Vous êtes ici
Home > RTBF > Teklak : « Le problème au Standard est organisationnel et structurel »

Teklak : « Le problème au Standard est organisationnel et structurel »

Dimanche, le Standard a une nouvelle fois sombré en s’inclinant lourdement (4-0) sur la pelouse du FC Bruges. Si la saison ne fait que débuter, les Rouches de Ricardo Sa Pinto, 12èmes avec 4 points, inquiètent déjà. L’équipe de Complètement Foot a débriefé la rencontre entre les Blauw en Zwart et les Liégeois.

Alex Teklak : « Le match a commencé de la pire des façons pour les Liégeois, parce que quand tu n’es pas bien, que tu es faible psychologiquement à cause de la déroute de la semaine passée, il y a une chose qu’il ne faut pas faire à Bruges, c’est prendre deux buts en trois minutes… A partir de là, tout est dit, je savais qu’il n’y avait plus de match, parce qu’en plus Bruges s’est assis sur ce score. […] En bord terrain, la sensation que j’avais c’est qu’ils étaient impuissants face à la situation. Je ne peux pas dire qu’il y avait de mauvaises attitudes parce qu’ils ont couru quand même. Mais pas en place, pas bien dans la tête, physiquement j’ai des doutes sur certains, psychologiquement je n’ai pas de doutes sur certains par contre… Je pense qu’il y en a qui sont vraiment atteints actuellement. Scholz souffre énormément, cela se voit dans chacune de ses interventions. »

Pascal Scimè : « Même avec ce 15 sur 15, ce sans faute du club de Bruges en championnat, je ne suis pas convaincu du tout par cette équipe, par la philosophie de son entraineur, certains joueurs n’en sont pas convaincus non plus. Il y a eu des désillusions en Coupe d’Europe, alors qu’on a longtemps fonctionné dans la continuité du système Preud’homme, il y a un système de jeu qu’on n’a pas l’habitude de voir très souvent, et donc il faut que ces joueurs oublient tout ce qu’ils ont fait jusqu’à présent, et se réinventent avec Ivan Leko. Les mouvements défensifs que je vois à Bruges ne me plaisent pas. La chance de Bruges, c’est qu’ils ont fait 15 sur 15 en championnat. Après, sur le match d’aujourd’hui, il y a un truc qui me chiffonne. On savait que Bruges devait une revanche à ses supporters, et que dans le premier quart d’heure, ils allaient tout faire pour marquer très rapidement. Mais comment est-ce que les joueurs du Standard commencent très mal la rencontre alors qu’ils ont déjà pris 4 buts la semaine dernière ? A un moment le travail n’est pas que physique, n’est pas que technique, il n’est pas que moral… Il faut une qualité que peu de joueurs ont, et je ne parle pas que du Standard, c’est la concentration dès le début de match. C’est cela qui fait la différence au haut-niveau. »

Alex Teklak : « Le problème au Standard est bien plus profond que cela. C’est organisationnel, structurel. Vous pouvez mettre un autre que Sa Pinto… Ce n’est pas un magicien l’entraîneur. Je pense que le problème est vraiment ailleurs. C’est un problème récurrent au Standard depuis des années avec des double discours, des effets d’annonce concernant les jeunes, des jeunes que tu mets en avant et puis que tu remets dans le noyau B, … Il y a un tas d’effets d’annonce ou je crois que la responsabilité des dirigeants me semble clairement engagée depuis des années. Tant qu’il n’y aura pas une certaine stabilité, une ligne directrice, cela ne marchera pas. Je n’ai aucun problème à ce que le Standard annonce demain qu’il va se passer des jeunes pour le moment parce qu’ils doivent faire des résultats. Quand il y aura des résultats, les jeunes ils vont les intégrer. Mais il faut qu’ils arrêtent avec ces histoires… La preuve. Le dire est une chose, mais après ils font le contraire ! Regardez Deom et Lavalée qui ont été renvoyés dans le noyau B, Gobitaka dans le noyau C alors qu’il est très bon, … Après on s’étonne que les mecs se révèlent ailleurs. C’est un autre débat. Aujourd’hui, les supporters du Standard, ils s’en foutent de la manière dont ils vont gagner le match. La seule chose qu’ils veulent c’est gagner et peu importe comment ! »

Pascal Scimè : « Le truc c’est que pendant le mercato, on a un peu éludé tous les problèmes structurels de l’équipe et du club avec un recrutement, pas bling-bling, mais un recrutement pour les supporters. On pensait qu’en ramenant des anciens, avec l’ADN Standard, tous les problèmes allaient se résoudre. Ce serait facile… J’ai envie de dire aux supporters du Standard qu’il faut être patient parce que l’équipe et le club sont malades, et se restructurer, cela prend du temps. »

Joachim Mununga : « Moi aussi j’ai trouvé que le Standard a fait une campagne de charme, a tenté de redorer le blason avec certains transferts, un ADN, un coach dont on se rappelle comme un rageur, un gagneur, mais pour rejoindre Alex, on n’a pas résolu le problème à la source. Moi ce qui me fatigue dans tout cela, je me mets à la place du supporter, j’en ai un peu marre qu’on me mente et qu’on me mène en bateau. On a fait croire que sous cette campagne bling-bling, on allait tout résoudre. Le coach, c’est plus un rassembleur, un leader, un meneur d’hommes, mais est-ce qu’on a vraiment besoin de motivation au Standard aujourd’hui ? On sait que, même quand on n’est pas motivés, avec les supporters au Standard on joue à 2000% parce qu’ils nous poussent vers l’avant. Je pense que la motivation s’estompe, mais la discipline reste. Au Standard, que ce soit au niveau des cadres, de la direction, des joueurs, il manque un peu de discipline et de retrouver cette ferveur et cette philosophie de victoire. »

Commentaires

Commentaires

One thought on “Teklak : « Le problème au Standard est organisationnel et structurel »

  1. Bonjour,
    Où sont nos jeunes ? Pourquoi partent-ils ? C’est de l’avenir du club dont il s’agit !
    AGBO et BOKADI, sont-ils des renforts ?
    La direction trouve-elle qu’ils sont meilleurs que les frères De Sart ?
    Je voudrais comprendre …

Laisser un commentaire

Top