Mmae, Kosanovic, Andrade; Enoh, Remacle, Miya, Okita, Dompé, Tetteh.

Le match : malgré un effectif très jeune, le Standard ne livrait pas une prestation ridicule, mais était surpris dans les arrêts de jeu par une tête rageuse de Sarr, monté au jeu deux minutes plus tôt. Suite à cette défaite, Courtrai se qualifiait pour la finale des PO2, qui échappait aux Liégeois.

Le 25 juillet 2015 : Muslin rate sa première (2-1)

Contexte : pour les débuts de Slavo Muslin avec le Standard, les Liégeois espéraient débuter leur saison par une victoire à Courtrai. Les supporters liégeois étaient présents en masse à Courtrai, tandis que Johan Walem dirigeait sa première rencontre comme T1 et que Santini retrouvait ses anciennes couleurs.

Le onze de base : Thuram; Milec, Arslanagic, Scholz, Van Damme; Faty, Trebel, Kasmi; Legear, Santini, Knockaert.

Le match : deux coups de tête de Chanot mettaient le Standard à terre, malgré l’égalisation de Knockaert en début de deuxième période. Le Standard ratait son départ et se séparait de Muslin quelques semaines plus tard.

Le 28 avril 2015 : Au revoir le podium (3-1)

Contexte : après deux défaites de rang en PO1, le Standard devait gagner pour éviter de voir sa saison se terminer en eau de boudin. José Riga, qui avait remplacé Vukomanovic trois mois plus tôt, surprenait avec des choix incompréhensibles : Ezekiel seul attaquant, Faty et Enoh en récupérateurs…

Le onze de base : Thuram; Dussaut, Arslanagic, Scholz, Andrade; Carcela, Faty, Enoh, Trebel, Ono; Ezekiel.

Le match : en dessous de tout, le Standard prenait l’eau et buvait le calice jusqu’à la lie, malgré un but tardif de Legear, monté au jeu. À mi-playoffs, le bilan rouche était de 3 sur 15 et ils étaient 6es. Ils termineront finalement 4es.

57ff78f4cd701eed8fcc6e55

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire