« Trebel partira à notre prix »

Adrien Trebel est sorti de son silence via un communiqué de son agent. L’attitude du Standard ne va cependant pas changer à son égard. Même l’imminence d’un transfert ne justifiait pas une absence en Espagne.

L’ancien capitaine du Standard s’est fendu d’un communiqué par le biais de son agent Nicolas Onissé pour éviter un «jeu malsain et hypocrite ». Après avoir voulu tenter de faire avaler la couleuvre d’une absence au repas de fin d’année due à une maladie, faire l’impasse sur le stage en Espagne était une attitude normale. «Toute la Belgique sait que le Standard veut vendre Adrien Trebel (…) et négocie la vente d’Adrien avec plusieurs clubs, belges et étrangers. À quoi sert-il dès lors de partir en stage pour attendre que la direction finalise sa vente avec un club tiers ? Adrien ne boude pas. Il est resté au début de la saison malgré une offre salariale faramineuse des Émirats. » Une sortie qui appelle deux commentaires : l’offre faramineuse d’Al-Jazira n’a jamais été concrétisée à cause d’un dossier trop nébuleux, pollué par trop d’intermédiaires, et le bureau du Standard ne déborde pas d’offres pour son ancien capitaine. Oui, il y a bien eu celle de Gand (qui voulait 80 % du joueur), refusée par le Standard… et pas vraiment privilégiée par Trebel, qui attend un signal de Chine. L’implication de Mogi Bayat (qui a reçu un mandat d’Onissé) ne facilite pas non plus le dossier, tout comme celui de Dino Arslanagic, lié à l’ancien manager de Charleroi depuis l’été dernier.

Aux yeux du Standard, ce communiqué n’est pas une amorce de dialogue. Entre deux conversations au téléphone, Olivier Renard a fait le point sur les dossiers du mercato, dont celui d’Adrien Trebel. «J’ai essayé de rentrer en contact avec son agent et je n’ai pas eu de réponse et il n’y a pas eu de tentative dans le sens inverse (sic). On veut savoir ce qui se passe et ce qu’il veut faire… enfin ça, on le sait. Trebel doit se plier au contrat signé avec le Standard. Il n’est pas à l’Académie, ceux qui sont restés ont des obligations et s’y entraînent. Si un club belge ou étranger veut faire une offre, elle sera étudiée. C’est ce qui s’est passé avec Gand. Il n’y a pas beaucoup de monde au balcon pour une offre officielle. Entre un intérêt et une offre, il y a un monde de différence ».

«Nous ouvrirons plus facilement la porte à celui qui a été correct qu’à un joueur qui a voulu forcer son départ » – Olivier Renard

Le directeur sportif ne s’émeut pas de la version gantoise, qui évoque une démarche du Standard vers Gand par l’entremise de Christophe Henrotay. «Ça ne m’intéresse pas de savoir ce que dit Gand. L’agent de Trebel avait déclaré lors du précédent mercato qu’il y avait 90 % de chances qu’Adrien parte… et il est resté. C’est le clan Trebel qui a dit son envie de partir. Des clubs qui entendent ça se disent que la porte est ouverte. S’ils ont fait une proposition, c’est qu’ils sont intéressés par les joueurs… »

Le directeur technique évoque aussi l’aspect contre-productif du choix d’Adrien Trebel. «Sa décision est un manque de respect énorme par rapport au club. Il a toujours déclaré qu’il l’aimait ce club et il fait un acte inapproprié ! Il y a des choses à faire et ne pas faire. Dans le foot, il y a des joueurs qui sont entourés par de bonnes personnes, que ce soit la famille ou l’agent. Nous serons plus ouverts au départ de quelqu’un de correct que pour quelqu’un qui a forcé les choses. Il ne partira pas au prix qui le satisfera lui. Si un jour, il vient à quitter le club, c’est avec notre accord de le laisser à ce prix-là, mais pas à cause de son attitude. Forcer un départ ne va pas faciliter les choses. Quand on se quitte en bons termes, on peut laisser tomber quelque chose pour aider un départ. » Pour Aleksandar Jankovic, les joueurs appartenant au groupe sont au stage. Mais que peut-il se passer si Trebel reste au Standard ? «Le club va réagir au niveau sanctions. Le coach aura carte blanche par rapport au sportif et l’aspect moral entre collègues.

Personnellement, des choses comme ça, je ferme la porte du vestiaire et ils s’arrangent entre eux (sic). Son remplaçant ? Il est peut-être dans le noyau, oui. Un jeune ? Tout comme le coach, je n’ai aucun problème à pousser certains jeunes qui ont des qualités et l’état d’esprit exemplaire pour remplacer des joueurs qui sont soi-disant plus forts., sur papier. Trebel a rendu des services au Standard. Tous les joueurs ont des casseroles, mais là c’est une marmite. Le choix du coach d’avoir changé de capitaine, c’est la direction qu’on veut prendre. Avoir une ligne de conduite. On ne sait pas tout changer en une nuit au Standard. Ça fait quelques années que le club a des difficultés, notamment au niveau mentalité du vestiaire. La qualité du joueur est primordiale mais la mentalité va peser dans le recrutement et la vente des joueurs. »

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire

f430123ba1f6564ab604526b0deae026<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<