Le Standard resserre les rangs

Large vainqueur de Zulte Waregem (4-1), le Standard reste dans la course pour les PO1. Neuf équipes se tiennent en dix points seulement : cette deuxième partie de saison régulière s’annonce haletante.

Les lendemains d’Europa League réussissent plutôt bien au Standard qui, à l’exception du revers concédé face à Anderlecht (0-1), trois jours après celui subi à l’Ajax (1-0), l’a toujours emporté après une sortie européenne. Cela avait été le cas à Lokeren (0-1) après le partage forcé contre le Celta Vigo à Sclessin, face à Waasland-Beveren (5-0) après le 2-2 arraché face au Panathinaikos et contre Mouscron (2-1) après la large victoire ramenée d’Athènes. Et cela a donc été à nouveau été le cas hier, à la différence près que c’est Zulte Waregem, le leader, qui se déplaçait en bord de Meuse. Où il a concédé, pour la 1re fois de la saison, quatre buts. Si, à l’arrivée, le succès du Standard ne se discute pas, il aura été conditionné par l’exclusion très sévère de Soualiho Meite, à la 23e minute, coupable d’avoir tendu les jambes en avant en disputant un ballon à Fai, sans toutefois avoir eu l’intention de blesser le Camerounais.

« Une carte jaune aurait été suffisante », reconnaissait, au coup de sifflet final, l’arbitre Erik Lambrechts, à qui le clan de Zulte Waregem reprocha aussi de ne pas avoir sanctionné d’un penalty, dix minutes auparavant, une intervention fautive de Fiore sur Leye. « On est volé », lâcha sans autre forme de commentaire un Onur Kaya démonté. Toujours est-il qu’après un début de match très timoré, au cours duquel la formation flandrienne avait résolument pris les choses en main, le Standard trouva d’emblée l’ouverture, Edmilson délivrant un coup-franc que Scholz reprit de la tête en profitant des largesses de Steppe.

« Inscrire un but suite à une phase arrêtée me fait plaisir parce que cela fait longtemps que cela ne nous était plus arrivé », résuma Aleksandar Jankovic, qui a encore du boulot sur la planche pour rendre « ce Standard plus régulier », comme il l’admet lui-même. Comment expliquer, sinon, que les joueurs liégeois aient permis à Zulte Waregem de se ménager, en infériorité numérique, trois grosses occasions de but, sur une reprise de la tête de Derijck en fin de première mi-temps et une échappée belle d’Oulare qui poussa trop loin son ballon à l’heure de jeu, cinq minutes avant que l’ancien attaquant du FC Bruges ne ramène les deux équipes à égalité ? « Dimanche dernier, on avait relancé Malines dans un match qu’on avait pourtant en main, et ici, face à Zulte Waregem, on a failli le faire aussi », pesta Jankovic.

7E AVANT… CHARLEROI

Et si c’est le cas, c’est parce qu’à 1-0, le Standard oublia à plusieurs reprises de tuer le match, en fin de première période mais surtout dans le quatrième quart de jeu où, en quelques minutes, Orlando Sa, Laifis et Trebel eurent le but à portée de tête ou de pied. « On a de nouveau joué avec les nerfs de tout le monde », lâcha le technicien serbe, très peu satisfait du manque de réalisme affiché. « On nous manque cet instinct de tueur », ditil.

« Gagner, c’est bien, et face au leader, c’est bien aussi, surtout après avoir couru près de 80 minutes après le score jeudi à Vigo, mais la route est encore longue… » Une route vers les PO1 que l’équipe liégeoise n’entend pas quitter, consciente qu’elle jouait gros lors d’un week-end où in fine seul Zulte Waregem, et dans une moindre mesure Genk, écrasé à Ostende, ont cédé du terrain. Désormais 7e, le Standard revient, lui, à huit points du leader flandrien et à trois longueurs d’Anderlecht, toujours sixième, à une semaine du choc wallon à Charleroi. « Je suis persuadé qu’à, onze contre onze, on n’aurait pas vu le même Standard », pesta Francky Dury, aussi frustré que ses joueurs.

« Tout le monde a vu, sauf le corps arbitral, que la faute de Meïte n’en était pas une. Le mal est fait. À 1-1, on a laissé trop d’espace au Standard sur les flancs, mais c’est dû à notre infériorité numérique. On ne s’entraîne jamais à dix contre onze… » À nouveau décisif, Ishak Belfodil, pourtant à la peine jusque-là, en profita pour sortir de sa coquille et s’ériger en 12 minutes de temps en buteur, puis double passeur, pour servir Emond puis Edmilson et permettre au Standard de décrocher un troisième succès en huit sorties de championnat. « On ne peut pas s’endormir sur cette victoire, même si elle est importante », promet Aleksandar Jankovic.

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire