Le Standard entamera les playoffs à huis clos!

La sanction vient du tifo anti-Defour, le sursis étant révoqué après les incidents au Mambourg. Les Rouches vont décider ce jeudi s’ils vont ou non en justice.

Si la sanction du match à huis clos était attendue, bien des questions se posent, tout de même.

1. Un match ferme (celui du Clasico 2015) plus un avec sursis, jusqu’en mars 2017

Il aura donc fallu 129 jours pour prononcer une décision. C’est le président de la Commission des litiges d’appel, Didier Detollenaere, qui a annoncé la décision à Pierre Locht, le directeur juridique du Standard, et en l’absence de tout représentant carolo : « – L’appel du Standard sur la décision du 10 novembre 2015 est recevable, pour traiter les faits dans leur entièreté.

En clair, le Standard est condamné à un match ferme à bureaux fermés parce que les incidents de Charleroi se sont produits pendant la période du sursis concernant le tifo anti-defour (Standard-Anderlecht, en janvier 2015). Mais, pour le match au Mambourg, il obtient le sursis, qui tomberait à son tour en cas de nouveaux incidents au cours des douze prochains mois.

2.  Standard-Genk pas visé mais, en principe, le 1 er  match des playoffs

La bonne nouvelle pour le Standard, c’est que, statistiquement, il gagne toujours à huis clos (lire par ailleurs). Reste à savoir quel match sera concerné. Ce ne sera pas celui de ce samedi face à Genk mais, en principe le premier match des Liégeois à domicile en Playoffs 1, ou en Playoffs 2.

3.  Décision ce jeudi pour une action en évocation ou devant la justice civile.

Reste à savoir si le Standard va accepter la sanction ou tenter de la faire. Si les dirigeants se sont concertés mercredi après-midi, c’est ce jeudi, à l’issue d’une réunion prévue avec la direction générale du club, que la décision doit tomber. Même s’il a peu de chances de succès, le Standard n’a rien à perdre dans l’aventure. Mais pourquoi contester une décision lourde de conséquences, certes, mais qui est loin d’être scandaleuse puisque le Standard échappe à toute amende financière et s’en tire, pour les débordements de ses supporters à Charleroi, avec un match à huis clos avec sursis ? C’est la question que Sclessin doit trancher.

> La suite de cet article dans nos éditions de ce jeudi 3 mars ou su notre support numérique.

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire