« Commencer avec deux attaquants à Sclessin? C’est de la roulette russe »

Contre Eupen, Stijn Vreven a montré la flexibilité de son noyau en revenant de 1-2 à 3-2 et en changeant de système. Schrijvers, notamment, a impressionné.

“Siebe Schrijvers, je le compare à Kaya, qui vient volontiers depuis le flanc. Il a eu plus de difficultés à côté de Gano mais a montré la bonne mentalité », analyse Vreven.

Mes attaquants n’ont pas les automatismes

Waasland-Beveren a terminé avec deux attaquants pour revenir dans le match. Une option à réessayer à Sclessin la semaine prochaine?

“Nos deux attaquants n’ont pas les automatismes pour débuter ensemble. Il faut rester modérés, parce que même si ça a bien fonctionné cette fois, commencer sous ce schéma à Sclessin serait jouer à la roulette russe”, tempère Vreven.

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire