Vous êtes ici
Home > RTBF > Teklak sur les départs de Dossevi et Belfodil : « C’était devenu inévitable »

Teklak sur les départs de Dossevi et Belfodil : « C’était devenu inévitable »

Très actif ce jeudi lors de la dernière journée du mercato estival, le Standard a animé la rubrique transfert. Les Liégeois ont acté les départs de Matthieu Dossevi (Metz), d’Ishak Belfodil (Werder Brême), de Benito Raman (Fortuna Düsseldorf) et de Ryan Mmaee (Waasland-Beveren) et enregistré les arrivées de Luis Pedro Cavanda (Galatasaray) et de Duje Cop(Cagliari). Comment analyser cette hyperactivité de dernières minutes ? L’équipe de Complètement Foot s’est penchée sur la question.

« Je pense que 22% des transferts d’une fenêtre de marché d’été se déroulent lors des dernières heures du mercato, donc ce n’est pas anormal de voir des joueurs être transférés, avance Pascal ScimèMais ici on a quand même des noms qui revenaient inlassablement depuis plusieurs semaines, depuis plusieurs mois. Il y a une chose qui me vient en tête, ce sont ces paroles de Michel Denisot, ex-président du PSG : ‘Lors des derniers jours de soldes, j’ai souvent acheté des vêtements que je n’ai jamais mis’. Je pense que cela pourrait faire réfléchir certains dirigeants de club. »

« Je ne vais pas aller jusqu’à dire que les joueurs qui sont partis étaient devenus indésirables, mais rappelez-vous, pendant la période de préparation, Ricardo Sa Pinto a répété à de nombreuses reprises qu’il voulait des joueurs concernés et engagés à 100% pour le club. Il faisait évidemment référence à des garçons comme Dossevi, Belfodil, … C’était devenu inévitable. » poursuit Alex Teklak.

« Belfodil, ça fait 8 mois qu’il est parti. Depuis son transfert avorté au mercato d’hiver, le Standard l’a perdu » surenchérit Pascal Scimè.

« Il y avait une vraie volonté sportive de se séparer de joueurs dont ils estiment qu’ils ne peuvent plus jouer pour le Standard. Pour d’autres, il y aussi une volonté d’ordre mental, par rapport aux perturbations qu’ils pouvaient provoquer dans le vestiaire et pour lesquelles il fallait trouver une solution. C’est un des grands classiques que tous les clubs connaissent en fin de mercato, juge encore Alex Teklak. Ce qui est important, ce qu’il faut voir dans cette diminution de joueurs excédentaires, c’est le fait aussi que Sa Pinto s’en soit plaint à de nombreuses reprises. Certains jeunes qui devaient s’entrainer avec le noyau A ont été reversés dans le noyau B, je ne sais pas si cela a un lien de cause à effet. On verra avec les dernières arrivées ce que cela va donner au niveau de l’équilibre de l’équipe. »

Après un début de saison très compliqué, le Standard, 12ème avec seulement 4 petits points au compteur, doit impérativement et rapidement trouver la bonne formule… sous peine de subir la foudre de leurs supporters.

« C’est normal que les supporters s’inquiètent. Après il faut quand même relativiser les choses. Garder un joueur contre sa volonté, on a vu ce que cela a donné avec Belfodil la saison dernière. Le Dossevi de la saison dernière n’était pas celui d’il y a deux saisons. Donc à partir du moment où un joueur veut forcer un transfert, qu’est-ce que vous allez faire ? Quelle est la politique sportive d’un dirigeant qui doit opérer en bon père de famille ? Rappelez-vous le cas Aruna Dindane à Anderlecht. On ne l’avait pas laissé partir, et pendant une saison on ne l’a plus revu à son apogée. Moi je suis d’avis que quand un joueur est mécontent, qu’il ne veut plus jouer pour le club, il doit partir. Peu importe si on perd ou pas de l’argent » estime Pascal Scimè.

« Je vais répondre autrement… Tous ces supporters, auraient-ils préféré que cela se passe comme pour Trebel ? Poser la question, c’est y répondre, affirme pour sa part Alex Teklak. Je crois que ces garçons-là à un moment donné auraient pu forcer un transfert. C’est un peu ce qu’ils ont fait ‘officieusement’ en n’ayant pas l’attitude qu’il faut. Il y a des réactions qui sont aussi purement émotionnelles, parce que les résultats ne sont pas bons actuellement, les résultats seraient bons on verrait cela d’un autre œil. Je me rappelle aussi de joueurs qui sont arrivés en étant méconnus du championnat belge, je pense à Belfodil, à Sa, même Dossevi, tout le monde se posait des questions, les supporters étaient en plein doutes et finalement ce sont des gens qui, à leur meilleur état mental et physique, ont apporté quelque chose au club. Ces réactions sont tout le temps présentes lors des mercatos. A contrario, des joueurs avec des gros noms arrivent et parfois ne font rien, là la déception est encore plus grosse. Après la trêve internationale, ils pourront travailler avec un peu plus de sérénité.« 

Commentaires

Commentaires

Laisser un commentaire

Top