Hubert: « Je ne vais pas attendre deux ans sur le banc »

Guillaume Hubert ne remet pas en cause le statut de numéro 1 de Gillet, mais cache difficilement sa déception…

Au centre de bruits de transferts lors du dernier mercato, Guillaume Hubert est resté à Sclessin où il vit dans l’ombre de Jean-François Gillet. Une situation déplaisante pour le jeune gardien (22 ans) de Sclessin qui demeure néanmoins calme et posé dans ses propos.

« Bien sûr que ma situation n’est pas agréable. Les coaches ont fait leur choix et c’est Jean-François Gillet qui joue. Je respecte cela, mais ce n’est pas pour autant que j’apprécie la situation. J’espérais gratter un peu de temps de jeu en Coupe de Belgique, mais l’entraîneur a préféré jouer la stabilité en laissant Jean-François entre les perches. Et comme notre parcours s’est terminé à Geel, voilà une opportunité de jouer en moins. Si Jean-François joue bien, il n’y a aucune raison de le retirer. Et, pour le moment, il joue bien. Il est performant aussi bien à l’entraînement qu’en match. Il bosse dur, il donne son maximum. Je pense vraiment ce que je dis. Je ne lui souhaite aucun malheur. C’est un gars que j’apprécie et qui est agréable à vivre. S’il continue à se soigner comme c’est le cas actuellement, il peut encore évoluer à un haut niveau pendant plusieurs saisons. Je ne peux pas me permettre de rester dans son ombre sur le banc pendant deux ans. Cela signifierait quasiment la fin de ma carrière. J’accepte la situation actuelle, mais elle ne doit pas durer trop longtemps. »

Une situation qui, aux yeux de Guillaume Hubert, n’est pas comparable à celle de la saison dernière quand il était en concurrence avec Victor Valdés : « Valdés jouait, mais n’était pas extra. À l’époque, je n’étais pas bien dans ma tête, l’Espagnol ne prestait pas à un bon niveau et je devais quand même m’asseoir sur le banc. »

Et quand on l’entend parler, on sent que le gardien des Rouches n’a pas envie de connaître lors de chaque période de mercato ce qu’il a vécu cet été : « Il y avait des opportunités de départ, mais aucun arrangement n’a été trouvé. Après un mois où j’ai été mis sous tension avec les rumeurs de départ ou d’éventuelles possibilités en Belgique et à l’étranger, j’ai décidé après le match à Bruges (NdlR : le 28 août) de rester à Sclessin. Cette période fut usante… »

Et si Jean-François Gillet garde son niveau actuel sans se blesser, Guillaume Hubert devra encore prendre son mal en patience…

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire