Ostende va investir au Burkina Faso: un joueur devrait débarquer en test au Standard et à Anderlecht

Salitas, une académie de football située au Burkina Faso, a trouvé un accord de collaboration avec Marc Coucke, le président d’Ostende.

Le Burkina Faso va-t-il faire une entrée remarquée dans le football belge ? La question se pose avec d’autant plus d’acuité qu’il y a une semaine, Yacouba Ouedraogo, ancien ministre des Sports et des Loisirs du Burkina Faso et candidat à l’élection présidentielle du 11 octobre, a rencontré Marc Coucke, le patron d’Ostende, afin d’envisager une collaboration avec Salitas, un centre de formation omnisports implanté à Ouagadougou, dans la capitale. « C’est en très bonne voie » , dit Yacouba Ouedraogo, qui a été l’instigateur, en 2012, de la création de cette académie bâtie sur un site qui rassemble deux terrains de football (l’un en gazon naturel, l’autre en synthétique), trois tribunes, un bâtiment administratif et un autre abritant salles de cours et internat, alors qu’une piscine olympique et un hôtel vont venir compléter l’infrastructure. « Marc Coucke, qui doit encore approuver les termes de l’accord, va financer une partie des travaux à achever pour faire de Salitas un centre de formation ultra moderne. En échange, il aura un droit de regard sur les joueurs formés ici » .

Dans la foulée, Yacouba Ouedraogo a aussi noué des contacts avec Anderlecht et le Standard, qui se limiteront à un one shot  : le club liégeois a marqué son intérêt pour accueillir, en test, un certain Abou Ouattara (17 ans), un flanc droit capable d’évoluer de l’autre côté du terrain. Et à Anderlecht, c’est Boureima Bande, un vrai numéro 10, âgé de 17 ans également, qui va débarquer. Il s’agit du meilleur buteur de Salitas. « Ils arriveront lorsque leurs dossiers administratifs seront en ordre », confirme Boureima Maiga, le directeur sportif de l’académie burkinabée.

Yacouba Ouedraogo.

C’est par son intermédiaire, mais aussi celui de Valère Facchini, un agent FIFA implanté en province de Liège, et de son ami Giovanni Marchica, que des contacts privilégiés ont été noués entre le Burkina Faso et la Belgique. S’il a mis, il y a quatre ans, un terme à sa carrière de footballeur, Maiga (31 ans) a porté le maillot de cinq clubs belges : Lokeren, Bertrix, le RC Waregem, Ostende et Deinze. Il connaît donc bien les spécificités de notre football. « Des joueurs africains réputés, dont Yaya Touré, ont évolué chez vous » , dit-il.  » Parce que ses clubs font confiance aux jeunes, la Belgique peut constituer, pour les gamins que nous formons, un tremplin idéal« .

Salitas, c’est une référence en Afrique de l’Ouest. « Une cinquantaine de jeunes, les meilleurs, sont formés pour aller en Europe », explique Yacouba Ouedraogo, le fondateur de cette académie.  » Ils viennent du Burkina Faso, mais aussi du Mali, du Niger et de Côte d’Ivoire. Ils sont logés dans un internat qui ouvrira ses portes ce 15 septembre. Mais on joue aussi un rôle social important. Près d’un millier de jeunes fréquentent l’école de foot de Salitas, à qui on offre, et c’est essentiel, une formation en menuiserie, en mécanique ou en maçonnerie ». Centre omnisports, Salitas va s’ouvrir, à l’avenir, à d’autres disciplines : basket, volley, boxe et natation.

Cliquez sur ce lien pour rejoindre notre page Facebook et recevoir nos meilleures infos sport sur le Standard de Liège

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire