Yannick Ferrera remonté sur l’arbitrage après le partage du Standard à Bruges : « Ça fait mal et je suis très frustré par rapport à ça »

Après le choc entre le Club de Bruges et le Standard qui s’est terminé sur un partage (2-2), les deux entraîneurs n’étaient pas satisfaits avec un point. Voici leurs réactions au micro de Proximus 11 et Voo Foot.

Yannick Ferrera, l’entraîneur du Standard, était amer en fin de match après le partage de son équipe sur le terrain du Club Bruges (2-2) : «  Ce partage a pour moi un goût de défaite, car on est venu ici et on a mené par deux fois.  »

Le coach liégeois, qui était sur la sellette avant le match, ne digérait pas l’égalisation brugeoise en fin de rencontre, alors que selon lui, les Rouches auraient dû bénéficier d’une faute quelques secondes auparavant : «  À 40 secondes de la fin, on encaisse un but qui n’aurait jamais dû arriver. Quelques instants plus tôt, dans le coin de corner opposé, il y a une énorme faute. Mbenza se fait littéralement shooter (sic) dans la jambe, donc c’est faute et un bon gros carton (De Bock, fautif, était déjà averti, NDLR), mais l’arbitre ne siffle rien. C’est la première fois en cinq ans que vous me voyez courir chez l’arbitre après le match. Mais des choses comme ça font vraiment très mal, car ce n’est déjà pas facile de venir gagner à Bruges. On vient, on mène et à quelques secondes de la fin, il y a un coup franc qu’on doit recevoir, et on ne le reçoit pas. Ça fait mal et je suis très frustré par rapport à ça.  »

Ferrera « très fier »

Yannick Ferrera voulait néanmoins souligner le bon match de ses hommes «  Je suis très fier du match de mes joueurs, de leur abnégation, de leur courage et des kilomètres qu’ils ont fait aujourd’hui. Ils peuvent en être très fiers, et tout le monde au Standard peut en être très fier. Défensivement, on a été très solide. On est peu sorti en première période, mais la seule fois qu’on l’a fait, on a réussi à marquer. On a été plus présent offensivement après la pause, car on a profité des espaces. On a fait un match plein, et donc ce partage est vraiment dur à avaler. Mais il faut sortir de cette rencontre plus fort, on sait qu’on ne recevra de cadeaux de personne, et on devra aller chercher toutes les victoires avec les tripes comme aujourd’hui.  »

Le T1 liégeois ne pouvait éviter une question sur le mercato : «  Si tout le monde est à 100 %, tout le temps, et avec le même caractère qu’aujourd’hui, oui le noyau peut tenir la route pour la saison. Mais ce n’est jamais le cas dans le football, comme on l’a déjà vu par le passé… Il reste 3 jours de mercato. Les dirigeants sont occupés avec ça. Suis-je plus serein maintenant ? Mon programme des prochains jours est le même, donc pour moi, il n’y a rien qui change  », conclut-il.

Preud’homme déçu

L’entraîneur brugeois Michel Preud’homme était lui aussi déçu avec ce partage. «  Un moindre mal ? On ne doit jamais se retrouver dans cette situation. Quand on fait le match qu’on a fait avec une bonne mentalité de la première à la dernière minute et vu les occasions qu’on s’est créées et les buts donnés, on ne peut pas être menés en fin de match. La première fois où le Standard vient dans nos seize mètres, il marque. On a montré aujourd’hui tout notre potentiel offensif, ça a créé des occasions mais il faut les mettre au fond… Quand on part sur une base très élevée comme la saison dernière, sept sur quinze c’est trop peu mais il nous faut retrouver cette concentration qu’on avait et que l’on a plus. »

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire