Quatre déplacements, autant de dangers

D’ici la fin du premier tour de la phase classique, les Liégeois vont successivement se déplacer à Courtrai, Gand, Ostende et Malines. La saison dernière, ils avaient été battus quatre fois…

Quinze jours après les faits, on peut se dire que la défaite du Standard dans le Clasico a été une bien mauvaise affaire pour le club principautaire. D’un point de vue mathématique d’abord puisque la deuxième place du classement s’offrait à lui en cas de succès contre Anderlecht. D’un point de vue psychologique aussi juste avant une trêve internationale durant laquelle les joueurs ont eu droit à deux semaines pour ruminer leur défaite. Mais aussi, finalement, quand on consulte le programme qu’il lui reste d’ici la fin du premier tour de la phase classique.

Si comparaison n’est pas raison, la saison dernière, le club principautaire n’avait récolté que six points sur dix-huit face aux mêmes adversaires. À domicile, les Rouches avaient heureusement fait le plein contre Waasland-Beveren et face à Mouscron. Mais évidemment, c’est en déplacement que le programme s’annonce le plus corsé. Les Liégeois vont devoir se farcir successivement des voyages à Courtrai, Gand, Ostende et Malines. En 2015- 2016, cela s’est soldé par un superbe zéro sur douze.

Pire, les hommes de Slavoljub Muslin d’abord (pour la seule visite à Courtrai), de Yannick Ferrera ensuite, étaient rentrés à Liège avec les valises bien lourdes pour avoir encaissé quatorze buts en quatre rencontres. Il est vrai que la saison dernière le car du club rentrait souvent à Liège avec un excédent de bagages. En effet, loin de Sclessin, avec trente-cinq buts reçus en quinze matches de phase classique, le Standard présentait la pire défense à l’extérieur après Westerlo (37).

Courtrai, Gand, Ostende et Malines : lors de ces quatre déplacements, les Rouches avaient concédé un total de… 14 buts la saison dernière

Qui plus est, tout le monde conserve en mémoire le déroulement de la première rencontre de championnat la saison dernière quand Maxime Chanot avait mis à profit deux phases arrêtées pour sceller le sort des Liégeois. Or, chacun sait désormais que celles-ci continuent à poser des soucis du côté de la Cité ardente. Évidemment, on pourra toujours dire que lors des trois autres défaites enregistrées sous la direction de Yannick Ferrera, les circonstances furent un peu particulières avec des cartes rouges à chaque rencontre. À La Gantoise, les exclusions d’Arslanagic et de Dussaut n’avaient guère facilité la tâche alors que les Liégeois avaient pris l’avance.

Un peu plus tard, en décembre, si Dossevi était déjà le septième joueur exclu en cette saison 2015-2016, le Standard coulait à Ostende en y affichant sa fragilité défensive. Enfin, à Malines, dans ce match décisif pour l’accession aux Playoffs 1, le naufrage était total surtout après l’exclusion rapide de Milos Kosanovic qui avait rêvé de jouer plus que onze minutes pour fêter son retour au stade Argos.

Heureusement, les plus optimistes pourront toujours se dire qu’il ne faut pas remonter si loin pour trouver trace d’un succès lors de ces déplacements en phase classique. C’était en 2014-2015 : à Courtrai avec la classe biberon de Luzon (2-3) et à La Gantoise (1-2).

Mais ils trouveront certainement aussi dans le départ de Maxime Chanot à New York, dans l’élargissement du noyau par l’apport de ressources fraîches et dans la solidité défensive actuelle des hommes d’Aleksandar Jankovic qui présente la meilleure arrièregarde du championnat (six buts en neuf matches) de quoi penser que le bilan des six prochaines rencontres sera, cette fois, meilleur que lors de l’exercice précédent.

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire