Vous êtes ici
Home >> RTBF >> Sa Pinto : « Nous avons créé une famille mais le travail n’est pas fini »

Sa Pinto : « Nous avons créé une famille mais le travail n’est pas fini »

Le Standard va jouer une grande partie de sa saison ce dimanche lors de la dernière journée de la phase classique de Pro League. Le déplacement à Ostende est capital pour le club liégeois qui ne veut pas louper le train des Playoffs I pour la troisième année consécutive. Ricardo Sa Pinto a donc décidé ce vendredi de passer un message rassembleur à tout le peuple rouche.

« Quand je suis arrivé au club, j’ai trouvé l’ambiance très triste. Les gens avaient perdu confiance. J’ai lu dans les yeux de tous les gens qui travaillent ici qu’ils avaient besoin de croire en quelque chose. Qu’ils avaient besoin de rêver, besoin de se battre. J’ai ressenti cette responsabilité par rapport à tout le club et aux supporters. Je savais que nous avions beaucoup de travail à réaliser » explique le coach portugais dans une vidéo postée par le Standard sur Facebook.

« En football, tu ne peux pas gagner seul. Même si je peux faire passer un bon message aux joueurs et gérer correctement mon vestiaire, ce sont les résultats qui peuvent le plus t’aider. Même si je peux les faire adhérer à mes connaissances, à mes compétences, à mon staff technique, il faut gagner tous les matches. Maintenant, nous marquons beaucoup plus de buts mais je ne pense pas que nous soyons vraiment meilleurs qu’avant. Le processus de progression continue. Nous avons créé un bon groupe. Des joueurs à la direction. Nous avons créé une famille. Tout le monde est concentré, tout le monde veut aider. Je suis très fier de cela. Ce sont aussi les joueurs qui ont créé cette situation. Ils ont confiance en eux, ils sentent qu’ils apportent quelque chose. Ils savent qu’ils peuvent faire de bonnes choses » s’enthousiasme Sa Pinto qui n’oublie évidemment pas de saluer l’apport des supporters liégeois.

Deux finales à gagner pour récompenser 9 mois difficiles

« Le soutien de nos supporters est fantastique. Cette ambiance que nous avons ramenée dans l’Enfer de Sclessin, … Les gens sont heureux. Nous sommes en train de reconstruire le véritable esprit ‘Standard’. L’esprit que l’on aime. »

Et l’entraîneur des Rouches de conclure : « C’est un honneur pour moi d’être le coach du Standard. Ce fut un chemin très compliqué pour arriver jusqu’ici et les gens ne s’imaginent pas les obstacles que nous avons dû contourner et combattre pour être là. Evidemment, le travail n’est pas fini. Nous avons deux finales à jouer (ce dimanche à Ostende et samedi prochain en finale de Coupe contre Genk, ndlr). Nous avons besoin de les remporter toutes les deux pour avoir la récompense de 9 mois de travail difficiles. »

Facebook Comments
Similar Articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top