Vous êtes ici
Home > RTBF > Renard : « Le Standard est dans le bon, mais on n’est encore nulle part »

Renard : « Le Standard est dans le bon, mais on n’est encore nulle part »

Olivier Renard, le Directeur Sportif du Standard, était l’invité de l’émission La Tribune ce lundi soir. L’ancien gardien des Rouches, de retour à Sclessin depuis le mois de février 2016, est notamment revenu sur ses deux premières années à la tête de la branche sportive du club liégeois et de la nouvelle « ligne de conduite » mise en place par la direction cet été.

« Cette saison, on a changé beaucoup de choses dans l’équipe de base, a rappelé Olivier Renard. Nouveau staff, nouveaux joueurs… Il y a environ sept de nos onze titulaires habituels qui sont arrivés en début de saison ! Il fallait le temps d’apprendre à se connaître. Depuis un certain temps, nous sommes dans le bon, mais on n’est encore nulle part. »

« Être au Standard, c’est une chance, a repris l’ancien Diable Rouge. Je suis fier d’être ici, je fais le maximum pour le club. On a travaillé durant tout l’été pour essayer de trouver une ligne de conduite, au niveau du staff, de la direction, des joueurs… qui réussit pas mal dans des clubs comme Charleroi ou Zulte Waregem. On doit savoir qui fait quoi, et ne pas empiéter sur le travail de l’autre. Il faut respecter ses couleurs et former une « famille », mot utilisé d’ailleurs par le coach et par plusieurs joueurs depuis le début du championnat. C’est ce que nous voulions absolument recréer depuis le début de la saison, et depuis plusieurs semaines, on se rend compte que le groupe est vraiment uni, avec le staff et la direction également. Hier, après le match, ils ont demandé qu’on aille fêter la victoire ensemble. Maintenant, on est dans le Top 6, mais il ne faut pas commencer à planer. »

« On sait qu’il y a beaucoup de gens contre nous, les médias…, a ensuite souligné le Directeur Sportif de Bruno Venanzi. Pour nous, il est important de rester avec les gens qui aiment le Standard, de faire le gros dos et d’accepter les critiques. Quand tu fais du mauvais football et que tu signes des mauvais résultats pendant deux ans, c’est normal de recevoir des critiques. Aujourd’hui, je m’occupe de tout le côté sportif. Il y a des règles, qui avaient un peu disparu du vestiaire, qui sont de nouveau présentes. »

Commentaires

Commentaires

Laisser un commentaire

Top