Konstantinos Laifis : « Le match de la dernière chance »

Révélation du premier tiers de la compétition belge, Konstantinos Laifis veut aussi marquer son territoire sur la scène européenne.

S’il est, à l’exception bien sûr de Matthieu Dossevi, un joueur du Standard pour qui le rendezvous européen de ce soir face au Panathinaïkos s’annonce particulier, c’est sans conteste de Konstantinos Laifis qu’il s’agit. Parce que le défenseur chypriote appartient à l’Olympiacos, l’ennemi de toujours, même s’il n’a jamais mis les pieds au Pirée, ou presque,, puisque dans la foulée de la signature de son contrat à Athènes, le 19 août dernier, il avait été directement prêté pour deux saisons, avec option d’achat, au club liégeois.

« J’imaginais que je n’étais pas prêt à être lancé aussi vite dans le grand bain »

Détrompez-vous pourtant ! À l’en croire, l’affrontement face au Panathinaïkos ne procure à Laifis aucune émotion particulière. « Le Panathinaïkos est une grosse écurie, comme l’Olympiacos, mais l’important, ce n’est pas où j’aurais pu être mais où je suis aujourd’hui », dit-il. « Que ce soit le Pana qui se produise à Liège ou une autre formation, c’est exactement la même chose pour moi. Je ne fais aucune différence. Ce qui m’importe, c’est de gagner sous le maillot du Standard… »

Et c’est vrai que la victoire sera indispensable si l’équipe liégeoise, mal payée de ses généreux efforts face à Vigo et malchanceuse en fin de rencontre à Amsterdam, entend poursuivre son parcours européen au-delà de la phase de poules. « C’est sans doute le match de la dernière chance », indique sans détour Konstantinos Laifis qui, aux côtés d’Alexander Scholz, aura la lourde tâche de mettre le redoutable attaquant suédois Marcus Berg hors d’état de nuire. « De ce que je sais, le jeu du Panathinaïkos repose sur de bonnes individualités qui aiment faire circuler le ballon et deux attaquants (NDLR : Berg et Ibarbo qui, malgré une blessure au tendon, a effectué le déplacement à Liège mais ne débutera pas le match) qu’il faudra absolument stopper… »

«Un match particulier? Pas plus qu’un autre. Ce qui m’intéresse, c’est d’aider le Standard à gagner ce match capital »

Avec l’autorité que le Chypriote dégage depuis son arrivée en bord de Meuse, fort d’un jeu d’une propreté rare à ce niveau, puisque s’il a tout joué depuis le choc wallon face à Charleroi du 19 août dernier (810 minutes de jeu), à l’exception du match de Coupe à Geel, où il avait été laissé au repos, il n’a pas encore reçu le moindre avertissement. « Je suis très satisfait de mon début de saison et pour être franc, je ne m’attendais pas à jouer autant et à devenir aussi vite important au sein de ce noyau », confie-t-il. « Cela m’encourage à devenir plus performant encore et à continuer à bosser dur…»

Son passage d’Anorthosis Famagouste au Standard s’est fait sans le moindre heurt, à son grand étonnement, même si, en s’en occupant beaucoup, Eric Deflandre lui a permis de beaucoup et vite s’améliorer sur le plan physique. « Je ne vous apprendrai rien en disant que le niveau du football tel qu’il est pratiqué en Belgique est beaucoup plus élevé qu’à Chypre. Le jeu, ici, est plus rapide. Plus dur aussi. C’est pour ces raisons-là que j’imaginais que je n’étais pas prêt pour être lancé aussi vite dans le grand bain… »

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire