Yannick Ferrera sévère après Westerlo-Standard : « Avec trois points sur douze, on ne peut plus parler du Top 6 »

Le Standard se devait de l’emporter à Westerlo pour encore croire aux playoffs 1. Un manque d’efficacité dans tous les secteurs s’est vu punir sans pardon par des locaux enjoués et bien plus combatifs (2-0)…

En remaniant son onze de base et en optant pour une tactique avec deux avants, Yannick Ferrera a surpris son monde dans les travées du Kuipje. «  Junior Edmilson souffre d’une contracture depuis deux jours et nous avons décidé de ne pas prendre de risques avec lui. En ce qui concerne la présence de Benjamin Tetteh, nous pensions que son style pouvait apporter davantage de profondeur dans notre jeu. Cela n’a malheureusement pas fonctionné…  »

« On doit bosser et se taire »

Une phrase qui sonne comme une évidence quand on jette un regard sur la prestation offerte par les joueurs de l’ancien mentor de Saint-Trond. Incapable d’accélérer le rythme des débats contre un opposant faiblard, le Standard a prouvé qu’au final, sa place actuelle correspond au niveau qu’il affiche depuis l’entame de la compétition… «  Quand vous enregistrez trois points sur douze, vous ne pouvez plus parler de top 6. Nous avons quatre points de retard sur Charleroi, le dernier classé pour les playoffs 1, et notre unique objectif sera de préparer au mieux sa venue la semaine prochaine. Pour le reste, j’estime que nous ne sommes pas en mesure de nous projeter dans un avenir plus lointain. On doit bosser, se taire et apprendre à faire preuve de davantage d’efficacité tant offensive que défensive.  »

> Notre analyse, les réactions et les notes des joueurs du Standard, c’est à lire ce lundi dans nos éditions sportives de Sudpresse.

 

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire