» Si tu n’es pas un joueur de caractère, tu n’as rien à faire au Standard « 

Ancien buteur des Rouches, Michaël Goossens en est resté un fervent supporter. Pour lui, les joueurs manquent clairement de niaque.

Ils sont finalement assez rares les joueurs qui ont emprunté le chemin des tribunes  » populaires  » après avoir raccroché les crampons. Michaël Goossens est un de ceux-là. Mieux encore puisque  » J’allais déjà au Standard quand j’étais gamin. On habitait Tilleur et je ralliais Sclessin à pied avec mon père.  » Aujourd’hui encore, Mika est un habitué de la T3, où il retrouve ses amis de jeunesse, figures légendaires du Hell-Side, et même s’il reconnaît parfois préférer le café Le Corner, coincé autour de Sclessin, pour vivre les rencontres de son club de coeur.  » Je suis né rouche et ce sentiment me poursuivra jusqu’à ma mort « , certifie celui qui a porté les couleurs rouge et blanc pendant neuf saisons et qui n’oubliait jamais de remercier ses pairs en glissant sur les genoux devant une tribune côté terril qui s’effondrait sur ses imposants grillages.  » Aujourd’hui, les supporters sont fâchés sur des joueurs qui manquent clairement de niaque. À Anderlecht, ils se sont battus comme des lions mais ils ont tout gâché une semaine plus tard face à Courtrai. Si tu n’es pas un joueur de caractère, tu n’as rien à faire au Standard. Oui Sclessin est un stade intimidant pour ses propres joueurs mais si tu montres que tu en as, le public rouche peut te porter. J’ai joué devant le public de Schalke, j’ai joué le derby de Gênes avec le Genoa, et bien les supporters rouches sont de ce niveau.  » Aujourd’hui par contre, Sclessin ne bouillonne que trop rarement. La faute évidemment à des résultats décevants mais aussi à une direction sans véritable ligne de conduite.  » Désormais, les supporters en veulent davantage encore aux dirigeants qu’aux joueurs ou au coach. Le vent a clairement tourné. Ils se rendent compte que Daniel Van Buyten ou Olivier Renard ne sont pas de vrais Standardmen. Olivier est une personne charmante mais a-t-il les moyens de ses ambitions ?  » En tout cas, Mika assure, malgré la longue période de vache maigre, aimer toujours son Standard.  » J’aurai toujours envie d’aller à Sclessin.  » Jusqu’à la mort.

 

Commentaires

Commentaires




Laisser un commentaire