Vous êtes ici
Home >> Sport/foot magazine >> Standard : rodage attendu

Standard : rodage attendu

À cours d’inspiration, le Standard a calé face aux promus du Cercle Bruges après avoir déjà bafouillé à Waasland-Beveren. Explications d’un début de saison plutôt mitigé.

Sclessin n’avait plus sifflé ses couleurs depuis longtemps. Mais comment aurait-il pu en être autrement après la purge à laquelle les spectateurs de ce Standard Liège-Cercle Bruges ont assisté ? Les belles intentions affichées face à Gand et l’Ajax étaient, samedi en fin d’après-midi, inexistantes.

Cette fois, les hommes de Michel Preud’homme ont dû affronter un bloc bas, parfaitement organisé. Un schéma de jeu auquel les irréductibles du Standard devront s’habituer car tant la belle seconde place de l’an dernier combinée à l’arrivée de l’icône Michel Preud’homme pour succéder à Ricardo Sa Pinto ont complètement modifié le statut du club.

La faiblesse offensive affichée face aux promus brugeois laisse perplexe, une semaine après s’être cassé les dents au Freethiel face à un autre sans-grade. Peu de raisons d’être optimiste donc mais rien d’étonnant non plus. Le duo MPH-Ferrera sait depuis les premiers jours de la reprise que la mayonnaise prendra du temps.

Après les errements durant la préparation estivale de l’été dernier, le staff a dû, dans un premier temps, remettre de nombreux joueurs d’aplomb physiquement. Si l’entraîneur portugais a ramené une mentalité qui rappelait les plus belles heures et recréé un esprit de famille au sein d’un groupe longtemps morcelé, la condition physique générale de l’ensemble du groupe était, elle, alarmante.

Les nouveaux unibet bonuscode n’attendent que vous ! Choisissez votre offre de bienvenue sur le casino, les paris sportifs ou le poker !

Standard bon dernier

Parmi les chiffres transmis par la Pro League à ses différents membres pour la saison 2017/2018, le Standard pointait bon dernier des équipes de l’élite au classement du nombre total de kilomètres parcourus par match. Le nouveau préparateur physique, Renaat Philippaerts, avait donc du pain sur la planche en préparation, d’autant que beaucoup de joueurs sont logiquement hors forme, à l’image de l’ancien exilé chinois, Orlando Sa ou Mehdi Carcela qui a retrouvé les terrains d’entraînement dix jours après la date programmée.

Le mois de juillet ne fut pas de tout repos, tant au niveau sportif qu’extra-sportif, même si la sérénité que dégage ce Standard new look, que ce soit sur le terrain ou en coulisses, est incomparable avec les années précédentes.

Si le départ de Junior Edmilson était attendu, il a fortement contrarié les plans de Michel Preud’homme qui espérait pouvoir convaincre le Belgo-Brésilien de rester jusqu’en janvier et en faire un de ses éléments-clefs pour l’entame de la saison. Son potentiel suppléant, Maxime Lestienne accusait un retard de condition évident à son arrivée, accentué désormais par une récente déchirure qui va l’écarter des terrains durant quatre à six semaines.

Plusieurs joueurs gardent l’esprit quelque peu embrumé par un éventuel départ. La situation de Guillermo Ochoa devrait s’éclaircir ces prochaines semaines alors que Uche Agbo a longtemps semblé absent durant la préparation avant de se ressaisir sur la fin et d’être présent et appliqué lors des deux premiers matches de la saison à domicile, face à Gand et l’Ajax.

Système de jeu inédit

Au-delà du travail foncier débuté dès les premières prises de contact, le principal chantier de ce Standard réside dans l’assimilation d’un nouveau système qui n’a plus grand-chose à voir avec le football plus archaïque de l’an dernier. Désormais, le Standard version MPH-Ferrera tente de sortir de défense proprement avec des mouvements répétés.

Lors des quatre premières semaines, les joueurs ont souffert avant de connaître un déclic lors de la cinquième semaine. Sur papier, ce système de jeu a tout d’un 4-3-3 traditionnel alors qu’il doit prendre la tournure d’un 4-2-2-2 avec des arrières latéraux qui évoluent bien plus haut que les deux arrières centraux.

A cela s’ajoute un travail totalement nouveau pour les ailiers, dont l’un repique dans l’axe pour venir aider le milieu de terrain situé plus haut dans le jeu (souvent Samuel Bastien) alors que l’autre flanc doit rejoindre l’attaquant de pointe (et inversement).

Un système qui rappelle celui de Preud’homme à Bruges et qui porte la griffe Ferrera. D’ailleurs, les jeunes de l’Académie, sous l’impulsion d’ Emilio Ferrera doivent également assimiler un système qui chez les jeunes ressemble davantage à un 4-4-2 plus traditionnel.

Face à une équipe du Cercle, bien en jambes et parfaitement organisée, les erreurs techniques et le manque d’intensité ont sauté aux yeux de tous. Ce qui avait été préparé ces dernières semaines fut que trop rarement mis en pratique. La montée de Carcela et celle de Sa n’ont pas changé grand-chose malgré quelques rares éclaires du génial Marocain.

Djenepo et Vanheusden, les satisfactions

Au rayons satisfactions, il faut pointer le bon début de saison de Moussa Djenepo, capable sur une action de dynamiter une défense ou la bonne tenue de Zinho Vanheusden, qui devrait recevoir régulièrement du temps de jeu cette saison, au vu de ses énormes qualités. La rencontre de ce soir face à l’Ajax arrive peut-être trop tôt pour un Standard encore en rodage et dont ses mentors ont parfaitement conscience que la montée en puissance prendra plusieurs semaines. Les excellents play-offs de l’an dernier ne peuvent pas masquer totalement les lacunes affichées pendant les trois-quarts du championnat.

 

 

Facebook Comments
Similar Articles

One thought on “Standard : rodage attendu

  1. Ce que l’on voit en réalité est un 0 10 0 très poussif où les joueurs ignorent totalement ce qu’ils doivent faire. Aucun automatisme, peu de mouvements élaborés. Du parfait pousse ballon comme du temps de Jankovic. Bref la griffe Ferrera. Quand reverra-t-on du foot?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top