Un point de plus pour le jusqu’au-boutisme du Standard: « Je n’y croyais plus »

Un point de plus pour le jusqu’au-boutisme du Standard: « Je n’y croyais plus »

Les semaines se suivent et se ressemblent pour les pensionnaires du bord de Meuse: le Standard joue à se faire peur et finit par rugir dans les arrêts de jeu. Si on peut reprocher aux Liégeois leur incapacité à tuer des rencontres dont ils ont le contrôle, au niveau de la mentalité, rien à redire.

Les Rouches viennent d’ailleurs de prendre sept points sur neuf… grâce à trois buts inscrits dans les arrêts de jeu: Samuel Bastien à Eupen, Felipe Avenatti contre le Cercle et Maxime Lestienne, dimanche après-midi, au Canonnier.

Du répondant, même à neuf!

Pourtant, à neuf contre onze, le Standard s’apprêtait à accuser sa première défaite depuis plus d’un mois. « Après la frappe sur la barre d’Avenatti, moi-même, je n’y croyais plus », confie Michel Preud’homme. « Mais les joueurs y ont cru, et ils sont allés la chercher, cette égalisation! »

« On a du mérite, on y croit jusqu’au bout, on n’a rien lâché et on parvient à revenir », insiste Samuel Bastien. Et c’est le seul enseignement positif de ce déplacement mitigé au Canonnier. Selim Amallah confirme et conclut: « Même à neuf, on a montré que le Standard avait du répondant et c’est ce qu’on doit retenir de ce match. »

Attachment

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.