Une première depuis 1.694 jours

Besnik Hasi parti, Anderlecht se met à battre le Standard. Le raccourci est tentant. Depuis le 12 février 2012, le Sporting bruxellois n’avait plus signé le moindre succès en huit rencontres à Sclessin (cinq défaites et trois partages).

Ce jour-là, les fans liégeois avaient pourtant déployé une banderole : « Bien plus que du courage, on veut de la rage ». Un message bien assimilé par l’équipe de José Riga qui, sans un excellent Silvio Proto, aurait pu mener 2-0 à la pause. Mais l’écart n’était que d’un but. Et Anderlecht, par Juhasz et Mbokani, allait faire la différence dans le dernier quart d’heure.

En quatre jours, les Liégeois viennent de prendre deux coups sur la tête en subissant deux défaites (Ajax et Anderlecht), courtes mais méritées

C’est également cette partie de match qui a été mise à profit, plus de quatre ans plus tard, par les Anderlechtois, version suisse, pour renouer avec le succès à Sclessin (0-1). Le premier pour cette génération puisqu’aucun des quatorze mauves ayant participé à cette victoire n’était présent sur la pelouse lors du Clasico de février 2012. Il n’empêche, ils ont mis fin à cette série négative. Et René Weiler a réussi là où John van den Brom et Besnik Hasi se sont cassé les dents. De son côté, Aleksandar Jankovic a personnellement subi son premier revers contre les Mauves alors qu’à la tête de Malines, il avait signé quatre partages. Mais dimanche, il est tombé sur un os. Sur un bloc bas qui a contrarié les joueurs locaux incapables de trouver les espaces entre les lignes. Et du coup dans l’impossibilité de se créer de réelles occasions si on oublie une frappe lointaine d’Edmilson. Et quand c’est le cas, il n’est pas envisageable de remporter un match. Surtout quand, en plus, la division offensive manque de poids.

Surpris la semaine passée à domicile par Westerlo et rattrapés sur le fil par Saint-Etienne, les hommes de René Weiler ont relevé la tête

À Sclessin, on a vu que posséder le ballon dans ses rangs n’apporte rien si la domination est stérile. En première période, les hommes de Jankovic ont en effet eu 71 % de possession de balle face à des Anderlechtois attentistes dans leur camp. Mais beaucoup plus dangereux en zone de finition en s’offrant trois possibilités en première période, toutes sorties par Jean-François Gillet. Mais après une nouvelle intervention du gardien liégeois devant Chipciu en seconde période, le vétéran liégeois allait s’incliner sur une phase arrêtée en étant devancé par Teodorczyk sur un corner d’un Stanciu par ailleurs très effacé dans un match qui a mis du temps à se lancer. Comme si l’absence de musique avant la rencontre avait rendu les protagonistes complètement amorphes et le public moins enclin à donner de la voix avant de réellement s’exciter à partir de la 68e minute. À l’évidence, sur la pelouse comme dans les travées, ce n’était pas un Clasico de feu.

Mais un Clasico qui laissera des traces avant d’entamer la trêve internationale. Surpris la semaine dernière à domicile par Westerlo et rattrapés sur le fil en Europa League par Saint-Etienne, les hommes de René Weiler ont relevé la tête. Leur joie au coup de sifflet finale n’était pas feinte. Ce succès était indispensable pour éviter de s’inscrire dans une spirale négative. Et c’était aussi le meilleur moyen de remercier Roger Van den Stock, leur président, d’avoir enfin effectué le déplacement en Principauté alors qu’il s’était absenté les deux dernières fois. À l’inverse, en bord de Meuse, la semaine se termine mal. L’arrivée d’Aleksandar Jankovic avait coïncidé avec un 9 sur 9, un retour dans le Top 6 et de belles espérances liées à un retour de la solidité défensive. Mais en quatre jours, déjà éliminés de la Coupe de Belgique, les Liégeois viennent de prendre deux coups sur la tête en subissant deux courtes défaites. Mais elles étaient méritées, que ce soit contre l’Ajax et contre Anderlecht. En étant un ton en dessous de leurs récents standards en termes de qualité technique et d’efficacité, les Rouches restent toutefois dans le Top 6…

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire