Rebecq veut exister à Sclessin : « On ne va pas là pour prendre des photos du stade »

Rebecq veut exister à Sclessin : « On ne va pas là pour prendre des photos du stade »

Rebecq se déplace à Sclessin ce mercredi et a bien préparé son match de Coupe en battant Solières samedi. Les Brabançons sont concentrés, comme nous l’a assuré leur coach Dimitri Leurquin.

Pas de relâchement à l’approche de la rencontre de leur vie : les joueurs de Rebecq ont « fait le job » contre Solières ce samedi, remportant leur première victoire à domicile cette saison et se permettant ainsi d’aller à Sclessin l’esprit tranquille. « C’était tout le challenge, je l’ai dit dès le tirage : pas seulement sur le match d’hier, mais les semaines précédentes également. Et je pense qu’au final, tout le monde a réussi à rester concentré », se réjouit Dimitri Leurquin, coach de la RUS Rebecquoise.

Une victoire qui est une préparation idéale. « Nous n’avons pas changé notre façon de travailler en prévision du match, simplement travaillé sur la récupération avec un petit décrassage ce dimanche ». Mais contrairement aux équipes de D1A, difficile pour un coach de D2 Amateurs de faire tourner une équipe dont tous les joueurs voudront à tout prix être sur la pelouse. « Ca fait partie du défi. Ce match n’arrive peut-être qu’une fois dans une vie. Je vais récompenser les joueurs performants ces dernières semaines, ceux qui ont brillé lors du dernier match de Coupe et naturellement, il y aura des déçus puisque je ne peux coucher qu’un certain nombre de noms sur la feuille de match », regrette Leurquin.

Mes joueurs sont déjà des héros

Une expérience qu’a vécue l’ancien joueur de La Louvière. « Je me rappelle d’un match de Coupe contre Anderlecht. Je jouais tout en championnat et je n’ai pas joué ce match, que nous avons perdu aux tirs au but ». L’expérience du plus haut niveau (« modeste », relativise Dimitri Leurquin) du coach rebecquois aidera peut-être ses joueurs à appréhender ce 8e de finale de Croky Cup. « Surtout sur le plan mental, sur la concentration à avoir. Footballistiquement, la différence sera là, c’est le Standard, pas Waasland ou le Cercle avec lequel on a déjà vu une différence », pointe notre interlocuteur.

Pour le reste, l’objectif sera … de disputer ce match le plus sérieusement possible. « On ne va pas là pour être des victimes consentantes, on ne va pas là pour prendre des photos du stade. Une fois le tour du stade terminé, il faudra tourner le bouton et être sérieux. Il ne faut pas gâcher ce qui a été accompli jusqu’ici », prévient Leurquin, avant de nuancer : « Gâcher n’est peut-être pas le mot, cela dit : mes joueurs sont déjà des héros. Aucune équipe de D2 Amateurs n’était arrivée jusqu’à ce stade. Mais ce serait dommage de ne pas montrer notre meilleur visage à Sclessin. D’autant que mes joueurs savent désormais que … c’est possible (rires) ».

Croit-on à l’exploit du côté de Rebecq ? « Ca ne sert à rien de faire des spéculations. On nous donnait 5 à 10% de chances contre le Cercle, ici ce sera moins … Et ce pourcentage changera si on tient le zéro longtemps, si on parvient à marquer … Tout ce que je veux, c’est qu’on se concentre sur ce qu’il y a à faire : jouer un match de football. Un match très difficile, mais un match de football quand même ».

Read more: https://www.walfoot.be/news/2019-12-02/rebecq-veut-exister-a-sclessin–on-ne-va-pas-la-pour-prendre-des-photos-du-stade#ixzz66ws6sJtf

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.