Scholz : un oubli administratif sans la moindre conséquence

Alexander Scholz n’a pas pu disputer, hier, le match entre Lokeren et le Standard. En cause, une grosse erreur administrative qui a empêché le défenseur central danois d’être qualifié. Scholz a du coup suivi la rencontre en tribune.

Ce n’est pas tous les week-ends, fort heureusement pour lui, qu’Alexander Scholz doit se contenter d’une place de… dixneuvième homme. C’est un statut nouveau qu’il a expérimenté hier à Daknam, là même où il s’était révélé : présent avec ses équipiers à la mise au vert programmée par Aleksander Jankovic dans la région lokerenoise, le défenseur central danois a appris, en début d’après-midi, qu’il n’était pas qualifié pour disputer un Lokeren-Standard qui lui tenait pourtant particulièrement à coeur. Et qu’il a donc suivi, marri, depuis les tribunes.

Pourquoi ? Comment ? La réponse de l’absence de Scholz est à trouver dans les listes que le Standard, comme tous les clubs de l’élite, doivent rentrer à l’Union belge de football, comme cela se fait aussi au niveau européen avec l’UEFA pour les clubs appelés à disputer une compétition continentale. Concrètement, si la liste B peut contenir un nombre illimité de joueurs nés en 1996 ou après (les noms des frères Mmaee, de Badibanga, Vits, Miya, Mbenza, Déom et Lavalée y ont été couchés), la liste A reprend tous les autres, à une nuance près et elle est importante : seuls vingt-cinq éléments peuvent y trouver place, et pas un de plus.

« C’est une chose que j’ai apprise quelques heures avant le match », a expliqué Aleksandar Jankovic, qui a donc titularisé William Soares

À Sclessin, où Jankovic dispose d’un noyau très important sur le plan quantitatif, on a décidé, au niveau de la liste A, de procéder de manière progressive, en fonction des sélections opérées par le technicien serbe. En clair, d’actualiser le listing et donc d’ajouter, semaine après semaine, les joueurs qui n’étaient pas encore enregistrés, ce que le règlement permet de faire si la démarche intervient vingt-quatre heures avant le coup d’envoi du match, sachant qu’une fois inscrit sur la liste, un joueur ne pourra plus en être retiré. En clair, étant entendu qu’une place est réservée à Milos Kosanovic, dont le retour de blessure se précise, deux joueurs du noyau pro, hors jeunes, sont assurés de ne pas pouvoir disputer un match avant le début de l’année 2017, au moment où, dans la foulée du mercato d’hiver, les clubs seront invités à rentrer de nouvelles listes.

C’est ainsi que le nom d’Alexander Scholz n’avait pas été enregistré à l’Union belge avant le match entre le Standard et Genk, le 11 septembre, et pour cause puisque le Danois était suspendu pour ce premier rendez-vous post mercato estival. Mais le gros couac a eu lieu ce week-end : alors que le Standard avait jusqu’à samedi à 18 heures, soit à vingt-quatre heures du coup d’envoi de Lokeren-Standard, pour ajouter le nom de Scholz, personne, en bord de Meuse, n’a songé à le faire, entraînant du coup la non-qualification du défenseur danois, remplacé dans le onze de base, dès constatation de ce fâcheux oubli d’ordre administratif, par le Brésilien William Soares. Sans aucun dommage à l’arrivée : en 180 minutes de jeu en championnat, le Standard de Jankovic n’a toujours pas concédé le moindre point ni le moindre but.

« C’est une chose que j’ai apprise quelques heures avant le match », explique Aleksandar Jankovic. « J’étais focalisé directement sur le groupe et sur les joueurs qui étaient appelés à jouer ce match. On en discutera calmement en interne demain (NDLR : lisez aujourd’hui). En même temps, je suis satisfait de la prestation de William Soares qui a prouvé qu’il était un joueur appliqué, concentré sur lequel on pouvait compter… »

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire