Search

Le Standard cherche son vainqueur

Après deux échecs cuisants en championnat, les Rouches doivent réagir et surtout trouver ce relayeur indispensable dans leur ligne médiane qui fait tant défaut depuis le départ du Français, en 2014.

La pression est à nouveau sur les épaules du Standard. Les Rouches sortent de deux championnats décevants et doivent impérativement réussir leur mercato estival pour redresser le tir. Les départs probables d’Ishak Belfodil et de Matthieu Dossevi ainsi que le dégraissage du noyau vont renflouer les caisses. Cela permettrait à Bruno Venanzi et Olivier Renard de renforcer qualitativement l’effectif tandis que Ricardo Sa Pinto est lui aussi face à un défi de taille.

L’effectif

La machine est lancée. Les supporters liégeois ont dû faire preuve de patience ces dernières semaines. Des Playoffs 2 soporifiques, une attente interminable dans le dossier du nouveau coach, aucune arrivée… Il n’était pas aisé d’être fan du Standard en ce printemps 2017. La direction du club de Sclessin a cependant accéléré et définitivement lancé son mercato. La reprise arrivant à grands pas, il était temps. Premier acte fort : la nomination de Ricardo Sa Pinto à la tête de l’effectif. Les Rouches ont exploré de nombreuses pistes, de Pascal Dupraz à Remi Garde mais, pour diverses raisons, c’est le Portugais qui a décroché la timbale. La volonté de Bruno Venanzi et Olivier Renard était de mettre la maison sur un entraîneur à poigne. Un homme capable de tenir un vestiaire, d’instaurer des règles disciplinaires strictes, de se faire respecter, mais aussi un coach qui connaît le haut niveau, parle français et possède la passion du jeu. Un dernier trait de caractère incontournable dans un club comme celui du bord de Meuse. La carrière de Ricardo Sa Pinto, le joueur, est tout cela à la fois. L’homme est exigeant, chaud, sérieux… Celle de l’entraîneur demeure encore une inconnue puisqu’il n’est jamais, jusqu’ici,parvenu à s’inscrire dans la durée dans un club, ayant déménagé à 7 reprises en 5 années. Quelques jours après l’officialisation de l’arrivée de l’ancien international portugais, le Standard a mis la main sur Sébastien Pocognoli. Un premier renfort de renommée et parfaitement en adéquation avec les besoins du club.

La direction liégeoise mise donc sur deux anciens de la maison pour remettre l’équipe sur le droit chemin et n’en restera pas là, c’est une certitude. Le noyau sera encore renforcé dans les prochaines semaines avec pour principal objectif de trouver ce chaînon manquant dans la ligne médiane, ce relayeur indispensable que le Standard n’a plus depuis le départ de William Vainqueur. Et, il va aussi surtout dégraisser. Impossible pour Ricardo Sa Pinto d’effectuer du bon travail avec un noyau de 40 joueurs car inévitablement, plusieurs d’entre eux ne seront plus concernés à un moment ou à un autre de la saison et perturberont la progression des autres. Non, le Portugais devrait logiquement travailler avec 25 joueurs pour cet exercice 2016-2017.

REPRISE CE LUNDI

Il n’est d’ailleurs pas dans l’intention de Bruno Venanzi de connaître une nouvelle désillusion cette saison. Il doit réagir, trouver une ligne claire en matière de recrutement, cibler ses priorités, privilégier la qualité à la quantité et offrir une réelle opportunité aux jeunes du cru. Rien ne sert de faire de Ryan Mmaee, dont le potentiel est grand, son 5e attaquant dans la hiérarchie. Le président doit dégager une réelle politique de gestion et de transfert ! Le retour du Standard au premier plan est à ce prix. Le club liégeois s’est clairement égaré ces deux dernières saisons. Cinq coaches, des dizaines de joueurs en transit, deux échecs dans la course aux playoffs 1… Le maigre bilan affiché déçoit. Seule la victoire en Coupe de Belgique (2016) a pu enthousiasmer les supporters.

36 joueurs

Les ambitions sont limpides. Les Rouches doivent décrocher leur billet pour les Playoffs 1 et viser un nouveau sacre en Coupe de Belgique. La concurrence sera cependant une nouvelle fois très rude. Anderlecht, le FC Bruges, La Gantoise, Ostende et Genk paraissent actuellement un cran au-dessus. Bruno Venanzi doit mettre tout en oeuvre cet été pour refaire son retard. Ce mercato va s’avérer

crucial mais, fait rassurant, il a bien démarré alors que les joueurs reprendront le chemin de l’Académie Robert Louis-Dreyfus ce lundi, au Sart Tilman. Tous devraient être présents pour débuter les tests physiques de ces 19 et 20 juin. Seuls les internationaux (Marin, Kosanovic, Fai, Laifis, Miya, Milec, Bolongi, Bokadi et Luyindama) arriveront la semaine prochaine alors que Sébastien Pocognoli bénéficie encore d’une semaine de vacances. Finalement, le réel départ de la saison cruciale du Standard sera donné ce mercredi, jour de reprise des entraînements sur le terrain.

 

 

 

Ricardo Sa Pinto et Sébastien Pocognoli ont ouvert le bal, d’autres suivront assurément

Pocognoli : Le retour de l’identité Standard

Les arrivées

Le Standard avait besoin d’un entraîneur, il a débauché Ricardo Sa Pinto d’Atromitos. Le Portugais débarque en bord de Meuse avec son staff : Rui Mota (T2), José Guilherme Kruss Gomes (préparateur physique) et Ricardo Pereira (gardiens). Au niveau de l’effectif, un seul renfort est officialisé, celui de Sébastien Pocognoli. Le Liégeois comblera un vide. Si, à gauche, le Standard possédait déjà trois arrières, seul Darwin Andrade entrait encore réellement en ligne de compte, puisque Filip Mladenovic et Corentin Fiore devraient trouver embauche ailleurs dans les prochaines semaines.

Le Colombien devra impérativement élever son niveau de jeu s’il veut pouvoir concurrencer la seule recrue actuelle des Rouches. Avec l’arrivée de l’arrière gauche formé au club, le Standard a renforcé sa défense et son identité liégeoise tout en réalisant un joli coup médiatique.

À LA RECHERCHE D’UN GARDIEN

«Il faudra quelques renforts, mais la base est bonne », avait déclaré Ricardo Sa Pinto en arrivant à Sclessin. Son intention est claire, le noyau ne sera pas une fois de plus complètement chamboulé. Le Portugais n’a pas tort. Procéder par petites touches précises est le meilleur moyen de connaître le succès.

Sur papier, l’effectif liégeois a de l’allure. On a le sentiment qu’il ne manque pas grand-chose pour que la mayonnaise prenne. Inévitablement, tous les regards seront tournés vers l’axe central du milieu de terrain. Le Standard doit dénicher un moteur, un homme capable de distribuer le jeu mais aussi de ratisser de nombreux ballons. Une perle rare qui peut conditionner toute sa saison. Il devra également compenser le départ d’Ishak Belfodil. Les Rouches avaient jeté leur dévolu sur Franko Andrijacevic pour remplacer l’Algérien mais le Croate a finalement opté pour La Gantoise. D’autres pistes ont donc été réactivées. Offensivement toujours, l’attention sera également portée sur un attaquant pour concurrencer Orlando Sa et Ryan Mmaaee. Enfin, les Liégeois sont toujours à la recherche d’un gardien de but supplémentaire puisque Guillaume Hubert a délaissé Sclessin au profit du Club de Bruges. Un médian défensif, un autre offensif (on évoque la piste du Danois d’origine… brésilienne Emiliano Marcondes Camargo Hansen, actif à Nordsjaelland), un attaquant et un gardien, voilà les postes actuellement ciblés par la direction du club de bord de Meuse.

Un été sur le thème du dégraissage

Guillaume Hubert à Bruges : le premier gros départ

Les départs

Bien avant la fin des Playoffs 2 de sinistre mémoire pour les supporters du Standard, il était acquis que mercato estival devait rimer avec dégraissage. Certes, cet objectif figurait déjà en tête de liste sur le planning de la direction liégeoise mais une certaine cacophonie en matière de politique sportive (et de la répartition des compétences au niveau des transferts) avait eu un effet contre-productif. Les retours de prêts rendent urgente la cure d’amaigrissement. Même si l’arrivée d’un nouvel entraîneur, Ricardo Sa Pinto en l’occurrence, est susceptible de redistribuer certaines cartes dans l’effectif (souvenez- vous de Geoffrey Mujangi Bia revenu de Watford par la petite porte et repêché définitivement par Guy Luzon après les premiers matches amicaux avec une équipe bis), le Portugais veut éviter le piège qui a un peu « pourri » le travail de Yannick Ferrera et Aleksandar Jankovic.

ENOH PAS CONSERVÉ

Avec six départs entérinés dejoueurs qui ont déjà joué en équipe première, le Standard ne perd pas trop de temps en chemin, en sachant que la clôture du mercato est encore très éloignée. Trois départs étaient déjà connus alors que le Standard terminait son championnat en roue libre. Après trois saisons à Sclessin, le Camerounais Eyong Enoh n’a pas été prolongé tandis que le médian brésilien Danilo Barbosa est renvoyé à ses chères études du côté du Sporting Braga. Prêté tour à tour à Roulers puis à l’Union, Jonathan Okita est désormais libre puisque le Standard n’a pas levé l’option dans son contrat qui est arrivé naturellement à son terme. Chronologiquement, le jeune attaquant Ibrahima Bah (monté au jeu contre Courtrai en championnat après avoir participé au stage hivernal en Espagne) a décidé de suivre la même trajectoire que celle arpentée douze mois plus tôt par Landry Dimata. Cette fois-ci, un départ à Ostende aura toutefois fait nettement moins de vagues… Le plus bel « exploit » dans la catégorie des sorties a été réalisé la semaine passée. Revenu d’un près peu fructueux à Eupen, Jean-Luc Dompé a trouvé un autre refuge, pour l’instant temporaire. Les qualités du joueur (qui avait été un des bourreaux du Club Brugeois en finale de Coupe 2016) en font un joueur prisé pour un montant en Ligue 1 (Amiens) à condition qu’il parvienne à filer droit dès qu’il sort du cadre strict de son métier. Officialisé un peu plus tard après l’arrivée de Sébastien Pocognoli, le départ définitif de Guillaume Hubert qui a signé pour 4 ans en Venise du Nord (pour 350.000 euros), est sans doute celui qui fera l’objet de beaucoup de commentaires au fil de la saison. En concurrence avec Jean-François Gillet, il a payé au prix fort un mauvais match contre… Bruges alors qu’il était sorti du stage hivernal avec un statut de titulaire. On se doute que l’été ne se résumera pas à ces 6 départs…

Tout est question d’offres et opportunités

Le feuilleton Belfodil n’est pas fini

En Balance

Neuf joueurs sont un peu au milieu du gué avant la reprise des entraînements, ce mercredi. Officiellement, ils sont toujours sous contrat au Standard sans aucune garantie de les voir toujours en Rouche au-delà du 31 août prochain. Après une saison où il est passé du grenier à la cave (et inversement) à plusieurs reprises, Corentin Fiore semble avoir devant lui un avenir bouché. À gauche, c’est mort avec l’arrivée de Pocognoli et les perspectives sont minces dans l’axe alors qu’il lui reste un an de contrat. Son nom a circulé du côté de Saint-Trond, qui a finalement choisi un autre joueur (Antunes). Recruté l’hiver dernier, le Serbe Mladenovic a déjà épuisé une part de son crédit malgré un contrat de 4 ans encore en cours. L’arrivée de Pocognoli est un mauvais signal pour lui, même s’il a eu Sa Pinto comme coach à l’Étoile Rouge. Le duo Scholz-Laifis semble être plus complémentaire qu’un binôme serbo-danois. Il suscite de l’intérêt en Grèce et en Serbie mais le Standard ne le lâchera pas sans avoir récupéré sa mise de départ. Samy Mmaee est à la recherche de temps de jeu et les perspectives pour le jeune défenseur central sont minces à Sclessin après trois saisons de présence dans le noyau A. Si cela n’avait tenu qu’à lui, Ibrahima Cissé aurait refermé le chapitre Standard dès le mercato d’hiver. Il a connu des hauts et des bas jusqu’en fin de saison. Son secteur de jeu est celui où le Standard cherche du renfort… Le scénario d’une seconde saison à Sclessin n’est pas celui privilégié par Ishak Belfodil. Le feuilleton du mercato hivernal va connaître un nouveau chapitre cet été. Si Trabzonspor ne l’intéresse pas, le nom de Naples est plus ronflant…

DOSSEVI : COTE EN BAISSE

Étincelant en 2015-2016, Matthieu Dossevi n’a été que l’ombre de lui-même ces derniers mois, notamment à cause de problèmes aux adducteurs. Sa cote est en baisse Avec deux ans de contrat encore à Sclessin, soit il retrouve son niveau, soit il devra explorer d’autres pistes (avec des rumeurs concernant Feyenoord et la Ligue 1). Renaud Emond a encore 3 ans de contrat à Sclessin et a même vu Bolingi le devancer dans la hiérarchie. Ricardo Sa Pinto sera-t-il plus indulgent que ses prédécesseurs ? Benito Raman a usé beaucoup de crédit lors de la seconde moitié de saison alors que ses premiers mois à Sclessin avaient été satisfaisants. Va-t-il repartir d’une feuille blanche avec le nouveau coach ou doit-il penser à une autre destination malgré un contrat de 4 ans.

Commentaires

Commentaires




One thought on “Le Standard cherche son vainqueur

  1. gerouche

    Les supputations vont bon train, et dans tous les sens, comme d’habitude, surtout de la part des journalistes toujours désireux de faire les gros titres (les gros pitres parfois aussi).
    Alors, n’anticipons pas avant les douze coups, encore bien loin, à fin aout.
    Ok pour le back gauche, dévolu forcément à Pocco, mais après ?
    Ces journaleux envoient Fioré sous d’autres cieux, mais pourquoi ? Ce garcon n’a jamais réellement reçu sa chance, du moins à sa vraie place de défenseur axial, alors que le nouvel entraineur National était tombé sous le charme au point d’envisager de l’intégrer à sa selection, et il ne serait pas bon pour nous ?!? Il parait que Kosa et peut-être meme Layfis vont partir !? Que resterait t’il alors comme défenseurs centraux à gauche ? Fioré et Lavallée, justement ! Et je trouve qu’avec ces deux-là, aux côtés de Scholtz ou d’un autre, meilleur encore, on serait pare !
    Le Standard recherché des medians défensifs, costauds et ratisseurs ? Mais n’est t’on pas pare avec Bokadi et Luyndama, qui ont tous deux laissé entrevoir de bien belles choses à cette place. Sans compter qu’on peut les épauler de Marin ou Déom, plus dans un rôle de distributeur, et qu’on parlait voice peu d’un retour de Yattabaré !
    Quant à Dossevi, il n’est pas encore parti, pardi, surtout après une saison comme la sienne et devrait nous revenir en pleine possession de tous ses moyens après l’intervention chirurgicale ! Le laisser partir serait donc une erreur, à mon sens.
    Enfin, Andreijasevic, c’est loupe, donc, perso, je décalerais Junoir Edmilson dans l’axe deriére SA, sa meilleure place parait t’il, en complement de DINE, cité ici, et je ferais venir le jeune BENSON, à gauche, dont on dit le plus grand bien.
    Vraiment, il n’y a pas le feu dans le lac et il me parait inutile de faire des dépenses inconsidérées au vu de tout ceci

Laisser un commentaire