Le Standard veut se réconcilier avec l’Europe

Le Standard espère se réconcilier avec l’Europe, ce soir, en recevant à Sclessin l’équipe espagnole du Celta Vigo. Depuis que Guy Luzon a snobé l’Europa League, il y a trois ans, celle-ci n’a débouché que sur de terribles désillusions.

Le stade de Sclessin sera très loin d’afficher complet, ce soir à l’heure où le Standard défiera, pour la deuxième fois de son histoire, le Celta Vigo pour son entrée en lice dans le groupe G de l’Europa League. Ce sont, au total, 12.000 spectateurs qui sont attendus en bord de Meuse, avides de voir leurs favoris à nouveau briller dans une compétition qui, depuis que Guy Luzon l’a snobée, en 2013-2014, n’a accouché que de cruelles désillusions. Cette saison-là, le technicien israélien, désireux de ne pas imposer à ses joueurs un calendrier trop lourd, avait décidé
de pratiquer la rotation à outrance, préférant concentrer ses forces vives sur les compétitions nationales plutôt que sur une Europa League qui s’était avérée être, dans son esprit, un laboratoire. À l’arrivée, le Standard avait signé un bilan d’un point sur 18 (!) dans un groupe très peu relevé, avec Salzbourg, Elfsborg et Esbjerg. Depuis, c’est la soupe à la grimace puisque cela fait deux ans que l’équipe liégeoise attend un succès en phase de poules de l’Europa League. Depuis le 18 septembre 2014 exactement, lorsque Ciman et Vinicius avaient fait trébucher Rijeka à Sclessin (2-0), mais le Standard entraîné par Guy Luzon d’abord, Ivan Vukomanovic ensuite, avait cette saison-là aussi terminé, avec 4 points sur 18, à la dernière place de son groupe, derrière Feyenoord, le FC Séville et Rijeka.

« UNE ÉQUIPE JOUEUSE »

Et si on ajoute à cela, la saison dernière, l’élimination aux barrages de l’Europa League face aux modestes Norvégiens de Molde, qui avait précipité le renvoi de Slavo Muslin, on comprendra aisément que le Standard est invité à se relever et enfin faire honneur à son rang, ce jeudi face au Celta Vigo, même si l’équipe galicienne, sixième de la Liga la saison dernière,
émarge à un top championnat européen. « C’est une équipe joueuse, avec beaucoup d’automatismes, qui comme toutes les équipes espagnoles, mise sur une grosse possession de balle », fait remarquer Aleksandar Jankovic, qui refuse de s’appuyer sur le fait que le Celta a débuté la Liga par trois défaites, dont deux face aux grosses cylindrées madrilènes, le Real et l’Atlético, pour en conclure que le coup est jouable. « C’est une formation dont le moral a sans doute été un peu touché, mais l’orgueil aussi… » Traduction : elle n’en sera que plus dangereuse. Cela étant, ce sont donc d’énormes frustrations que le Standard et ses supporters voudront effacer à l’occasion d’une campagne qui, avec la présence de l’Ajax et du Panathinaikos dans le groupe G, s’annonce compliquée. Peu importe ! Jankovic ne prendra pas cette compétition par-dessus la jambe. « On joue sur tous les tableaux », dit-il. « Et avec une seule idée : gagner le match qui vient, sans jamais calculer l’engagement. On va donc aborder le Celta avec la même mentalité et la même ambition que dimanche face à Genk. Et ce sera comme ça aussi dimanche à Lokeren et mercredi à Geel en Coupe de Belgique… » Pour le Standard, qui a déjà reçu de l’UEFA une allocation de base de 2,6 millions pour sa qualification en phase de poules, l’enjeu sera aussi financier : une victoire lui rapportera 360.000 euros, pour 120.000 euros en cas de partage. Et à l’arrivée, c’est une somme de 500.000 euros qui attend le club liégeois en cas d’accession aux seizièmes de finale, à laquelle il faudra ajouter une prime de qualification de 600.000 euros si le Standard venait à terminer en tête de son groupe et de 300.000 euros s’il finissait à la deuxième place. Sans parler du montant relatif à la part de marché télévisuel… Concrètement, cela signifie que le club liégeois pourrait empocher un chèque d’un peu moins de 6 millions s’il vient à remporter six succès dans ce groupe G et s’il termine premier de sa poule, et 2,7 millions si, comme il y a trois ans, il ne récolte qu’un point comme très maigre moisson européenne.

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire