Vous êtes ici
Home >> Divers >> Charleroi-Standard: les chiffres sont contre les Zèbres avant le choc wallon

Charleroi-Standard: les chiffres sont contre les Zèbres avant le choc wallon

Si l’enjeu sportif n’est pas aussi important qu’il a pu l’être au cours des dernières saisons, lors desquelles les deux clubs se sont parfois disputé l’un des derniers billets pour les Playoffs 1 alors que les deux formations y ont cette fois déjà validé leur participation, il reste de taille quand on sait l’importance qu’y accordent les supporters des deux clubs.

Mais à ce petit jeu, les Carolos sont très rarement sortis vainqueurs de ce choc au cours de la dernière décennie. Pour trouver trace d’une dernière victoire zébrée en championnat lors de cet affrontement, à domicile comme à l’extérieur, il faut remonter au 25 avril 2015 (1-0 par Clément Tainmont, en Playoffs 1). Depuis, le Sporting n’a réussi à partager l’enjeu qu’à six reprises pour autant de défaites. Et cette victoire sonnait déjà comme un petit événement à l’époque puisque les Carolos mettaient alors fin à une série de dix matches sans victoire (un partage pour neuf défaites !), cette série faisant suite à un autre succès, toujours sur le score de 1-0 (par Cordaro, en Playoffs 2), et toujours un 25 avril (2010)… Charleroi n’a donc jamais battu le Standard en phase classique depuis l’instauration des playoffs, puisqu’il faut ensuite remonter au 22 mars 2009 pour trouver trace d’une autre victoire carolo.

Autre constat frappant : cette saison, le Sporting n’a plus battu un membre du top 6 en championnat – si l’on s’en tient aux formations qui dominaient le classement au début de cette journée – depuis le 13 septembre, lorsque Karim Belhocine et ses hommes l’avaient emporté face aux Genkois de Felice Mazzù (2-1).

« Je regarde avant tout le contenu des matches », pointait pour sa part Karim Belhocine, relevant notamment le match à l’Antwerp qui aurait pu tourner en faveur de ses protégés et s’intéressant de très loin à toutes ces considérations chiffrées. « Moi, je ne suis pas mathématicien, je suis entraîneur de foot. Ce qui m’intéresse, c’est le contenu. Mais il y a tout de même eu Gand (en Coupe de Belgique) et Malines récemment (ndlr : devenu entre-temps un membre du top 6 après son succès de vendredi à Saint-Trond). »

Autant dire que si ces données ne font guère se hérisser les poils du mentor carolo, nul doute qu’il ne verra l’idée de mettre fin à ces séries noires que comme un défi alléchant à relever.

Laisser un commentaire

Top