Ferrera: « On prend un point là où on perdait 2-0 la saison dernière »

Yannick Ferrera dressait une analyse assez étonnante du premier nul de la saison.

C’est avec un goût de trop peu voire même de défaite que les Liégeois ont quitté le Kuipje de Westerlo dimanche après-midi. Incapables de conserver leur avance, les Standardmen ont une nouvelle fois commis un nombre incalculable d’erreurs avant d’arracher un nul inespéré. « Encore une fois, je me répète, et n’écrivez pas que je réclame des transferts, mais nous manquons de maturité », regrettait Yannick Ferrera. « Ce n’est pas une question d’âge. Mais comme vous le dites, dès qu’un grain de sable se glisse dans la mécanique, cette dernière s’enraye. Il faut que l’on grandisse et que l’on apprenne à gérer dès qu’on rencontre un problème. »

Lorsqu’on lui demande s’il a vraiment le sentiment, comme il le répète depuis trois semaines, que le groupe évolue dans le jeu par rapport à la saison dernière, Yannick Ferrera a une réponse étonnante. « La saison dernière, on perdait 2-0 ici. Aujourd’hui, on prend un point. On peut donc être satisfait. Évidemment que je ne suis pas content du contenu. J’aimerais avoir le résultat et le bon jeu. Mais ici, on doit se contenter du point pris dans des circonstances délicates. »

Tout de même lucide, le coach reconnaissait être passé près de la correctionnelle. « On a de la chance que De Ceulaer ne tue pas le match et que Jonathan le sauve. On a des hauts et des bas qui prouvent encore qu’on a un manque de maturité. »

Mais alors, comment résoudre ce fameux problème de maturité ? « On a des joueurs expérimentés qui doivent prouver davantage. Nous, le staff, on les responsabilise et on ne peut faire plus que ça. Malheureusement, on n’a pas des joueurs de 30 ans qui ont 10 ans d’expérience (NdlR : quid de Gillet et Enoh ou encore Legear ?). »

C’est un constat d’impuissance que semblait dresser Yannick Ferrera. « Non, j’y crois encore. Je ne suis pas pessimiste sinon je ne serais déjà plus là. Mais il faut par contre arrêter de croire que l’on va gagner 0-5. On doit se battre pour chaque point. Ce résultat est meilleur que celui de la saison dernière. On ne doit pas être défaitiste. »

Heureusement donc que Jonathan Legear passait par là…

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire