Venanzi: « Un titre au moins tous les deux ans »

L’entrepreneur liégeois Bruno Venanzi a frappé un grand coup ce jeudi dans le milieu du football belge.

Son rachat du Standard à Roland Duchâtelet ne semblait être jusqu’ici qu’une simple possibilité. Il a révélé y travailler depuis longtemps. En réalité, depuis son arrivée au sein du club liégeois en novembre 2014. Son leitmotiv: faire tourner l’économie de la région en alliant sa passion, le football. Il veut incarner cette Wallonie qui gagne. Le nouvel homme fort du Standard était l’invité de notre collègue Bertrand Henne ce matin sur La Première. Les deux hommes ont parcouru ensemble différents dossiers chauds : le rachat du Standard, les scandales dans le football ou encore le nouveau stade national.

Le rachat du Standard
« Ce rachat, c’est la passion avant tout. Je suis un vieux fan du club et abonné depuis de nombreuses années. Je souhaite surtout redonner une nouvelle image au Standard. Roland Duchâtelet a eu sa gestion et ses objectifs. Malheureusement, il n’a pas pu ramener de titres. Je m’engage à une autre politique que lui. Je souhaite être là pour 20 ans. Mon premier grand chantier ? Retrouver une âme au Standard. Mon business model participatif. Je vise l’équilibre, je ne fais pas cela pour gagner de l’argent. Dans un premier temps, il faudra encore analyser les comptes du club pour pouvoir être totalement transparent d’ici 3 ans environ. Ensuite, nous voulons ouvrir le capital. Cela se transformera soit en augmentation de capital, soit en émission d’actions. Il faudra analyser en fonction de l’intérêt. Mais on pourrait arriver à un système proche des socios à Barcelone, ce serait, à ma connaissance, une première en Belgique si cela se fait. Pour le Standard, je souhaite un titre au moins tous les deux ans, avec une préférence pour le championnat par rapport à la Coupe de Belgique. Il reste suffisamment d’argent pour réaliser cet objectif. »

Le nouveau stade national
« J’ai regardé les projets mais le nom est erroné selon moi. L’équipe nationale jouera quelques rencontres dans cette enceinte, contrairement à Anderlecht qui va y disputer une quarantaine de matches par an. Il faudrait plutôt dire « stade d’Anderlecht qui va le louer à l’équipe nationale ». Mais cela ne me dérange pas, tant mieux pour eux. Le Standard a également ce genre de projets. Par contre, cela me gêne s’il y a un financement public. Nous interviendrons si c’est le cas car il s’agirait d’une entrave à la concurrence. Je trouverais cela douteux. Les concurrents d’Anderlecht seront attentifs à l’évolution du dossier. »

Les scandales de corruption à la FIFA
« Les scandales de ce type sont dégoûtants. On ne peut pas rester indifférent lorsqu’on entend les montants dont il est question. La pression médiatique importante permettra de rendre le football plus transparent. »

L’hypothèse de Duchâtelet d’unir le championnat belge au néerlandais
« Je pense qu’il n’y a pas suffisamment d’envie chez certains clubs. Sur le principe, pour élever le niveau, c’était une bonne idée. »

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire